En 2023, Periferia a eu 25 ans d’existence !

À la fin de l’année 1998, avec la création de Periferia, il y avait l’intuition que le travail mené au Brésil pouvait inspirer des démarches en Europe.

25 ans plus tard, nous constatons que de nombreuses personnes ont contribué et contribuent encore à construire des démarches qui cherchent et permettent d’encourager la parole et la participation des personnes les moins écoutées, de tisser des liens entre de nombreux groupes et personnes venues d’ici et d’ailleurs, d’initier des rencontres improbables, de construire d’autres décisions dans une perspective de droit à la ville…

25 années, c’est l'occasion de faire le point, de regarder derrière nous pour voir le chemin parcouru et de comprendre comment l'évolution de la participation ces 25 dernières années a orienté nos projets, nos visions, nos missions...

À travers une nouvelle série de podcast (initiée fin 2023), nous avons commencé à vous proposer de remonter dans le temps avec nous, pour resituer l'histoire de Periferia et ses combats, dans l'histoire plus large de la participation citoyenne.

8_banniere_25ans_sansdate

25 ans bien accomplis, c’est quoi ?

Ce sont 25 années de coconstruction, 25 années de projets de transformations soci·ét·ales, 25 années de connexions entre Periferia et l’Amérique Latine, 25 années de liens entre des gens sur plusieurs continents, d’inspiration mutuelle, de luttes similaires ou convergentes, de moments d’émotions partagées.

En 2024, Periferia a (enfin) célébré son premier quart de siècle lors d’un moment organisé en toute simplicité autour, notamment, de l’écoute d’extraits de la série de Podcast.

25 ANS GATEAU SAN PLATEAU

Quelles traces voulons-nous laisser de cette célébration ? La série de podcast.

Cette série s’intitule « Pas Sans Nous ! ».

« Pas Sans Nous ! » pour rappeler l'importance de penser nos territoires avec les personnes concernées, avec celles qu'on écoute moins, avec les périphéries. Au fur et à mesure des épisodes, nous retraçons des grandes étapes de l'association, des dynamiques passées et en cours, et ce qu'il s'est passé en termes de participation citoyenne en Belgique et ailleurs. Cette série va encore s’étoffer dans le courant de l’année 2024.

Le premier épisode revient sur la naissance de Periferia : vous y entendrez comment Periferia a pris ses racines à Bruxelles, à partir d'expériences menées au Brésil dans les années 1990. On y entend 3 des fondateur·rices de l'association, Eliana Guerra, Yves Cabannes, et Patrick Bodart, nous expliquer d'où l'idée est venue, pourquoi Bruxelles, et surtout, les intuitions qui continuent d'influencer nos manières d'être et de faire.

Le second épisode retrace l’histoire de la participation en Belgique : il permet ainsi de replacer les actions de Periferia dans le contexte des évolutions liées à la participation citoyenne, et des réflexions sur notre système démocratique représentatif. Vous y entendrez le politologue Min Reuchamps (UCL) qui nous aide à comprendre les différentes grandes étapes de la participation citoyenne depuis la deuxième moitié du 20e siècle.

Retrouver notre série de podcasts en cliquant sur le lien en bas de page.

Flèche3_orange

Cliquez sur l'image pour accéder à la page des podcasts.

Rencontre du groupe « Actions logement » à Montpellier

En mars 2024, des collectifs de France et de Belgique qui travaillent sur les enjeux du droit au logement et engagés dans la démarche Capacitation avec la Fondation Abbé Pierre, ont été accueillis par Luttopia à Montpellier pour réfléchir et dessiner différentes manières de visibiliser, soutenir et renforcer l’action collective autour du logement.
Luttopia, c'est un collectif qui depuis 2014 a occupé plusieurs bâtiments publics et accueilli des centaines de personnes et familles. En 2021, Luttopia se structure en association et s'engage dans une nouvelle étape : poursuivre l'accueil de personnes en galère via des conventions d'occupation. Une expérience significative pour accueillir cette rencontre autour d'actions pour le logement.

Jour#1

Parmi les thématiques abordées lors de cette rencontre, celle de l’(in)occupation des lieux est apparue comme étant centrale. C’est ainsi que les collectifs ont eu l’envie de se saisir des « Marches du vide », déjà expérimentées à Namur et dans d’autres villes de Wallonie, comme outil de sensibilisation au droit au logement et de lutte contre le vide locatif à une échelle locale. Il s’agit de promenades guidées dont l’idée est de repérer la vacance immobilière afin de la questionner et la dénoncer.  De cette manière, ce dispositif met en lumière les dimensions politiques, sociales et légales liées à cette problématique dans nos territoires.

Au-delà de la découverte des expériences des un·es et des autres, il est apparu évident de voir comment le groupe pouvait aider Luttopia à faire face à un contexte local complexe : la convention d’occupation signée avec la Mairie de Montpellier prenait fin le 4 juin et l'association n’avait reçu aucune nouvelle proposition de lieu pour poursuivre ses activités d'accueil de jour et d'hébergement. La rencontre est alors devenue un espace de brainstorming collectif où personnes concernées, associations et professionnel·les (de Montpellier, d'autres villes françaises et belges) ont imaginé des pistes d'action pour que Luttopia puisse poursuivre ses actions.

Aujourd'hui, après plusieurs semaines de mobilisations et d'actions, Luttopia vient d'obtenir une prolongation de la convention d'occupation des lieux jusqu’à l’été 2025 ! Une petite victoire pour que l'accueil continue, même si elle reste de court terme et continue de poser la question de la pérennité des actions d'un collectif reconnu !!! Mais aussi, de nombreuses autres initiatives - à Montpellier et dans d'autres villes - qui développent des alternatives pour des solutions de logement et d'accueil pour tou·tes.

« Silence, on parle ! » à Namur

Ce samedi 6 juillet, durant toute la journée, Periferia installera un plateau de tournage vidéo sur la Place d’Armes, transformant l’espace public en véritable « espace public de débat ». 

Le principe est de permettre à des personnes à qui on ne donne habituellement pas la parole, d’exprimer, face caméras, un point de vue, une revendication, un vécu devant un public composé de passant·es et de collectifs, associations et citoyen·nes réuni·es. Après chaque intervention sur scène, un dialogue avec le public permettra d’approfondir et échanger des points de vue.

La journée se déroulera autour du thème : « Villes excluantes, villes inclusives : nous sentons-nous à notre place dans nos villes ? ».
Une dizaine de collectifs partageront leurs coups de gueule et/ou coups de cœur : lutter contre la gentrification, se faire une place dans la ville en tant que femmes migrantes, revendiquer le droit d’habiter quand on est locataires de logements sociaux, trouver sa place comme personne en situation de handicap, lutter contre les discriminations et violences motivées par l’homophobie, défendre et promouvoir une alimentation digne pour les personnes en grande précarité, questionner le mobilier urbain excluant, etc…

Les groupes viennent de Namur, d’autres villes de Belgique, de France et de Bolivie.

Rejoignez-nous entre 11h et 18h pour écouter ces messages, réagir, partager votre regard et rencontrer des initiatives inspirantes d’ici et d’ailleurs !

Un événement ouvert à tous·tes, libre d'accès à tout moment et gratuit !

 

Vous souhaitez être présent·e dans le public et participer au repas de midi ?
Vous pouvez vous inscrire en remplissant notre formulaire en ligne.

À noter, que le repas est offert mais qu'il ne sera pas possible de tenir compte des allergènes particuliers. Nous proposerons toutefois une version végétarienne.

Logo_partenaires

Save the date et appel à candidat·es : Rencontre « Silence on parle !  » à Namur, le 6 juillet 2024 !

