Wallon·ne·s, signez notre pétition!

assemblée citoyenne
assembleeCitoyenne

" Nous, citoyens et citoyennes de Wallonie demandons au Parlement Wallon l’instauration d’une Assemblée Citoyenne en Région Wallonne. Celle-ci sera largement inspirée par le « Dialogue permanent en Communauté Germanophone » tel qu’il existe depuis le 25 février 2019. "

Periferia, en lien avec d'autres associations et citoyen·ne·s wallon·ne·s, a déposé le 12 juin dernier deux pétitions en ligne pour qu'une assemblée citoyenne puisse voir le jour aux côtés du Parlement wallon.

 

Nous avons besoin de votre soutien !

ATTENTION :
seules les personnes domiciliées en Wallonie peuvent signer.

Les autres : merci de relayer auprès de vos familles, ami·e·s et connaissances wallonnes ! 😉 

Capture d’écran 2022-07-05 à 16.45.31

Pour signer
la pétition 130bis

CLIQUEZ ICI

Une fois le formulaire 130bis ouvert :

  1. Téléchargez-le et imprimez-le
  2. Signez-le
  3. Renvoyez le nous ou déposez-le à l'adresse suivante (citoyen qui les centralise) :

Eric Jourdain
22 Rue de Lonzée
5030 Lonzée

Seuls les originaux sont valables pour le Parlement !

Un souci ? contactez-nous via contact@periferia.be

Pourquoi deux pétitions ?

L'article 127 du règlement du Parlement wallon permet aux citoyen·ne·s wallon·ne·s de "formuler une question concrète à propos d’un sujet relevant d’une compétence exercée par la Région (...)" et d'être entendu·e·s par la Commission. Celle-ci disposera ensuite de deux mois pour répondre à cette interpellation citoyenne. Il faut pour cela collecter 1000 signatures, papier ou numériques.

L'article 130bis du règlement du Parlement wallon permet quant à lui aux ciotyen·ne·s wallon·ne·s de de suggérer la mise en place de commissions mixtes (10 parlementaires et 30 citoyen·ne·s) pour discuter d'une question. Le principe est donc similaire à celui d'une pétition classique, à cela près qu'il s'agit d'obtenir 2000 signatures (uniquement papier à ce stade!), et que la commission est mixte et non pas uniquement constituée de parlementaires.

Il est donc plus intéressant que l'on parvienne à obtenir ces 2000 signatures. 😉

 

Partagez aussi notre appel Facebook !

D'où vient cette pétition ?

Une revendication issue d'une dynamique de convergence...

En juin 2021, Periferia a répondu à l'appel d'associations et groupes militants de Namur. a la sortie de deux années de pandémie et de restrictions sociales, les groupes de lutte sont affaiblis, avec des troupes en partie démobilisées. Malgré tout l'envie est encore là et les besoins criants : les lutes sont toujours à mener et restent plus que légitimes.

Quelques groupes locaux lancent alors un appel à converger, à unir nos forces et nos combats. Un lieu de convergence se met en place et plusieurs actions sont menées, parmi lesquelles, des assemblées citoyennes. Parce qu'il faut continuer à faire débat, parce qu'il faut inventer de nouvelles réponses, parce que celles et ceux qui vient des situations difficiles sont des interlocuteurs incontournables pour les inventer...

"Nous voulons une assemblée citoyenne"

La revendication d'assemblées citoyennes wallonnes est ressortie comme un trait commun à nos aspirations : une réappropriation du pouvoir politique par les citoyens et citoyennes afin d'assurer une transition vers un monde plus solidaire, juste et soutenable.

Une première demande au Parlement déboutée

Dès l'automne 2021, une première demande est introduite auprès du Parlement Wallon. Celle-ci propose la mise en place d'une assemblée citoyenne "qui soit représentative de la population et transcende les intérêts partisans de la majorité des professionnels de la politique. Cette assemblée aura le mandat de déterminer des mesures pouvant être juridiquement contraignantes indépendamment de l'accord des élu·es en place afin d'orchestrer, nous l'espérons, une transition écologique et sociétale majeure, rapide et socialement juste."

Le caractère contraignant sollicité est alors pointé par le service public comme illégal. Celui-ci déboute donc notre demande. Purement et simplement. Le débat n'aura pas lieu.

