Renforcer nos capacités

Au cours du dernier trimestre, les collectifs engagés dans la démarche Capacitation avec la Fondation Abbé Pierre se sont organisés en groupes de travail pour avancer sur 3 chantiers :

  • Se former ensemble en échangeant ses pratiques sur différentes questions ;
  • Se rendre visibles pour être davantage écouté·e·s et reconnu·e·s ;
  • Identifier des actions logement pour faire évoluer la question du mal-logement.

Chaque groupe mène des rencontres et développe des actions, tout en veillant à produire des éléments à partager avec les autres groupes et dynamiques lors des rencontres plénières. La prochaine se déroulera au premier semestre 2024.

Retrouvez les étapes précédentes de cette démarche sur cette page.

Capacitation1

Source Image : Arnaud Bilande

Pour rappel, la démarche Capacitation associe des groupes français et belges de personnes en galère, ainsi que des personnes des différentes directions et équipe de la Fondation Abbé Pierre. Toutes veulent faire évoluer leurs pratiques individuelles et collectives pour « mieux faire ensemble ».

Nous mettons ici le focus sur deux rencontres qui se sont passées en novembre et décembre.

Comment se rendre visible ?
Rencontre à la Fondation Abbé Pierre à Paris les 8 et 9 novembre 2023

Nous étions une quinzaine de personnes de différents groupes et de la Fondation Abbé Pierre.

Pour aborder l’idée de se rendre davantage visible, nous sommes partis de nos expériences. Chaque collectif et équipe de la fondation a partagé une expérience où il avait cherché à donner de la visibilité à une action, une situation, une revendication… Ensemble, nous avons analysé ces expériences sur la base de quelques questions :

  • Quel est le message? son contenu?
  • S'agit-il d'information, de valorisation d'une pratique, d'une dénonciation ou interpellation?
  • À qui ce message est-il adressé
  • Quel est son objectif, l'impact recherché?

Ensuite, l'équipe de l’association Vox Public nous a aidé·es à expérimenter la rédaction d’un communiqué de presse, la réalisation d’interviews vidéos ou d’une émission radio.Cela nous a décidés à nous engager dans la production de courtes vidéos, podcast pour nous raconter de manière plus publique, en nous adressant à d'autres qui ne nous connaissent pas.

Petit à petit, nous avons développé des références communes, en veillant à la clarté des messages et de leurs destinataires, en se fixant des objectifs atteignables. Cela nous a également permis d'envisager l'organisation d'un événement annuel de grande ampleur pour être davantage visibles tous ensemble.

Sans titre

Source image : Benjamin Sourice

Accueillir et être accueilli·e
Échanges de pratiques avec l’association Magdala à Lille, les 6 et 7 décembre 2023

Capacitation2

Source image : Periferia aisbl

Début décembre, des groupes français impliqués dans différents lieux d’accueil de personnes sans-abris se sont réunis à Lille pour échanger sur leurs pratiques, leurs postures et les défis rencontrés dans leurs lieux respectifs. De Montpellier à Valenciennes, en passant par Grenoble, Toulouse, Strasbourg et Lyon, il s’agit de « refuges », de « cocons » ou de « lieux de passage » selon les expressions, mais qui tous cherchent à mettre en œuvre un « accueil inconditionnel ». Ces deux mots – accueil et inconditionnalité – ont tissé la toile de fond de deux jours de partages d’expériences et de questionnements, parfois sans réponse mais jamais sans intérêt.

Cette rencontre « Capacitation » a donné lieu à de riches échanges entre « accueillant·es » et « accueilli·es », questionnant d’ailleurs ces deux catégories, loin d’être hermétiques. En effet, nous étions reçu·es par Magdala, un lieu d’accueil lillois comprenant un espace auto-géré, et où les accueilli·es deviennent donc des accueillant·es une ou plusieurs fois par semaine. À partir de la visite de cet espace, beaucoup de questionnements ont traversé le groupe :

  • « Faut-il être professionnel·le pour accueillir ? »
  • « Quelles responsabilités viennent avec le statut de bénévole ? »
  • « Est-il possible de créer des relations tout à fait égales entre salarié·es et bénévoles / accueilli·es ? »
  • « Qui a la clé ? »
  • « Comment transmettre l’histoire et l’organisation d’un lieu ? Et qui décide de cette organisation ? »

Les 2 jours de rencontres ont également permis d’aborder des sujets variés et parfois difficiles, tels que l’accueil de personnes avec leurs addictions, ou la gestion de conflits dans des lieux collectifs. Si ces grands enjeux ne peuvent être résolus le temps d’une discussion, il s’agissait d’une première étape dans une réflexion collective sur l’accueil que souhaitent mener les différents groupes présents.