Par Alex VANDERWALLE | 12 mars 2024

Après l’enthousiasme et l’énergie suscitée par l’édition carolo de l’an dernier, Periferia, grâce au soutien d’Action vivre ensemble, organise une nouvelle rencontre à Namur. Celle-ci se tiendra le samedi 6 juillet de 10h à 18h sur la Place d’Armes de Namur. Le thème abordé tournera autour des enjeux du droite à la Ville, de la Ville […]

Quand les discriminations s’expriment… (vidéo)

Par Alex VANDERWALLE | 20 février 2024

Quand les discriminations s’expriment dans l’espace public En mettant en valeur des paroles trop souvent tues, cette publication cherche à souligner différentes formes de discriminations. La vidéo ci-dessous présente des collectifs de citoyen·nes qui s’expriment publiquement autour des discriminations dans le quotidien (validisme, précarité, âgisme, sexisme, etc.) et aux intersections qui se situent entre elles. […]

« Silence, on parle ! » à Charleroi : les échos de la journée

Par Fanny THIRIFAYS | 10 juillet 2023

Le 31 mai dernier, le « Silence,  on parle » se tenait sur la Place Verte de Charleroi, à côté du centre commercial rive gauche. En installant un plateau de tournage sur cette place, « Silence, on parle !  » transforme l’espace public en véritable « espace de débat public ». Le temps d’une journée, une douzaine de […]

HISTOIRES / Faire changer le regard sur le sans-abrisme avec le collectif C-Prévu à Charleroi

Par Deborah HOBE | 13 mai 2020

  Contacter C-Prévu : Téléphone : 0499/22.66.79. Mail : info@cprevu.be Siteweb : www.cprevu.be Page Facebook : @cprevu Récit de Maurice Assez, Sandra Bullido-Iglesias et Jean-Mi Lamy « L’aventure a débuté lorsque nous étions tous les trois à la rue… » Jean-mi, Sandra et Maurice c’est avant tout une histoire d’amitié qui est née au sein de l’asbl Comme chez Nous (lieu […]

Publication / Silence, on parle ! Faire débat dans l’espace public

Par Deborah HOBE | 19 décembre 2019

Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l’image !

Pas sans nous ! – Episode #1 : Naissance de Periferia

1_25ansPodcast

Dans ce premier épisode, vous entendrez comment Periferia a pris ses racines à Bruxelles, à partir d'expériences ménées au Brésil dans les années 1990. On y entend 3 des fondateur·rices de l'association, Eliana Guerra, Yves Cabannes, et Patrick Bodart, nous expliquer d'où l'idée est venue, pourquoi Bruxelles, et surtout, les intuitions qui continuent d'influencer nos manières d'être et de faire.

Bonne écoute !

Save the date et appel à candidat·es : Rencontre « Silence on parle !  » à Namur, le 6 juillet 2024 !

Appel_SOP

Après l’enthousiasme et l’énergie suscitée par l’édition carolo de l’an dernier, Periferia, grâce au soutien d’Action vivre ensemble, organise une nouvelle rencontre à Namur. Celle-ci se tiendra le samedi 6 juillet de 10h à 18h sur la Place d’Armes de Namur. Le thème abordé tournera autour des enjeux du droite à la Ville, de la Ville excluante, comment lutter contre, comment la rendre plus inclusive…

C’est quoi un « silence, on parle ? », « à quoi ça sert ? » : (re)découvrez la page de l’édition 2023 en cliquant ici et notre analyse  « Silence, on parle ! » à Charleroi :  quand des citoyen·nes exercent leurs droits de s’exprimer et… de faire Ville ! »
   

Nous vous invitons à :

  1. Bloquer la date du samedi 6 juillet dans vos agendas !
  2. Informer autour de vous les groupes et organisations qui pourraient être intéressé·es de vivre cette journée d’expression et de débat dans l’espace public.
  3. Nous cherchons encore 5 collectifs pour monter sur scène et partager leur lutte. Vous en connaissez un super ? Parlez-en lui ou envoyez-nus leurs coordonnées !

Coffret d’animation « Design Inclusif »

1_Pack_Design_Inclusif

Pour avoir accès au coffret d'animation (qui comprend le livret et les cartes de jeux), envoyez-nous un mail à l'adresse contact@periferia.be.

Nous proposons un prix de 10€ (prix coûtant) pour le coffret. Néanmoins, n'hésitez pas à nous dire si ce prix est trop élevé pour vous et nous pouvons adapter le tarif ou rendre certains exemplaires gratuits ! 

Vous pouvez lire la publication accompagnant le coffret d'animation en cliquant sur cette image :

Quand les discriminations s’expriment… (vidéo)

Quand les discriminations s'expriment dans l'espace public

En mettant en valeur des paroles trop souvent tues, cette publication cherche à souligner différentes formes de discriminations.

La vidéo ci-dessous présente des collectifs de citoyen·nes qui s’expriment publiquement autour des discriminations dans le quotidien (validisme, précarité, âgisme, sexisme, etc.) et aux intersections qui se situent entre elles.

Conscients de l’importance des formes d’animation pour prendre en compte et donner leur place aux discriminations, nous proposons une note (accessible ci-contre) qui accompagne la vidéo pour penser des animations plus inclusives.

Pour visionner la vidéo, c'est juste ici.

Pour des animations plus inclusives

Vous pouvez retrouver le document destiné aux animateur·ices. Il s'agit d'un outil d'animation dont le but est de (re)donner la place à chacun·e dans l'espace public.

Flèche3_orange

Periferia rejoint l’édition namuroise du Musée du capitalisme

Pour accéder au programme complet, cliquez sur l'image !

Du 12 février 2024 au 28 mars 2024, le Musée du capitalisme dépose ses bagages à la bibliothèque universitaire de Namur, la BUMP.

Periferia et une vingtaine d’autres associations se sont rassemblées pour vous proposer une édition qui marque le coup pour les 10 ans de l’exposition. En plus des visites, chaque association vous propose une multitude d’activités : des ateliers, des conférences, des débats, des films…

 

Quatre ateliers gratuits et ouverts à toustes, organisés dans les locaux de la FUCID (Rue Bruno 18 à Namur) :

 

  • “Le budget de ma commune, je veux y voir clair !  ”, le 21 février de 18h à 20h30

Une soirée ouverte à toustes pour comprendre le principal outil de décision financière : le budget communal. Comment ça marche ? Qu’y trouve-t-on ? Comment y lire des priorités politiques ? Quand et comment puis-je l’influencer ?

Tout le monde est bienvenu ! Il n’y a pas de notions spécifiques à connaitre avant la rencontre. On abordera ce sujet de manière ludique… Pour ne plus jamais se dire : j’y comprends rien, ça me concerne pas !

 

  • “Des Budgets Participatifs pour renforcer notre démocratie, c’est possible en Belgique ? ” le 14 mars de 18h à 20h30

Partout dans le monde, les Budgets Participatifs sont des outils extraordinaires pour réimpliquer les citoyen·nes dans les décisions financières publiques et renforcer la démocratie. Pourtant, en Belgique, il est rarement utiliser comme tel… Pourquoi ? Comment renforcer ces dispositifs ? Comment oser aller plus loin? Qu’est-ce que je peux demander à ma commune d’améliorer dans le dispositif actuel ? Je veux en savoir plus !

 

  • “Quand les citoyen·nes se mêlent de ce qui les regardent”le 27 mars de 18h à 20h30, avec le CNCD-11.11.11

Après 5 semaines d’exploration thématique au musée, on fait le bilan ! Vous êtes étonné·es, révolté·es, pertubré·es par ce que vous avez découvert dans le cadre des activités du musée ? Ou au contraire, vous en ressortez inspiré·es, enthousiastes, motivé·es pour inverser les tendances ? Vous avez envie de savoir comment des ciotyen·nes comme vous agissent et luttent ici et ailleurs ?
Venez partager vos réflexions et découvrir les capacités d’agir et de reprendre le contrôle en tant que citoyen·nes…en s’inspirant d’exemples d’ici et d’ailleurs à travers le monde.