Une seconde demande, inspirée de la Communauté germanophone

Le collectif ne se laisse pas démonter et décide donc de s'inspirer de dispositifs déjà existant en Belgique pour asseoir "légalement" sa proposition. En Communauté germanophone, un dialogue citoyen permanent existe depuis février 2019 et semble avoir généré de nouveaux rapports citoyen·ne·s - élu·e·s inspirants. Le collectif étudie ce dispositif et y retrouve une grande part de ses aspirations.

Une seconde pétition est rédigée. Elle sera rentrée cette fois sous deux articles d'interpellation citoyenne :

  • l'article 127, déjà tenté avec la première pétition.
  • l'article 130 bis, plus contraignant car s'il est officiellement entré en vigueur, n'a pas encore été mis en application : l'interface numérique et le formulaire type n'ont pas encore été créés par l'administration wallonne.

Qu'à cela ne tienne, nous tentons le tout pour le tout !

Siegeons au parlement wallon 002

---> Pour découvrir cette aventure, consultez le blog du collectif en cliquant ici !

Vous y retrouverez :

  • le récit du collectif,
  • les photos des actions,
  • les articles de presse.

En collaboration avec avec les amis de la terre, RAMUR, les Gilets Jaunes, les JOC, Extinction Rebellion, la Casserole et un collectif de citoyen·ne·s engagé·e·s dans les questions de Démocratie.

Collectif Roulotte – Pour un espace de quartier autogéré… et accessible sans condition !

Le Quartier des Arsouilles est un quartier bien vivant à Namur, où depuis plus de 10 ans, habitant·e·s et associations (réuni·e·s au sein de la Concertation du quartier) collaborent et élaborent des projets et rêves pour renforcer la convivialité et améliorer la qualité de vie dans le quartier.

Depuis 2019, un petit groupe de personnes, réunies sous le nom du collectif "Roulotte",  réfléchit à la création d’un espace commun et autogéré dans le quartier.

Ce qui est souhaité? Un « local de quartier ouvert à tou.te.s, un lieu inutile (de l’ordre de la case vide), gratuit, informel, sans contrôle (contrainte), pour se poser, sans planning d’occupation, où l’on peut s’identifier collectivement (symbolique), avec une personne responsable de l’accueil ».

244672052_2229707027180183_7661807328026173925_n
Au départ, une envie, un besoin... 

Il y a maintenant plusieurs années, Periferia a intégré la Concertation de quartier Saint-Nicolas (dont le groupe “Roulotte” fait partie) et a rejoint ce processus dans son étape d’ancrage concret dans un lieu du quartier. Cette étape nécessitait de:

  • mener un état des lieux possibles,
  • clarifier l’ensemble des opérations nécessaires à ce projet (réaménagement urbain, conditions de propriété d’usage du groupe, impacts sur la mobilité dans le quartier...)
  • négocier avec les élu·e·s politiques de la Ville pour le mettre en place

Malheureusement, 2020 et son lot de perturbations n’ont pas épargné le projet Roulotte. Les rencontres du groupe ont été annulées, la participation aux Concertations de quartier a été perturbée, le passage des réunions sous format numérique a eu comme effet d’exclure bon nombre d’habitant·e·s de la dynamique et d’essouffler la motivation du groupe.

... qui tout doucement prend forme

Mais la fin de l’été et les beaux jours que nous avons connus, ont permis aux activités de reprendre du poil de la bête et le groupe s’est à nouveau réuni ! Les habitant·e·s ont alors choisi de réorienter leurs énergies en se focalisant sur une première étape du projet : créer un lieu communautaire extérieur...en se réappropriant la rue Ponty qu'ils veulent libérer de la circulation routière! Pour y parvenir, le groupe a déposé un projet dans le cadre d'un appel à projets citoyens de la ville de Namur. 

Un coup d'oeil sur la vidéo de présentation du projet? C'est par ici.

02
Au programme des ambitions du groupe ?

Libérer la rue Ponty de la circulation automobile pour y créer une “P’tite place”, un lieu où vivre ensemble et qui prend du sens pour toutes les générations et cultures qui le fréquentent. Un espace à aménager par les habitant·e·s lors d’un chantier participatif, pour y créer du mobilier, y remettre de la couleur, et de la nature avec notamment des bacs à plantes comestibles.