On se retrouve dans les prochains mois dans une autre ville, pour poursuivre les échanges et continuer de créer ces ponts entre accueilli·es, accueillant·es, et faire de nos territoires des lieux d’accueil inconditionnel.

2_WhatsApp-Image-2023-12-08-at-09.49.37

Source image : Linda Flecq

De nouveaux liens et messages Altoparlante

L’année 2023 a vu de nombreuses personnes en lien avec les espaces Altoparlante assumer de nouvelles initiatives et organiser des rencontres qui ont permis et continuent de permettre d'échanger, d'approfondir ensemble nos chemins de transformation soci(ét)ale, d'inspirer...

Tout au long du mois de décembre, le calendrier d'inspiration Altoparlante partage des messages formulés par les participant·es de ces différentes rencontres. Retrouvez-les sur instagram ou sur la page Altoparlante.

Ci-dessous quelques photos des dernières rencontres:

L’énergie jeune et féminine pour la transformation sociale - Medellín, Colombie - Octobre 2023
avec des jeunes de Colombie, d'Allemagne, du Salvador, de Costa Rica, d'Uruguay et de Bolivie

Capture d’écran 2023-10-05 à 13.38.06

Source image : Anahí Machicado

Capture d’écran 2023-12-19 à 08.13.29

Réaliser des interviews sur "qu'est ce que l'énergie jeune pour moi ?"
(disponibles sur Instagram)
Source image : Anahí Machicado

photo_2023-09-22 11.17.40

Prendre soin de soi pour veiller à un autre futur - Cochabamba, Bolivie - Octobre 2023
avec des enfants et mamans du Village SOS

Sans titre

Se (re)connaître et partager

Capture d’écran 2023-12-19 à 09.06.36

S'exprimer via le hip hop

1702246278761

Les mamans découvrent ce que leurs enfants adolescents ont choisi de représenter pour le monde qu'elles / ils veulent habiter

« Le monde que nous voulons habiter » invite « la ville que nous voulons » - La Paz, Bolivie - Octobre 2023

avec des jeunes de Cosecha Colectiva, Chola Contenta et de Lima (Pérou)

1702971939160

Une vue de La Paz
avec (à droite sur la photo) El Alto qui surplombe la ville depuis l'altiplano

1702972012010

Une communauté paysanne aux marges de la ville de La Paz qui vit du maraichage (sans pouvoir utiliser l'eau du barrage voisin car elle est réservée aux gens de la ville)

Sans titre

"Ce que j'ai vu, ce que j'ai senti, ce que j'ai fait lors de ces visites à La Paz et El Alto.
Comment je me situe et ce que je veux apporter à ce monde que nous voulons habiter."

Source image : Angela Guerra

Inviter de nouveaux collectifs pour préparer "la ville que nous voulons" - Lima, Perou - Novembre 2023
avec des jeunes de 21 collectifs et organisations de Lima

1702247353309

Une visite de jardins collectifs à San Juan de Miraflores (Lima)... une oasis de verdure dans un contexte quasi sans eau !

1702247423395

Pour commencer la rencontre "La ville que nous voulons", chaque collectif prépare sa manière de se présenter

1702247525790

La rencontre "La ville que nous voulons" avec plus de 20 collectifs et organisations de jeunes

Source images : Periferia aisbl

Vers une gestion partagée du nouveau Centre de quartier de la Gare de l’Ouest

Depuis quelques mois, Periferia accompagne la commune de Molenbeek dans une réflexion sur la gestion du centre de quartier qui verra le jour à côté de la gare de l’ouest à la rentrée prochaine. Ce centre comprendra des locaux sportifs, associatifs, polyvalents et un petit espace de restauration. En s’inspirant du CLT et du Centre Communautaire Maritime de Molenbeek, l’objectif est de construire un modèle basé sur une gestion conjointe d’habitant·es, d’associations et de la commune. D’ici à la fin des travaux (le centre tant en construction), Periferia va ainsi accompagner la mise en place d’un groupe porteur, qui comprend à la fois des habitant·es du quartier, des associations qui y sont actives, et des représentant·es politiques et de l’administration molenbeekoise. Ce groupe aura pour mission de définir ensemble le fonctionnement du futur centre (quelles associations occuperont les locaux, quels horaires d’ouverture seront mis en place, quelles possibilités d’accès aux salles pour les habitant·es…) et de rédiger les statuts de l’ASBL gestionnaire du lieu.