Pour retrouver le programme complet, rendez-vous sur la page Facebook dédiée à l'évènement. Cliquez sur l’image ci-dessus !

Vers une gestion partagée du nouveau Centre de quartier de la Gare de l’Ouest

Depuis quelques mois, Periferia accompagne la commune de Molenbeek dans une réflexion sur la gestion du centre de quartier qui verra le jour à côté de la gare de l’ouest à la rentrée prochaine. Ce centre comprendra des locaux sportifs, associatifs, polyvalents et un petit espace de restauration. En s’inspirant du CLT et du Centre Communautaire Maritime de Molenbeek, l’objectif est de construire un modèle basé sur une gestion conjointe d’habitant·es, d’associations et de la commune. D’ici à la fin des travaux (le centre tant en construction), Periferia va ainsi accompagner la mise en place d’un groupe porteur, qui comprend à la fois des habitant·es du quartier, des associations qui y sont actives, et des représentant·es politiques et de l’administration molenbeekoise. Ce groupe aura pour mission de définir ensemble le fonctionnement du futur centre (quelles associations occuperont les locaux, quels horaires d’ouverture seront mis en place, quelles possibilités d’accès aux salles pour les habitant·es…) et de rédiger les statuts de l’ASBL gestionnaire du lieu.

Ce 29 novembre, Periferia a animé la Commission de Quartier du contrat de quartier Autour du Parc de l’Ouest, pour laquelle l’objectif était double :

  1. Présenter le projet de centre et le processus menant à une gestion collective ;
  2. Identifier des premières personnes et associations désireuses de prendre part au groupe porteur.

Cette soirée a également permis un premier échange entre les personnes présentes concernant les besoins et envies pour le centre (en termes d’activités, d’équipements…) et d’identifier les potentiels mais également les risques pressentis : des premiers pas pour prendre conscience des différents point-de-vue des personnes présentes, mais également des endroits où tous·tes se rejoignent.

Nous voilà donc parti·es pour un processus qui durera jusqu’à septembre prochain. Merci à toutes les personnes présentes ce soir-là. Nous avons été heureuses d’ouvrir le champ des possibles et nous nous réjouissons de continuer sur cette lancée !

Panneau_gestion_quartiers

Source image : Periferia aisbl

Vous êtes une association active dans le quartier de la gare de l’Ouest, ou un habitant·e du quartier et vous êtes intéressé·e de rejoindre la réflexion collective sur le futur centre de quartier ? Il n’est pas trop tard, contactez-nous pour être tenu·e au courant des prochaines étapes !

Vous pouvez retrouver les informations concernant ce projet, à cette adresse.

Un accueil de jour revisité 2.0

Expo photo_Magdala1
Expo photo_Magdala2

Source image : © Kat dem’s

Magdala, vous connaissez ? C’est un espace d’accueil de jour pour personnes en situation de grande précarité situé à Lille, dans le quartier de Wazemmes. Durant la covid, les restrictions de fréquentation du lieu ont obligé les équipes à choisir qui pourrait ou non venir prendre un café et un petit déjeuner à Magdala. Une situation insupportable pour plusieurs accueilli·es. Alors, iels se sont réunis et ont proposé à l’équipe d’ouvrir un 2e espace : l’accueil du bas, dont iels assumeraient l’organisation et le suivi… en auto-gestion. Et voilà l’aventure qui se lance !

Notre équipe a eu la grande chance d’aller à la rencontre de ces accueilli·es devenu·es accueillant·es et d’écrire avec elles et eux le récit de cette initiative peu habituelle. L’envie d’en faire un livre, illustré, coloré s’est rapidement imposée. Et grâce aux pinceaux et au talent de Kat, voilà qui sera bientôt chose faite. Le texte est prêt, les dessins aussi… Il ne reste plus qu’à tout assembler et passer à la presse.
Les plus chanceux·ses ont pu les découvrir lors d’une exposition début décembre. On vous en dévoile donc un peu…  et si vous êtes vraiment très curieux·ses, on vous invite à revoir leur présentation lors du dernier « Silence, on parle ! » de Charleroi.

À découvrir tout prochainement !

(Re)Penser le mobilier urbain au prisme du genre

Depuis plusieurs années, Periferia accompagne des groupes de jeunes femmes pour mener une réflexion sur leur place dans l'espace public. Comprendre les usages genrés de cet espace (c'est-à-dire comment notre genre conditionne notre appropriation des espaces extérieurs), c'est à la fois questionner les rôles de genre, et les décisions concrètes qui déterminent l'aménagement de nos places, nos parcs, nos rues...

Le postulat de départ de cette publication est celui là : l'espace public, et le mobilier urbain qui le compose ne sont pas neutres. En effet, l'aménagement de cet espace est issu de décisions politiques et influence notre manière de nous déplacer seule·e ou en groupe, de nous arrêter (ou non), de nous sentir bienvenu·es ou pas.

A partir de 3 jours d'ateliers menés avec un groupe de jeunes femmes à Molenbeek, cet outil pédagogique retrace les méthodologies d'animation que nous avons employées pour penser les espaces publics et le mobilier urbain au prisme du genre.

En plus du livret comprenant une mise en contexte des enjeux liant le genre et l'espace urbain ainsi que des fiches méthodologiques, un coffret d'animation reprend des cartes de jeu et d'inspiration.

 

Pour télécharger le document, cliquez sur l'image.

« Silence, on parle ! » à Charleroi : les échos de la journée

Banner_FB

Le 31 mai dernier, le « Silence,  on parle » se tenait sur la Place Verte de Charleroi, à côté du centre commercial rive gauche.

En installant un plateau de tournage sur cette place, "Silence, on parle ! " transforme l'espace public en véritable "espace de débat public".

Le temps d'une journée, une douzaine de collectifs et citoyen·ne·s peu visibles, peu entendu·e·s, peu considéré·e·s par la société… sont montés sur scène pour tourner en public un coup de gueule ou un cri du cœur sous la forme d'une saynète, d’un sketch, d’une chanson, d’un témoignage,….

Chaque présentation a été filmée en direct et suivie d’un temps de débat avec le public et les passant·e·s.

Dans la page qui suit, nous vous invitons à découvrir ces vidéos de la journée !

Flèche3_orange
20230531 1357 SOP Charleroi Vue ensemble dispositif

Une rencontre.... "capacitation"

Depuis 25 ans, Periferia co-anime le Programme Capacitation Citoyenne pour mettre en valeur les énergies et intelligences collectives qui s'inscrivent dans l'intérêt général, tout en veillant plus particulièrement à la voix et aux points de vue de ceux qu'on entend moins. Bruxelles, Liège, Roubaix, Seine-Saint-Denis, Valenciennes, Dunkerque, Namur…vous en avez certainement déjà connues.

Pendant plusieurs années, ces rencontres n’ont plus eu lieu. Mais l’esprit est resté, les liens aussi… En 2022, nous avons redémarré les Rencontres « Silence, on Parle ! » pour permettre la rencontre entre des collectifs d’ici et d’ailleurs, le partage de pratiques, les croisements des luttes. Namur, Charleroi et en 2024...à Huy !

Design sans titre (1)

Une édition consacrée aux discriminations

Cette édition 2023 a été pensée avec Jean-Mi et Sandra, deux habitant·e·s carolos qui ont connu un parcours de galère. Ensemble, iels ont fondé l'asbl « C-Prévu », qui cherche à venir en aide aux personnes laissées sur la carreau par des fractures numériques. Une problématique qui s'ajoute souvent à bien d'autres formes d'exclusion de la société, et qui les aura elleux-mêmes conduit à vivre en rue pendant quelques temps. 