D'un rêve de quartier... à un quartier de rêve !

Ca y est, la bonne nouvelle est arrivée au printemps 2021... le projet Roulotte est sélectionné et un budget est donc alloué par la Ville pour la réalisation du projet de piétonnisation porté par le groupe!

Cette étape marque alors les premières phases de concrétisation du projet : le groupe part à la rencontre des habitant·e·s du quartier pour faire évoluer le projet en prenant en compte d'autres envies, points d'attentions; des discussions démarrent avec la Ville et les premiers plans d'aménagements de la future rue piétonne voient le jour.

Plusieurs chantiers participatifs sont alors programmés et encadrés par l'asbl La Bonneterie pour créer du mobilier qui viendra aménager la rue, de manière temporaire pendant 18 mois.

Retour en images sur les réalisations des deux chantiers participatifs
©La Bonneterie

IMG_20210926_110901
246230934_1995344747291214_5669313133937653449_n
246298358_1995345783957777_2598034680040932480_n
279486732_2406149076202643_4420854700634256604_n
279690601_2406148592869358_4355669233017654002_n
280077560_2406148876202663_429894632444932931_n
Et aujourd'hui ?
Dans la rue Ponty, on peut aujourd'hui se retrouver pour boire un "p'tit Kawa" servi par des habitant.e.s du quartier. Ce rendez-vous hebdomadaire réunit chaque mercredi entre vingt et quarante habitant·e·s. Au fil du temps, il est devenu un véritable lieu de concertation du quartier. 
84657068_1675833959234162_7640163880852783104_n
L'opportunité de croiser les regards

Nous vous en parlions déjà ici mais quelle chance que de partir d'une expérience d'appropriation de rue...... pour échanger autour de la thématique elle-même!

C'est donc à l’occasion du chantier participatif de mai, que nous avons relancé une rencontre Capacitation citoyenne sur le thème « Réapproprions-nous les espaces publics ». 

Rencontre capacitation

Ces rencontres, arrêtées depuis plusieurs années, visent à permettre à des collectifs d’ici et d’ailleurs de se rencontrer, de partager leur expérience, de mutualiser leurs luttes, de transmettre leurs stratégies et modes de faire, dans une ambiance qui se veut toujours conviviale et improbable.

Pour cette journée, plusieurs collectifs amis de Periferia qui ont mené des expériences autour de cet enjeu ont rejoint le chantier. Y étaient notamment présents; le groupe Roulotte évidemment, le collectif hutois HEPP (Huy Espace Public Partagé), les Hérissé.e.s de Charleroi, un groupe de filles de Molenbeek actives autour des questions de la place des femmes dans l'espace public,...

Ce fût l’occasion pour tou.te.s de partager son expérience en même temps que d'apprendre à construire une agora ou encore de préparer collectivement un bon repas. Une belle journée ensoleillée placée sous le signe du croisement d'idées, de l'inspiration, de l'ouverture à l'Autre et de volonté de construire du commun !

Retour en vidéo sur cette journée !  

Vidéo réalisée par Paola Guillen & Oscar Medina

HEPP – Huy, Espace Public Partagé

Constat Partagé

Démarche citoyenne en construction

Réactivation par l’usage / Pique-niques partagés

Réenchanter collectivement l'espace public

Module temporaire / Chantier participatif

La Ville de Huy est très belle, et pourtant les espaces publics existants n’y sont pas attractifs, il n’y a pas d’aires de jeux agréables pour les enfants alors que les adolescents et les personnes âgées ne s’y retrouvent pas non plus. Il y a un manque de convivialité dans l’espace public !
HEPP NOM PETIT

C’est le constat de départ d’un collectif de citoyen·ne·s qui s’est construit sous l’impulsion d’un tout petit groupe en fin de l’année 2018 et a très vite constitué un petit noyau solide de volontaires qui se sont réunis pour réfléchir à des manières de réinvestir l’espace public à partir des énergies citoyennes pour en faire un bien commun, approprié par tous et toutes, en faire un lieu d’interconnexion entre différents groupes sociaux, différentes générations, différentes cultures qui corresponde aux identités multiples de la population.