Ce 29 novembre, Periferia a animé la Commission de Quartier du contrat de quartier Autour du Parc de l’Ouest, pour laquelle l’objectif était double :

  1. Présenter le projet de centre et le processus menant à une gestion collective ;
  2. Identifier des premières personnes et associations désireuses de prendre part au groupe porteur.

Cette soirée a également permis un premier échange entre les personnes présentes concernant les besoins et envies pour le centre (en termes d’activités, d’équipements…) et d’identifier les potentiels mais également les risques pressentis : des premiers pas pour prendre conscience des différents point-de-vue des personnes présentes, mais également des endroits où tous·tes se rejoignent.

Nous voilà donc parti·es pour un processus qui durera jusqu’à septembre prochain. Merci à toutes les personnes présentes ce soir-là. Nous avons été heureuses d’ouvrir le champ des possibles et nous nous réjouissons de continuer sur cette lancée !

Panneau_gestion_quartiers

Source image : Periferia aisbl

Vous êtes une association active dans le quartier de la gare de l’Ouest, ou un habitant·e du quartier et vous êtes intéressé·e de rejoindre la réflexion collective sur le futur centre de quartier ? Il n’est pas trop tard, contactez-nous pour être tenu·e au courant des prochaines étapes !

Vous pouvez retrouver les informations concernant ce projet, à cette adresse.

Un accueil de jour revisité 2.0

Expo photo_Magdala1
Expo photo_Magdala2

Source image : © Kat dem’s

Magdala, vous connaissez ? C’est un espace d’accueil de jour pour personnes en situation de grande précarité situé à Lille, dans le quartier de Wazemmes. Durant la covid, les restrictions de fréquentation du lieu ont obligé les équipes à choisir qui pourrait ou non venir prendre un café et un petit déjeuner à Magdala. Une situation insupportable pour plusieurs accueilli·es. Alors, iels se sont réunis et ont proposé à l’équipe d’ouvrir un 2e espace : l’accueil du bas, dont iels assumeraient l’organisation et le suivi… en auto-gestion. Et voilà l’aventure qui se lance !

Notre équipe a eu la grande chance d’aller à la rencontre de ces accueilli·es devenu·es accueillant·es et d’écrire avec elles et eux le récit de cette initiative peu habituelle. L’envie d’en faire un livre, illustré, coloré s’est rapidement imposée. Et grâce aux pinceaux et au talent de Kat, voilà qui sera bientôt chose faite. Le texte est prêt, les dessins aussi… Il ne reste plus qu’à tout assembler et passer à la presse.
Les plus chanceux·ses ont pu les découvrir lors d’une exposition début décembre. On vous en dévoile donc un peu…  et si vous êtes vraiment très curieux·ses, on vous invite à revoir leur présentation lors du dernier « Silence, on parle ! » de Charleroi.

À découvrir tout prochainement !

Une recherche populaire

Développement pouvoir d'agir - Solenn Bihan
Développement pouvoir d'agir - Solenn Bihan

Source image : © Solenn Bihan

Durant toute l’année 2023, Periferia a accompagné le CAPEP, une association valenciennoise d’insertion sociale et professionnelle profondément ancrée dans des pratiques de développement du pouvoir d’agir. Leur slogan : « Agitateur de potentiels »

Le projet ? Un recherche populaire ! Une quoi ? Un processus de capitalisation et transmission de savoirs populaires « chauds » (en opposition aux savoirs froids et distanciés des approches scientifiques plus répandues). Nous sommes donc repartis de l’expérience et des témoignages d’une diversité de personnes en lien avec l’association : des personnes accompagnées et anciennement accompagnées, des professionne·les, des membres de la direction, des partenaires…

Sur quoi ? Après 50 ans d’existence, le CAPEP souhaitait faire un état des lieux de leur projet fondateur : en quoi le projet et les pratiques du CAPEP favorise le développement du pouvoir d’agir ? Quelles sont les conditions de ce développement ? Par quelles postures cela est-il favorisé ? Sur quelles pratiques cela repose ?… Autant de questions que nous avons exploré durant une année, lors d’ateliers mensuels menés avec un groupe mixte de chercheurs et chercheuses populaires.