Jean-Mi et Sandra ont découvert le "Silence, on parle!" à Grenoble en 2018 dont iels sont revenu·e·s transporté·e·s et profondément touché·e·s. Depuis, iels n'avaient qu'une envie : permettre qu'un tel espace existe aussi à Charleroi. Voilà qui est chose faite !

Soucieux·se que cet espace permette l'expression du plus grand nombre de personnes exclues de leur Ville et avec l'envie de décloisonner les luttes, Jean-Mi et Sandra ont voulu axer la journée autour des différentes formes de discriminations. Pour porter ce beau projet avec nous, iels ont constitué un groupe organisateur, appelé "groupe coeur" composé d'autres regards :

logo SOP Charleroi
  • Vinciane, Thierry et Willy de l'asbl Comme chez Nous (sans-abrisme)
  • Bénédicte et Manu de l'asbl ATD Quart-Monde (précarité)
  • Sandra et Jay de l'asbl Vie Féminine (féminisme)
  • Marcelle de l'asbl Cocad (racisme et intégration)
  • Noam de l'Eden (centre culturel et CEC)
Flèche3_orange copie

Durant toute la journée, plus de 150 personnes, passant·e·s et collectifs citoyens invités, ont pris part aux échanges. 

Merci à tou·te·s pour cette incroyable journée de partage et d'expression !

Redécouvrez-la sans plus attendre en cliquant sur la vidéo ci-dessous 😉

Douze prises de paroles se succèdent durant la journée

  • des bénéficiaires du Rebond de Charleroi, un lieu d’accueil de jour pour habitant·e·s de la rue… pour rebondir ;
  • du Gang des vieux en colère ;
  • de l’espace autogéré Magdala à Lille où les bénéficiaires sont elleux-mêmes accueillant·e·s et encadrant·e·s ;
  • du groupe féminin de slam, accompagné par Vie Féminine et Goslam city collectif, qui réclame notamment le droit de s’approprier et faire sien(ne) l’espace public ;
  • des membres français des collectifs Cabane (accès au logement) et Fourchette (alimentation saine pour tou·te·s) de l’université Populaire d’Ici et d’Ailleurs (Unipopia) ;
  • de Marianne, alias Mulakozé, qui milite avec la Collective FRIDA (Féministe Radicalement inclusive et Définitivement Antivalidiste) qui porte la voix de femmes vivant au quotidien des discriminations validistes, sexistes, racistes et classistes ;
  • des jeunes militant·e·s d’ATD Quart-Monde Charleroi qui agissent pour une vie digne pour celles et ceux qui connaissent des situations de grande pauvreté ;
  • des membres de la Maison Arc-en-Ciel qui luttent pour que toute personne concernée directement ou indirectement par l’homosexualité, préoccupée par son orientation sexuelle ou par son identité de genre puisse s'épanouir et trouver sa place dans la société;
  • des danseurs et danseuses de roues libres ou encore DJane d’Arc qui , chacun·e·s à leur manière, sensibilisent à un univers de la danse et du corps plus inclusif ;
  • des musicien·ne·s de la fanfare sauvage qui, avec un esprit différent du nôtre, ont inventé un orchestre de musique inhabituel.

 

Vidéos réalisées par Zoom Productions.

Cet événement est organisé en collaboration avec C-prévu asbl , le Théâtre de la parole, Vie féminine Charleroi-Thuin, ATD Quart Monde Charleroi, l'ASBL Comme Chez Nous, Cocad, l'Eden de Charleroi, UNIPOPIA et le soutien de la Maison pour associations, du CPAS, de la Ville de Charleroi et la Fédération Wallonie-Bruxelles

bannière SOP 2023

Si vous souhaitez en savoir plus sur les "Silence, on parle!"...

Découvrez la publication méthodologique interactive qui décrit le dispositif:

"Silence, on parle! : faire débat dans l'espace public"

 

 

 

 

 

Découvrez la publication de l'analyse :

"Quand les citoyen·nes exercent leurs droits de s'exprimer et...de faire ville!"

À Molenbeek, le logement social comme patrimoine commun

En mars 2022 avait lieu la 1ère journée des Quartiers Populaires, rencontre qui réunissait habitant·e·s et collectifs pour se questionner et s’organiser face à la gentrification galopante dans certains quartiers Bruxellois. Suite à ce premier moment, un groupe d’habitant·e·s locataires de plusieurs sites du logement social à Molenbeek se réunit et se mobilise, appuyés par Periferia, La Rue et Bonnevie, pour améliorer les conditions de vie des habitant·e·s.

Le Logement social est à préserver

C’est ce que le groupe rappelait lors de son interpellation devant le conseil communal en juin dernier  : « Nous souhaitons échanger avec vous sur la meilleure solution actuelle pour mener la guérilla contre la gentrification, pour reprendre votre terme Madame la Bourgmestre. Cette solution, c’est la seule institution publique qui permet d’avoir des loyers abordables, c’est l’institution pour laquelle 100 000 bruxellois patientent sur des listes d’attentes interminables. C’est le logement social. »

Un diagnostic qui montre les nombreux problèmes

Mais si le logement social est la meilleure manière de lutter contre la gentrification, l’état des lieux qui ressort des échanges est plutôt sombre : de nombreux problèmes quant à la qualité des logements (humidité, bruit, insécurité…), une communication très compliquée avec les sociétés de logements sociaux (non-réponse par téléphone, longue attente pour une intervention, calendrier des rénovations pas connu…). Les locataires se questionnent sur la gestion de leur société de logements sociaux et leur accès à l’information sur des questions qui les concernent directement : à quoi correspondent les charges que je paye  ? Quel suivi/ contrôle des entreprises qui interviennent pour les travaux ?

Réagir de manière collective

En s’unissant pour essayer de trouver des solutions, les locataires du Logement Social à Molenbeek revendiquent des améliorations structurelles, et non au cas par cas.

Ainsi, en juin dernier le groupe décide de créer l’Union des locataires du logement social.

Au programme en 2023 : continuer le travail d’enquête sur la gestion du logement social, rencontrer les acteurs·rices communaux·ales et régionaux·ales compétent·e·s sur ces questions et construire des propositions collectives en vue d’améliorer les conditions de vie des habitant·es et ainsi commencer à réellement préserver le logement social, notre patrimoine commun !

Repenser les espaces publics pour favoriser l’égalité de genre

IMG_9010

Depuis quelques années déjà, Periferia participe à plusieurs dynamiques autour de la place des femmes et des jeunes dans les espaces publics. En effet, prendre en compte les pratiques et reconnaitre l’expertise d’usage des femmes apparait comme une nécessité afin de garantir certains droits fondamentaux comme :

  • Un droit d’accessibilité ;
  • Un droit d’appropriation ;
  • Un droit à la participation au prise de décision et à l’exercice de la citoyenneté

Lors des diagnostics territoriaux participatifs réalisés, de marches exploratoires, d’ateliers en non mixité, le constat a été à chaque fois le même : celui d’une différence d’usages entre les hommes et les femmes de la ville et de ses espaces publics.  Les filles semblent moins occuper les espaces publics (notamment espaces sportifs et de loisir) que les garçons.

Pourtant, en région Bruxelloise, on constate que la question de l’égalité filles/garçons reste encore peu présente dans les réflexions sur l’aménagement des espaces et les investissements publics destinés aux loisirs des jeunes.

Mais comment prendre en compte les pratiques et le vécu des femmes dans l’aménagement ?