Début 2019, quelques réunions de réflexion collective autour des enjeux auxquels le groupe souhaite répondre ont rapidement débouché sur des envies de temps de réflexion ouverts mais surtout d’actions concrètes pour vivre le changement au fur et à mesure de sa construction et très rapidement. Une série de pique-niques spontanés ont été organisés pour investir les parcs, sensibiliser les habitants, interpeller, interroger, récolter la parole de toutes et tous, initier la création de messages communs, le partage autour des jeux, des discussions, de la nourriture. Ces moments conviviaux sont des moments d'échanges informels sur la question de l'espace public comme bien commun.

HEPP PikNik Event
HEPP PikNik Event2
HEPP PikNik Event3
Les prochaines étapes, en 2020 sont :
  • La réalisation d'un chantier participatif autour d'une construction temporaire dans l'espace public, une installation "pour tester" avec laquelle on souhaite proposer et expérimenter d'autres types/formes d'aménagements, poursuivre et accentuer la sensibilisation des habitants.
  • L'implication des élus politiques de la Ville dans le projet pour lui donner de l’ampleur et le coconstruire avec eux à l’échelle de la Ville !

Vous habitez à proximité de Huy ? Ce projet citoyen vous intéresse ? 

HEPP Bienvenue

« Je pense que ce qui est à la base de cette démarche c'est bien de réfléchir, expérimenter et mettre en place des actions pour améliorer la qualité de l'espace public à Huy, prouver l'importance de cet espace commun, le revaloriser en tant que lieu indispensable à la population et donc réfléchir aussi à : "comment interpeller/mobiliser aussi les responsables/décideurs politiques afin qu'ils prennent conscience de l'importance de l'espace public". Il s'agit bien de se réapproprier des questions généralement vouées à des "experts", ici on aimerait que la parole des habitants usagers soit pris en compte voire, à plus long terme, comment les citoyens peuvent avoir une place dans les processus d'aménagements des espaces publics. La dimension de réappropriation d'un espace, d'un bien commun, d'un savoir, des processus de décisions, est donc très importante --->>> se redonner du pouvoir d'agir. »

Véronique, Huy Espace Public Partagé

Micro-trottoir "Paroles d'habitants" : C'est quoi, l'espace public ?

Video réalisée par Paola et Oscar, Huy Espace Public Partagé

PROJET / LocoMotive : les acteurs de changements de Stephenson

mARTadero-portada-web-1030x515 copie 2

Le projet vise à proposer aux jeunes un espace d’expression et de créativité pour générer des projets collectifs positifs pour le quartier et fédérateurs, pour qu’ils deviennent des « acteurs du changement »dans le quartier et se sentent valorisés et motivés.

Le projet vise à partir des volontés et des réalités qui touchent les jeunes pour qu’ils réalisent leurs projets collectifs pour le quartier.

Des ateliers sont organisés pendant 4 ans, en commençant par un état des lieux du quartier par les jeunes jusqu’à la réalisation des projets. Pendant ces ateliers, nous stimulons leurs réflexions et questionnements, et nous les aidons à développer des compétences utiles pour le monde professionnel.

Pour stimuler leur créativité, nous les accompagnons dans la rencontre avec d’autres lieux où des projets ont été réalisés par des jeunes et nous organisons la rencontre et l’échange avec d’autres groupes de jeunes, de Schaerbeek ou d’ailleurs (Belgique ou de l’étranger), pour qu’ils se renforcent les uns les autres.

Plusieurs évènements seront organisés dans le quartier dans l’espace public par les jeunes, avec notre aide, pour rencontrer les autres habitants, donner la voix aux jeunes et les valoriser dans leurs actions collectives.

Rencontre d’échange de pratiques avec l’asbl Dora Dorës

Interculturalite_imageUne

Une après-midi pour échanger, s’inspirer, se rencontrer et découvrir les pratiques inhabituelles de Dora dorës, une structure hutoise imaginée par des migrants pour favoriser l’intégration d’autres migrants.