L’étude sera disponible début 2024, dans une version illustrée que l’on a hâte de vous partager.
L’envie nous titille également de capitaliser autour de cette expérience, et d’autres, pour explorer davantage la démarche d’une recherche populaire. Qu’en dites-vous ?!?

(Re)Penser le mobilier urbain au prisme du genre

Depuis plusieurs années, Periferia accompagne des groupes de jeunes femmes pour mener une réflexion sur leur place dans l'espace public. Comprendre les usages genrés de cet espace (c'est-à-dire comment notre genre conditionne notre appropriation des espaces extérieurs), c'est à la fois questionner les rôles de genre, et les décisions concrètes qui déterminent l'aménagement de nos places, nos parcs, nos rues...

Le postulat de départ de cette publication est celui là : l'espace public, et le mobilier urbain qui le compose ne sont pas neutres. En effet, l'aménagement de cet espace est issu de décisions politiques et influence notre manière de nous déplacer seule·e ou en groupe, de nous arrêter (ou non), de nous sentir bienvenu·es ou pas.

A partir de 3 jours d'ateliers menés avec un groupe de jeunes femmes à Molenbeek, cet outil pédagogique retrace les méthodologies d'animation que nous avons employées pour penser les espaces publics et le mobilier urbain au prisme du genre.

En plus du livret comprenant une mise en contexte des enjeux liant le genre et l'espace urbain ainsi que des fiches méthodologiques, un coffret d'animation reprend des cartes de jeu et d'inspiration.

 

Pour télécharger le document, cliquez sur l'image.

Atelier découverte du skate au Parc Ouest

AtelierSkate_01

Source photo : Periferia aisbl

Atelier découverte du skate au Parc Ouest 🛹

Mercredi 11 octobre dernier, nous avons organisé un atelier découverte du skate pour les femmes, et plus largement, toutes les personnes sexisées* dans le quartier derrière la gare de l’Ouest (Molenbeek). L’objectif était à la fois de découvrir un sport souvent masculin, et d’occuper ensemble l’espace public, de s’autoriser à prendre de la place. Chutes, rires, un bon gouter et un instant de réflexions autour de la place des femmes et minorités de genre dans le sport et dans les parcs ont été les ingrédients essentiels de cette après-midi !

Les animatrices du collectif de skateuse Bx’Elles ont réussi à rendre le skate accessible à une trentaine de filles ce mercredi. Des plus à l’aise aux plus timides, toutes ont pu s’essayer à la ride et découvrir ce sport que l’on associe que peu aux jeunes filles et aux minorités de genre.

Nous avons organisé cet atelier avec l’ASBL Curieus et le collectif de skateuse BX’elles dans le cadre du Contrat de Quartier Autour du Parc de l’Ouest. Une de nos missions pour ce contrat de quartier est de travailler sur l’appropriation des espaces publics et futurs équipements de la commune par les jeunes en général, et les jeunes femmes en particulier. Cette après-midi skate fait donc suite à différents ateliers, et est le fruit d’une discussion avec des adolescentes du quartier sur les espaces en (non-)mixité choisie qu’elles souhaitent ouvrir.

Le nombre de participantes et le sentiment d’empouvoirement qui s’est dégagé du groupe (« je n’avais jamais osé avant » , « maintenant je sais sauter sur un skate facilement ! ») confirme la nécessité de créer ces espaces semi fermés, comme étape vers une mixité totale et une égalité d’usages et d’appropriation et de nos espaces communs.

Merci à l’ASBL Curieus et au collectif Bx’elles pour ce travail d’équipe et à toutes les participantes pour ce beau moment de partage et de renforcement !

*Les personnes sexisées sont toutes les personnes pouvant être discriminées sur base de leur genre.