Nous sommes allés à la rencontre d’Edith Maruéjouls, autrice de la thèse : « Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes : pertinence d'un paradigme féministe » et directrice de l’ARObE, l’Atelier Recherche Observatoire Égalité, un bureau d’études spécialisé dans l’aménagement égalitaires des espaces et la lutte contre les stéréotypes de genre afin de tenter d’y répondre.

Les réponses d'Edith Maruéjouls aux 3 questions que nous lui avons posées

  1. Un exemple d’aménagement inégalitaire ?
  2. Des conseils pour des aménagements plus égalitaires ?
  3. Les aménagements égalitaires : tout le monde gagnant ?

Cliquez sur l'image ci-dessous pour voir la vidéo de l'entretien !

Pour aller plus loin avec Edith Maruéjouls :

Photo_Jeu_Egal

Faire je(u) égal

Penser les espaces à l’école pour inclure tous les enfants

Description :
Véritables espaces publics miniatures, les cours de récréation sont le lieu des premières inégalités – en particulier entre filles et garçons. L’aménagement des espaces peut en effet jouer un rôle déterminant dans la reproduction de schémas discriminants. L’absence de mixité, par exemple, est souvent favorisée par la configuration des lieux et le type d’activités qui y sont proposées. En analysant ces espaces scolaires et les relations qui s’y nouent, Édith Maruéjouls aide les écoles à lutter concrètement contre les discriminations liées au genre. Elle nous invite dans cet ouvrage très abordable à découvrir ces «géographies scolaires du genre», sa méthode de travail et les solutions permettant de rendre l’école plus inclusive. Car il est essentiel pour la réduction des inégalités et des violences de genre dans nos sociétés que tous et toutes puissent faire, au moins à l’école, je(u) égal.

Éditions Double Ponctuation, Collection "Point d'interrogation" (études, recherche, questions de société) - ISBN : 978-2-490855-36-0
16€ - 126 pages, 21x14,8x1cm, 150g
Parution en France, Suisse et Belgique en Août 2022 ; Parution à l'automne au Québec - Version Epub à venir

Comment sortir des traditionnels street workout ou terrains de football utilisés presque exclusivement par des jeunes garçons ? Quels aménagements pour que les filles occupent et jouissent d’un droit à l’espace public et au loisir elles aussi ?

L’exemple du groupe citoyen « La ville est à nous, AUSSI ! »

Après une phase de diagnostic sensible du quartier où habitent un groupe de jeunes filles, celles-ci cherchent des solutions en termes d’aménagement pour se sentir à l’aise dans l’espace public et pouvoir se l’approprier.

Pour en savoir plus et découvrir le Manifeste rédigé par le groupe, c'est par ici !

Pour elles, il est important d’avoir un espace ludique, un espace « agréable pour se poser », pour inciter les jeunes filles à l’occuper. Si les espaces ludiques sont souvent pensés pour les enfants, d’autres peuvent être conçus pour les plus grand·e·s. Certains espaces ludiques peuvent ainsi être appropriés par les adolescentes. Différentes dimensions à prendre en compte :

S'amuser/ jouer  : avoir des structures en bois/ hamacs / grandes balançoires / balancelles
Se retrouver / se rencontrer :  Tables et bancs, balancelles en face à face, filet géant
Se sentir en sécurité :

  • Planter des petits buissons autour pour être tranquilles, pas à la vue de tou·te·s quand on est assises.
  • Un système de lumières qui permette de pouvoir rester le soir/en fin d'après-midi

Quelques exemples d'aménagements plébiscités

Make Space for Girls pense les espaces publics avec les filles et jeunes femmes pour que les aménagements tiennent compte de leurs volontés et besoins, et "pas seulement ceux des jeunes hommes".

Plusieurs exemples d'aménagements sont repris. Celui sur l'image à droite a été très inspirant pour le groupe  'la Ville est à nous AUSSI'.

En effet, il reprend les différentes dimensions : ludique, où l'on peut être à plusieurs, notamment en face à face. Côté intimité, les arbres peuvent suffire, en fonction de où on se trouve et ce qui nous entoure.

Pour en savoir plus : https://makespaceforgirls.co.uk/about-us/

Archi_étudiants copie - copie

Un groupe d'étudiant·e·s de Belgique et de France a aussi travaillé à la recherche de solutions en termes d'aménagements après avoir entendu parler du diagnostic réalisé par le groupe 'la ville est à nous, AUSSI.'

Sur la photo de gauche, le groupe a imaginé un espace qui soit accessible à tou·te·s, ludique pour tous les âges et convivial. C'est notamment le cas de la balançoire ronde et du filet pour se détendre.

A Copenhague, l'expérimentation sur les espaces publics est inspirante. Les balancelles ont largement étaient plébiscité par le groupe.

Au-delà des aménagements, inciter l’appropriation des espaces publics

Au-delà de l’aménagement des espaces, comme le rappelle Edith Maruéjouls dans la vidéo, se pose la question de qui occupe l'espace public. On constate que les jeunes femmes sont moins visibles et occupent rarement l'espace en groupe, à la différence des hommes.

Dès lors, il est aussi intéressant de développer des stratégies d’appropriation des espaces publics en groupe.

L’exemple des « Steph Girls » et de l’occupation temporaire du parc Stephenson (Schaerbeek)

A Schaerbeek, une occupation temporaire est mise en place dans un espace jusqu'alors privé, qui deviendra après travaux un parc ouvert à tou·te·s. La question de l'accès et de l'appropriation par les femmes et jeunes femmes de ce futur espace public est très vite apparue. Le groupe de jeunes femmes "les Steph Girls" ont voulu occuper cet espace en tant que groupe, et cela en non mixité. L'appel est lancé aux filles du quartier : "viens aménager un espace filles dans le quartier et réfléchir au futur parc !". Il s'agit d'abord d'occuper l'espace public en groupe et d'y faire les activités voulues par les Steph Girls. Derrière, la volonté de faire comprendre aux garçons : "le quartier n'est pas qu'à vous".

Une double stratégie à mettre en place

A la lumière de ces témoignages, il nous semble que favoriser l'égalité filles-garçons dans les espaces publics passe par un équilibre entre deux pratiques :

  • l'occupation au quotidien des espaces publics par les femmes, notamment en groupe afin de se les approprier ;
  • la mise en place d'aménagement et de plans d'aménagement égalitaire, à partir d'une réflexion sur le genre et de la participation des jeunes femmes aux processus de conception et de gestion de ces espaces.

Agir autrement, au croisement de pratiques et références d’ailleurs

Depuis sa création, Periferia travaille la question des relations Sud/Nord – Nord/Sud, persuadés que nous avons tout à gagner dans les échanges entre personnes et organisations de contextes différents. Dans le cadre des actions que nous menons avec des collectifs d’Amérique Latine, nous avons accueilli Anahí Machicado, éducatrice populaire et artiste bolivienne, pendant 3 mois au sein de Periferia.

Cette étude a été élaborée à partir de réflexions de Anahí et de l’équipe, puis nourrie par la mise en œuvre d’actions animées par Anahí avec plusieurs collectifs que Periferia accompagne. Enfin, elle permet d’amener des éléments de positionnement de Periferia que nous souhaitons partager avec d’autres personnes et collectifs désireux·ses de se laisser perturber par des regards et pratiques venues d’ailleurs.

Cliquez ici ou sur l'image pour accéder au document

Soyons lobbyistes citoyen·ne·s ! 

lobby_logo_ok

Pourquoi Periferia s’est intéressée au lobby citoyen ?