La rencontre a été suivie de la pièce de Théâtre "D'autres" à 17h15 (durée 30' + 30' de débat-échange)

Quand et où ? mardi 29 mai 2018, au Centre Culturel de Namur (Abattoirs de Bomel)

Contacts

Periferia aisbl (Déborah)

Mail: deborah@periferia.be
Tél.: 02 544 07 93
Facebook Periferia

Dora Dorës asbl

Mail: dora-dores@skynet.be
Tél.: 085/51.43.46
Facebook Dora dorës

Faire d’Abbaye un quartier pensé par et pour ses habitants !

Faire d'Abbaye un quartier pensé par et pour ses habitants !

Depuis 2016, Periferia accompagne la commune de Forest dans la mise en œuvre du Contrat de Quartier Abbaye (programme de rénovation d’espaces publics et de création de nouveaux équipements). En partenariat avec 21 solutions, Periferia appui la commune dans les dynamiques participatives mises en place sur différentes thématiques

Tracé de l'eau

Projet de réaménagement de l’espace public pour favoriser la gestion intégrée de l’eau de pluie.

  • Animation d’ateliers et de rencontres multi-acteurs avec les habitants, les bureaux d’études (architectes, urbanistes, paysagistes) et la commune pour construire une vision collective et partagée, en échangeant les points de vue et idées, et en priorisant les besoins et attentes du quartier.
abyimage

eau

ABY

Projet de rénovation de l’Abbaye et de ses jardins en centre culturel.

  • Mobilisation et animation de forums qui rassemblent citoyens, travailleurs du quartier, usagers du parc, architectes et responsables communaux… pour discuter des usages actuels et futurs et de la gestion des différents espaces au sein de l’Abbaye et de ses jardins.

La Fabrique de Liens Citoyens à Verviers

fablc

Face aux enjeux de diversité de la population et de dualisation entre les hauts et les bas quartiers de Verviers, la Ville / l’échevinat de l’intégration sociale et des relations interculturelles a mis en place, avec Periferia, une Fabrique de Liens Citoyens.

Basée sur une succession d’ateliers dans les quartiers et de Forums de la Ville où tous se retrouvent, ce dispositif vise à renforcer les liens à trois niveaux :

  • les liens entre tous les citoyens verviétois,
  • les liens entre les différents quartiers de la ville
  • les liens entre les citoyens et les autorités de leur ville.

Periferia, le Plan de Cohésion Sociale et le service des relations interculturelles accompagnent les citoyens et collectifs dans :

  • la définition des enjeux liés aux liens citoyens à Verviers
  • la formulation d’idées et de recommandations pour renforcer les liens citoyens
  • la construction et réalisation de projets citoyens pour retisser ces liens
  • la définition collective du règlement pour gérer le budget mis à disposition pour réaliser ces projets

Quartiers Durables Citoyens

QDC

Lancé en 2008 par Bruxelles Environnement, l’appel à projet « Quartiers durables citoyens » vise à soutenir, accompagner et valoriser des initiatives citoyennes collectives et durables à l’échelle des quartiers : jardins collectifs, verdurisation des rues, projet de mobilité douce…

Accompagnement de groupes citoyens

Aux côtés d’autres partenaires (21 solutions, Ecoconso, réseau transition…), Periferia vient en appui au sein des quartiers (mise en réseau, gestion de groupe, suivi du projet…). Depuis 2013, Periferia accompagne une dizaine de quartiers durables.

Animation du budget participatif

Au fil du temps et avec les quartiers soutenus, l’appel à projet a évolué, d’abord par la mise en place d’une assemblée participative où les critères de sélection ont été revus puis à travers un budget participatif lors de la cinquième édition en 2013.

Concrètement, cela s’est traduit par la mise en place d’un Conseil des Quartiers Durables Citoyens regroupant des quartiers durables avec pour objectif de décider collectivement de l’affectation budget disponible pour les quartiers (100 000 euros).

Mais au-delà de la répartition d’un budget et de la sélection des projets, le budget participatif des Quartiers durables Citoyens est surtout l’occasion de mettre en débat les actions prioritaires que l’on souhaite soutenir pour parvenir à rendre Bruxelles plus « durable ». Et dans ce sens, il permet de recréer de nouveaux espaces de débat à travers des dispositifs concrets, jusqu’ici trop souvent laissé aux mains d’experts.