AtelierSkate_02

Source photo : Periferia aisbl

AtelierSkate_03
AtelierSkate_04

Source photo : Periferia aisbl

2ème Journée des Quartiers Populaires

Photo Inter Environnement Bruxelles

La deuxième journée des Quartiers Populaires a pris place à Park Ouest, près de la gare de l'Ouest. Elle fait suite à une année de travail de collectifs et associations qui se questionnent autour des transformations de leurs quartiers et aux processus de gentrification en cours. Un rendez-vous que l'on s'était fixé après la Première Journée des Quartiers Populaires afin de se retrouver ensemble, 1 an après, pour découvrir l'engagement des autres sur le sujet et sensibiliser les nouveaux venus lors de la journée.

Cela a permis de faire découvrir l'ampleur des mobilisations citoyennes. C'est notamment le cas de l'Union des Locataires du Logement Social, qui a ainsi pu visibiliser ses activités et montrer son soutien aux habitant·e·s des tours Machtens, en train d'être relogé·e·s.

Les 4 thématiques issues de la première journée - l'augmentation du prix des loyers ; les nouvelles constructions, trop chers pour les habitant·e·s des quartiers populaires ; la participation citoyenne, trop peu transparente ; les logements sociaux trop peu entretenus, rénovés et en trop petit nombre - ont été discutés et renforcées.

Capture d’écran 2023-07-11 à 16.09.53
Capture d’écran 2023-07-11 à 15.46.09

Cela a donné lieu à une carte blanche, co-signé par toutes et tous et  parue dans le journal Le Soir.

Cliquez ici pour découvrir la carte blanche  

Un second article est aussi revenu sur la journée des quartiers populaires en analysant le départ des habitant·e·s de Bruxelles vers la Flandres et la Wallonie.
Cliquez ici pour en savoir plus

Une fête où la mobilisation a pris une forme positive et a permis de tisser des liens entre toutes et tous. En 2024, les élections seront cruciales pour améliorer les conditions de vie dans les quartiers et s'organiser contre la gentrification, pour cela soyons uni·e·s et engagé·e·s.

Le mouvement des quartiers populaires se veut politique et engagé mais non partisan d’un quelconque parti.

Capture d’écran 2023-07-11 à 16.11.02

« Silence, on parle ! » à Charleroi : les échos de la journée

Banner_FB

Le 31 mai dernier, le « Silence,  on parle » se tenait sur la Place Verte de Charleroi, à côté du centre commercial rive gauche.

En installant un plateau de tournage sur cette place, "Silence, on parle ! " transforme l'espace public en véritable "espace de débat public".

Le temps d'une journée, une douzaine de collectifs et citoyen·ne·s peu visibles, peu entendu·e·s, peu considéré·e·s par la société… sont montés sur scène pour tourner en public un coup de gueule ou un cri du cœur sous la forme d'une saynète, d’un sketch, d’une chanson, d’un témoignage,….

Chaque présentation a été filmée en direct et suivie d’un temps de débat avec le public et les passant·e·s.

Dans la page qui suit, nous vous invitons à découvrir ces vidéos de la journée !

Flèche3_orange
20230531 1357 SOP Charleroi Vue ensemble dispositif

Une rencontre.... "capacitation"

Depuis 25 ans, Periferia co-anime le Programme Capacitation Citoyenne pour mettre en valeur les énergies et intelligences collectives qui s'inscrivent dans l'intérêt général, tout en veillant plus particulièrement à la voix et aux points de vue de ceux qu'on entend moins. Bruxelles, Liège, Roubaix, Seine-Saint-Denis, Valenciennes, Dunkerque, Namur…vous en avez certainement déjà connues.

Pendant plusieurs années, ces rencontres n’ont plus eu lieu. Mais l’esprit est resté, les liens aussi… En 2022, nous avons redémarré les Rencontres « Silence, on Parle ! » pour permettre la rencontre entre des collectifs d’ici et d’ailleurs, le partage de pratiques, les croisements des luttes. Namur, Charleroi et en 2024...à Huy !