Depuis des années, Periferia accompagne des collectifs, groupes et organisations qui s’activent pour défendre des causes sociales, écologiques, de droit à la ville, de redistribution des richesses... Riches de nombreuses compétences, d’énergie et de volonté de transformer la société, ces groupes mènent des actions et inventent des projets qui sont porteur de transformations soci(ét)ales... Ils produisent chaque année des savoirs, analyses, propositions, rapports, mémorandums, études sur ces enjeux de société souvent complexes et sont porteurs de solutions parfois innovantes qui mériteraient d’être implémentées chez nous. Et pourtant... Beaucoup d’entre eux nous rapportent le même découragement de ne pas être entendu·e·s ou suffisamment influents que pour faire évoluer les décisions et politiques publiques.

C’est face à ces différentes interpellations, et nous-mêmes un peu désabusé·e·s quant de voir leu peu d’incidence concrète que ces démarches ont sur les décisions politiques, que Periferia s’est intéressée aux démarches de lobby politique.

Une pratique méconnue qui est pourtant couramment utilisée par d’autres organisations influentes comme les ONG, les grands groupes commerciaux, les GAMMA[1]... Tellement que la pratique de lobby est souvent vue comme une pratique réservée aux acteurs et actrices de la société qui défendent des intérêts contraires au bien-être et bien-vivre mondiaux ! Or ce qui pose problème, ce n’est pas la pratique en soi, mais la finalité et la manière dont elle est utilisée. Et en cela, il nous a semblé que ces associations et collectifs citoyens pourraient davantage se les approprier pour faire valoir, eux aussi, leurs visions des choses et défendre leurs propositions d’action.

Nous sommes donc parti·e·s à l’exploration du lobby (citoyen). a travers des rencontres, des entretiens, via des conférences, podcast et vidéos et avons cherché à fournir un premier outil - libre d’utilisation et de diffusion sous réserve de citer la source - qui puisse permettre à ces citoyen·ne·s et associations de s’approprier le concept et les outils pratiques du lobby citoyen.

Cette exploration n’est évidemment pas terminée. elle se poursuivra au fil du temps et nous alimenterons son contenu du fruit de nos futures recherches… et expérimentations !

[1] Google, Appel, Microsoft, Meta (ex-Facebook), Amazon.

Que trouverez-vous sur cette page ?

  • Une note d’introduction qui présente le contexte de production de cette présentation
  • Une présentation sous forme de slides qui peut être projetée ou imprimée pour un groupe. La présentation repose sur deux parties.
    -   Partie 1 : Quelques repères pour comprendre le lobby et le distinguer d’autres modes d’action
    -   Partie 2 : Guide pratique pour construire et préparer une démarche de lobby citoyen
  • Une note explicative de chaque slide pour faciliter l’appropriation des contenus de la présentation, et servir de support pour une animation.
  • Des liens vers des ressources analytiques et méthodologiques
  • Des exemples d’expériences inspirantes

C'est parti !

Note d'introduction

Cliquez sur la photo pour accéder au document

Présentation en diapositives

Cliquez sur la photo pour accéder au document

Notes explicatives des diapositives

Cliquez sur la photo pour accéder au document

 

D'autres ressources à explorer...

...Autour du lobby citoyen

  • Lobby : origine et influence (ORBIS) : courte vidéo de présentation de ce qu’est le lobby, de ses origines à un état des lieux actuel https://www.youtube.com/watch?v=0QTQWYhdhTs
  • Lobby or not lobby (Vidéo DATAGUEULE) : courte vidéo de présentation de l’avènement du lobby économique actuel, du cadre légal et aperçu des pratiques détournées https://www.youtube.com/watch?v=9PHxPVumz_4
  • CLIC (Citoyennes.ens Lobbyistes d’Intérêts Communs)lobby-citoyen.org
    Un collectif de citoyen·ne·s français·e·s qui ne souhaitent plus laisser leur représentant décider pour elleux et les légitimer tous les 5 ou 6 ans lors des élections. « Notre volonté est de fournir aux citoyennes.ens, les clés de compréhension et les outils pour soutenir leurs propres engagements politique. Nous mettons à disposition de tous nos méthodes et nos outils et nous concevons des campagnes ciblées d’interpellation des politiques sur des sujets d’intérêt général. »
    Leur site internet contient de nombreux supports didactiques, vidéos, interviews et actualités inspirants pour qui souhaite mener ou soutenir des démarches de lobby citoyen. A visiter !
  • Mode d’emploi du lobby citoyen (par le CLIC) : https://lobby-citoyen.org/lobbying-mode-demploi/
  • Méthodes du lobby citoyen (par le CLIC) : https://lobby-citoyen.org/les-methodes-du-lobbying-citoyen/

...Autour du lobby et contre-lobby économique

  • CEO – Corporate Europe Observatory : Think tank qui surveille les lobbies économiques actifs autour des institutions européennes en Belgique. «Corporate Europe Observatory (CEO) est un groupe de recherche et de campagne travaillant pour exposer et remettre en question l'accès privilégié et l'influence dont jouissent les entreprises et leurs groupes de pression dans l'élaboration des politiques de l'UE. » https://corporateeurope.org/en/articles
    Ils sont notamment à l’origine du Lobby tour, une visite guidée de découverte des grands groupes de lobby à Bruxelles (un concept décliné ensuite dans d’autres villes et par d’autres organisations). https://corporateeurope.org/en/power-lobbies/2018/04/take-virtual-tour-eu-lobby-world
  • Lobby : la politique au service des intérêts privés ? : webconférence organisée par les Colibris. Au niveau européen, à l’Assemblée nationale, au Sénat, et jusque dans les cabinets ministériels… Les entreprises usent de leur pouvoir pour influencer les décisions politiques qui pourraient contrevenir à leurs intérêts. Alors que associations et ONG ont peu de moyens pour défendre l’intérêt général, les défenseurs d’intérêts privés, particulièrement les multinationales, dépensent des sommes colossales pour faire du lobbying. Une influence qui questionne la raison d’être même de nos démocraties. Comment se défaire de cette influence, ou du moins l’encadrer, pour faire primer l'intérêt général ?
  • Kit pédagogique autour des Lobbies et des Lois (par Culture et santé) : Ce kit pédagogique permet de rendre plus explicite le rôle majeur des lobbies industriels dans les prises de décision politiques, en particulier au niveau européen, et de questionner la place du citoyen·ne. Il est composé de :

Expériences inspirantes

Cliquez sur la photo pour accéder au document

Construisons ensemble nos règles de fonctionnement et faisons-les évoluer

L’auto-règlement évolutif, ça vous dit quelque chose ? C’est l’expression couramment utilisée pour décrire le processus de construction et de révision collective des règlements des Budgets participatifs en Amérique latine. Une pratique qui redonne du sens au fait de se doter d’un règlement dans un collectif et qui apporte des billes pour le faire ensemble.
L’étude est structurée autour des trois dimensions qui composent ce concept :
- L’auto, c’est-à-dire le faire de construire ses règles avec et à partir de celles et ceux à qui elles s’adressent
- Règlement, c’est-à-dire le concept même de règle en fonction des finalités poursuivies et de la philosophie choisie
- Évolutif, c’est-à-dire le caractère adaptatif, révisable et dynamique à la fois du processus de construction et du contenu du règlement.
Cette publication invite à repenser plus largement le concept de règlement, l’intérêt de se doter (ou non) de règles et la manière dont on le fait.
Par choix méthodologique, nous avons préféré restreint le champ d’étude aux dispositifs spécifiques de Budgets Participatifs. La réflexion de cette étude est cependant tout à fait intéressante pour tout qui veut se nourrir sur l’enjeu de se doter de règles collectives, quel que soit le contexte dans lequel cela se passe (ROI, règles de vie communes dans un habitat groupé, charte de fonctionnement, etc.).

Sens et bénéfices de la participation

illu page

Pourquoi un outil autour du sens et du bénéfice de la participation ?

Depuis ses débuts, le projet de Periferia s’inscrit dans une perspective de transformation sociale et sociétale, pour une société plus participative, inclusive et égalitaire, et ce, en partant de celles et ceux qui sont moins habitué·e·s à participer et se faire entendre. Les dynamiques que nous menons et les accompagnements que nous proposons se veulent tournés vers cet objectif d’incidence (sur les individus, l’organisation collective, les décisions et politiques publiques, les cadres et normes).

Depuis la fin des années 2000, nous avons vu les dispositifs de participation citoyenne se multiplier et s’étendre à bien des domaines. La participation citoyenne est devenue un incontournable… jusqu’à en être obligatoire dans certains projets publics comme la rénovation urbaine ou le développement territorial. Le rôle de chargé·e de participation est devenu un métier en soi, une fonction à part entière et, en parallèle, de nombreux outils ont été développés, actualisés, structurés. La participation s’est fortement opérationnalisée à coups de dispositifs, guides pratiques, méthodes prédéfinies, etc.
Progressivement la question du COMMENT a pris le pas sur la question du POUR QUOI ?

Dans le champ de la participation, on nous renvoie souvent le message que notre particularité n’est pas d’être expert (d’une méthode, de systématisation, d’une question…), mais plutôt de toujours revenir à des questions de SENS. La majorité de nos publications, dédiées à des questions de participation, ont été développées dans le but de remettre cette question au centre des démarches participatives et nous sommes sollicités chaque année pour intervenir sur ces questions auprès d’équipes, pôles de formation, espaces interprofessionnels ou autres. Des demandes auxquelles il ne nous est pas toujours possible de répondre, faute de temps.

En plus de nos publications (dont certaines sont mentionnées ci-dessous), nous avons donc fait le pari de mettre à disposition de tout·e un·e chacun·e un outil d’appropriation ET de transmission des clés et balises que nous avons développées autour du SENS et des BENEFICES de la participation (tant pour celles et ceux qui sont invité·e·s à participer que pour celles et ceux qui proposent de participer).

Cet outil – complémentaire aux publications méthodologiques – prend la forme d’une présentation projetable structurée en slides, et d’un document permettant de le commenter et l’illustrer oralement.
Il est donc libre d’utilisation, de diffusion, de transmission, sous réserve de citer la source.

Il a été testé à de nombreuses reprises et a évolué au fil des années pour atteindre la version actuelle qui pourra encore évoluer en fonction des retours que vous nous renverrez. 😉

Que trouverez-vous sur cette page ?

  • Une présentation sous forme de slides qui peut être projetée ou imprimée pour un groupe. La présentation repose sur deux parties.
  • Partie 1 : Quelques repères autour du sens et des finalités de la participation
    • A. La participation, c’est quoi ?
    • B. Pourquoi on fait de la participation ?
    • C. Participer, qu’est-ce que cela apporte aux participant·e·s ?
    • D. Ce qu’il faut retenir
  • Partie 2 : Appropriation d’une grille de planification de démarche participative
  • Une note explicative de chaque slide pour faciliter l’appropriation des contenus de la présentation et servir de support pour une animation.
  • La grille de planification de démarche de participation (format A3, recto verso, pliable en deux).
  • Des liens vers des ressources analytiques et méthodologiques
  • Des exemples d’expériences inspirantes (à venir !)

C'est parti !

Présentation en

diapositives

Cliquez sur la photo pour accéder au document

Notes explicatives

Partie 1

Cliquez sur la photo pour accéder au document

Notes explicatives 

Partie 2

Cliquez sur la photo pour accéder au document

La grille

de la participation

Cliquez sur la photo pour accéder au document

D'autres ressources

à explorer...

 

Expériences inspirantes

Cliquez sur la photo pour accéder au document

à venir

Jeunes et engagement politique : différentes formes de participation

bla

Depuis plusieurs années, nous entendons les constats des un·es et des autres, sur la diminution de l'engagement politique et collectif des jeunes. Nous le constatons aussi, comme de nombreux·ses travailleurs·euses, peu de jeunes sont présent·es dans les espaces de participation traditionnels et nous avons parfois du mal à les mobiliser.

Cet article propose d'analyser l'engagement des jeunes à partir de plusieurs expérimentations et rencontres que nous avons eu ces dernières années :

  • plusieurs expérimentations au sein du quartier Stephenson, avec les jeunes du quartier, dans la période 2019-2023 ;
  •  des rencontres virtuelles entre des jeunes bruxellois et des jeunes brésilien·nes pour échanger autours des notions du droit à la ville et du racisme (dans la même période) ;
  • une rencontre internationale entre jeunes bruxelloises, jeunes brésilien·nes et jeunes boliviennes lors de l'été 2022, dont une vidéo permet de retracer les différentes formes d'engagements des jeunes rencontrées

Les jeunes : mais de qui parle-t-on au fait ?

Très vite en débutant nos réflexions autour de l'engagement des jeunes, nous nous sommes demandé s'il y avait un âge pour s'engager.

Pour parler d'engagement politique, peut-être faut-il attendre l'adolescence ? Finalement, on s'est vite rendu compte qu'à tout âge, l'engagement peut-être suscité ! Des jeunes de 11 ans, dans le quartier Stephenson, nous témoignent déjà de leur engagement dans leur quartier, à travers des activités organisées par le milieu associatif en particulier. Durant des sessions de débats et d'échanges, les jeunes ont déjà de nombreuses revendications en tête pour améliorer leur cadre de vie, et savent déjà proposer des idées pour leurs petits frères/soeurs, leurs parents, ou leurs grands-parents. Une capacité à sortir de l'individuel pour imaginer du collectif donc.

D'autres, plus âgés, à la vingtaine, cherchent à s'engager dans leur quartier, en particulier auprès des plus jeunes. Organisation d'activités, aide pour l'école, volonté de transmettre des valeurs qu'iels trouvent importantes...les actions sont nombreuses et diversifiées.

La crise sanitaire de 2020 nous a également montré l’élan de solidarité - et donc l'engagement concret - d’une grande partie des jeunes, à tout âge, en particulier dans l’aide alimentaire, dans les quartiers les plus populaires.

Samira et Chérine, habitantes du quartier Stalingrad à Bruxelles, se sont engagées dans la réalisation d'un film qui questionne le projet de construction de la nouvelle ligne de métro 3 dans leur quartier.

Tout cela montre l'engagement - souvent pour le quartier - des jeunes.

En 2016, nous pointions déjà la diversité des formes d'engagement suite aux échanges réalisés lors des Etats Généraux de la jeunesse :

  • Oser prendre la parole, s'exprimer via les médias (radio, théâtre, court-métrage...)
  • Oser parler sincèrement
  • Faire entendre sa voix sur les enjeux qui nous intéressent
  • Etre présent
  • Dénoncer publiquement
  • Manifester
  • Proposer et réaliser une action pour son quartier
  • Etre bénévole pour un festival
  • Participer, être acteur dans des processus, débats, tables-rondes...
  • Participer aux démarches associatives et être présents dans la structure
  • Proposer une action concrète pour répondre à un besoin que l'on rencontre
  • Participer à la vie de quartier
  • Participation à un projet citoyen, s'engager selon ses valeurs dans une action pour la société
  • Organisme de jeunesse, mouvements...
  • Etre délégué, par exemple dans une école, un Conseil de jeunes...

Pour en savoir plus, voir la publication « Mobiliser les jeunes, mission impossible ? » 

Cela dévoile aussi de la diversité des situations. "Les jeunes" n'est pas une seule catégorie. Si les âges montrent des formes d'engagement différentes, c'est aussi le cas du genre ou encore du quartier dans lequel on vit.

Avec Samira et Chérine, nous sommes donc parties rejoindre le Nord du Brésil pour une rencontre internationale de jeunes à Fortaleza. Dans un contexte si différent, les jeunes s'engagent-ils ? Et comment ?

Dès les prémices de l'organisation de cette rencontre, nous sentons et une énergie de la part des jeunes : la rencontre est organisée par les jeunes, pour les jeunes. C'est déjà une posture bien différentes des activités parfois organisés pour elles et eux...

La vidéo retrace ce voyage à la rencontre d'autres jeunes et met en lumière les formes d'engagement suivantes :

  • (s')informer
  • partir s'inspirer
  • partager des luttes
  • comprendre et analyser
  • (faire) connaitre ses droits et opportunités
  • se présenter
  • occuper les espaces politiques traditionnels
  • visibiliser et garder mémoire (des luttes)
  • s'engager, à travers la culture
  • célébrer

La place prépondérante des images et vidéos à travers les réseaux sociaux tel que Tiktok est bien connue. Mais les jeunes brésilien·nes nous prouvent qu'il s'agit aussi d'une manière de s'engager :

--> c'est une manière de faire soi-même, et de ne pas laisser faire d'autres, à sa place. Les montages sur TikTok sont réalisés par eux-mêmes, les message aussi.

--> les réseaux sociaux peuvent toucher de nombreux·ses jeunes, et il est important d'utiliser ce réseau pour informer, partager, aider à comprendre et analyser, faire connaitre ses droits et opportunités...

Si la crise sanitaire a montré l’engagement d’une grande partie des jeunes notamment dans l’aide alimentaire, il nous a semblé important de réaliser une analyse pour montrer que les jeunes sont bien engagés, eux aussi, et au- delà de l’urgence sanitaire, et que les formes d’engagements sont diverses. A nous, travailleurs et travailleuses de nous en saisir également pour aller à la rencontre des jeunes et valoriser leurs engagements !

Collectif Roulotte – Pour un espace de quartier autogéré… et accessible sans condition !

Le Quartier des Arsouilles est un quartier bien vivant à Namur, où depuis plus de 10 ans, habitant·e·s et associations (réuni·e·s au sein de la Concertation du quartier) collaborent et élaborent des projets et rêves pour renforcer la convivialité et améliorer la qualité de vie dans le quartier.

Depuis 2019, un petit groupe de personnes, réunies sous le nom du collectif "Roulotte",  réfléchit à la création d’un espace commun et autogéré dans le quartier.

Ce qui est souhaité? Un « local de quartier ouvert à tou.te.s, un lieu inutile (de l’ordre de la case vide), gratuit, informel, sans contrôle (contrainte), pour se poser, sans planning d’occupation, où l’on peut s’identifier collectivement (symbolique), avec une personne responsable de l’accueil ».

244672052_2229707027180183_7661807328026173925_n
Au départ, une envie, un besoin... 

Il y a maintenant plusieurs années, Periferia a intégré la Concertation de quartier Saint-Nicolas (dont le groupe “Roulotte” fait partie) et a rejoint ce processus dans son étape d’ancrage concret dans un lieu du quartier. Cette étape nécessitait de:

  • mener un état des lieux possibles,
  • clarifier l’ensemble des opérations nécessaires à ce projet (réaménagement urbain, conditions de propriété d’usage du groupe, impacts sur la mobilité dans le quartier...)
  • négocier avec les élu·e·s politiques de la Ville pour le mettre en place

Malheureusement, 2020 et son lot de perturbations n’ont pas épargné le projet Roulotte. Les rencontres du groupe ont été annulées, la participation aux Concertations de quartier a été perturbée, le passage des réunions sous format numérique a eu comme effet d’exclure bon nombre d’habitant·e·s de la dynamique et d’essouffler la motivation du groupe.

... qui tout doucement prend forme

Mais la fin de l’été et les beaux jours que nous avons connus, ont permis aux activités de reprendre du poil de la bête et le groupe s’est à nouveau réuni ! Les habitant·e·s ont alors choisi de réorienter leurs énergies en se focalisant sur une première étape du projet : créer un lieu communautaire extérieur...en se réappropriant la rue Ponty qu'ils veulent libérer de la circulation routière! Pour y parvenir, le groupe a déposé un projet dans le cadre d'un appel à projets citoyens de la ville de Namur. 

Un coup d'oeil sur la vidéo de présentation du projet? C'est par ici.

02
Au programme des ambitions du groupe ?

Libérer la rue Ponty de la circulation automobile pour y créer une “P’tite place”, un lieu où vivre ensemble et qui prend du sens pour toutes les générations et cultures qui le fréquentent. Un espace à aménager par les habitant·e·s lors d’un chantier participatif, pour y créer du mobilier, y remettre de la couleur, et de la nature avec notamment des bacs à plantes comestibles.

D'un rêve de quartier... à un quartier de rêve !

Ca y est, la bonne nouvelle est arrivée au printemps 2021... le projet Roulotte est sélectionné et un budget est donc alloué par la Ville pour la réalisation du projet de piétonnisation porté par le groupe!

Cette étape marque alors les premières phases de concrétisation du projet : le groupe part à la rencontre des habitant·e·s du quartier pour faire évoluer le projet en prenant en compte d'autres envies, points d'attentions; des discussions démarrent avec la Ville et les premiers plans d'aménagements de la future rue piétonne voient le jour.

Plusieurs chantiers participatifs sont alors programmés et encadrés par l'asbl La Bonneterie pour créer du mobilier qui viendra aménager la rue, de manière temporaire pendant 18 mois.

Retour en images sur les réalisations des deux chantiers participatifs
©La Bonneterie

IMG_20210926_110901
246230934_1995344747291214_5669313133937653449_n
246298358_1995345783957777_2598034680040932480_n
279486732_2406149076202643_4420854700634256604_n
279690601_2406148592869358_4355669233017654002_n
280077560_2406148876202663_429894632444932931_n
Et aujourd'hui ?
Dans la rue Ponty, on peut aujourd'hui se retrouver pour boire un "p'tit Kawa" servi par des habitant.e.s du quartier. Ce rendez-vous hebdomadaire réunit chaque mercredi entre vingt et quarante habitant·e·s. Au fil du temps, il est devenu un véritable lieu de concertation du quartier. 
84657068_1675833959234162_7640163880852783104_n
L'opportunité de croiser les regards

Nous vous en parlions déjà ici mais quelle chance que de partir d'une expérience d'appropriation de rue...... pour échanger autour de la thématique elle-même!

C'est donc à l’occasion du chantier participatif de mai, que nous avons relancé une rencontre Capacitation citoyenne sur le thème « Réapproprions-nous les espaces publics ». 

Rencontre capacitation

Ces rencontres, arrêtées depuis plusieurs années, visent à permettre à des collectifs d’ici et d’ailleurs de se rencontrer, de partager leur expérience, de mutualiser leurs luttes, de transmettre leurs stratégies et modes de faire, dans une ambiance qui se veut toujours conviviale et improbable.

Pour cette journée, plusieurs collectifs amis de Periferia qui ont mené des expériences autour de cet enjeu ont rejoint le chantier. Y étaient notamment présents; le groupe Roulotte évidemment, le collectif hutois HEPP (Huy Espace Public Partagé), les Hérissé.e.s de Charleroi, un groupe de filles de Molenbeek actives autour des questions de la place des femmes dans l'espace public,...

Ce fût l’occasion pour tou.te.s de partager son expérience en même temps que d'apprendre à construire une agora ou encore de préparer collectivement un bon repas. Une belle journée ensoleillée placée sous le signe du croisement d'idées, de l'inspiration, de l'ouverture à l'Autre et de volonté de construire du commun !

Retour en vidéo sur cette journée !  

Vidéo réalisée par Paola Guillen & Oscar Medina