Design sans titre (1)

Une édition consacrée aux discriminations

Cette édition 2023 a été pensée avec Jean-Mi et Sandra, deux habitant·e·s carolos qui ont connu un parcours de galère. Ensemble, iels ont fondé l'asbl « C-Prévu », qui cherche à venir en aide aux personnes laissées sur la carreau par des fractures numériques. Une problématique qui s'ajoute souvent à bien d'autres formes d'exclusion de la société, et qui les aura elleux-mêmes conduit à vivre en rue pendant quelques temps. 

Jean-Mi et Sandra ont découvert le "Silence, on parle!" à Grenoble en 2018 dont iels sont revenu·e·s transporté·e·s et profondément touché·e·s. Depuis, iels n'avaient qu'une envie : permettre qu'un tel espace existe aussi à Charleroi. Voilà qui est chose faite !

Soucieux·se que cet espace permette l'expression du plus grand nombre de personnes exclues de leur Ville et avec l'envie de décloisonner les luttes, Jean-Mi et Sandra ont voulu axer la journée autour des différentes formes de discriminations. Pour porter ce beau projet avec nous, iels ont constitué un groupe organisateur, appelé "groupe coeur" composé d'autres regards :

logo SOP Charleroi
  • Vinciane, Thierry et Willy de l'asbl Comme chez Nous (sans-abrisme)
  • Bénédicte et Manu de l'asbl ATD Quart-Monde (précarité)
  • Sandra et Jay de l'asbl Vie Féminine (féminisme)
  • Marcelle de l'asbl Cocad (racisme et intégration)
  • Noam de l'Eden (centre culturel et CEC)
Flèche3_orange copie

Durant toute la journée, plus de 150 personnes, passant·e·s et collectifs citoyens invités, ont pris part aux échanges. 

Merci à tou·te·s pour cette incroyable journée de partage et d'expression !

Redécouvrez-la sans plus attendre en cliquant sur la vidéo ci-dessous 😉

Douze prises de paroles se succèdent durant la journée

  • des bénéficiaires du Rebond de Charleroi, un lieu d’accueil de jour pour habitant·e·s de la rue… pour rebondir ;
  • du Gang des vieux en colère ;
  • de l’espace autogéré Magdala à Lille où les bénéficiaires sont elleux-mêmes accueillant·e·s et encadrant·e·s ;
  • du groupe féminin de slam, accompagné par Vie Féminine et Goslam city collectif, qui réclame notamment le droit de s’approprier et faire sien(ne) l’espace public ;
  • des membres français des collectifs Cabane (accès au logement) et Fourchette (alimentation saine pour tou·te·s) de l’université Populaire d’Ici et d’Ailleurs (Unipopia) ;
  • de Marianne, alias Mulakozé, qui milite avec la Collective FRIDA (Féministe Radicalement inclusive et Définitivement Antivalidiste) qui porte la voix de femmes vivant au quotidien des discriminations validistes, sexistes, racistes et classistes ;
  • des jeunes militant·e·s d’ATD Quart-Monde Charleroi qui agissent pour une vie digne pour celles et ceux qui connaissent des situations de grande pauvreté ;
  • des membres de la Maison Arc-en-Ciel qui luttent pour que toute personne concernée directement ou indirectement par l’homosexualité, préoccupée par son orientation sexuelle ou par son identité de genre puisse s'épanouir et trouver sa place dans la société;
  • des danseurs et danseuses de roues libres ou encore DJane d’Arc qui , chacun·e·s à leur manière, sensibilisent à un univers de la danse et du corps plus inclusif ;
  • des musicien·ne·s de la fanfare sauvage qui, avec un esprit différent du nôtre, ont inventé un orchestre de musique inhabituel.

 

Vidéos réalisées par Zoom Productions.

Cet événement est organisé en collaboration avec C-prévu asbl , le Théâtre de la parole, Vie féminine Charleroi-Thuin, ATD Quart Monde Charleroi, l'ASBL Comme Chez Nous, Cocad, l'Eden de Charleroi, UNIPOPIA et le soutien de la Maison pour associations, du CPAS, de la Ville de Charleroi et la Fédération Wallonie-Bruxelles

bannière SOP 2023

Si vous souhaitez en savoir plus sur les "Silence, on parle!"...

Découvrez la publication méthodologique interactive qui décrit le dispositif:

"Silence, on parle! : faire débat dans l'espace public"

 

Girls Play The City

Girls Play The City

Photo : Lynn Delbeecke

 

Du 10 au 14 mai 2023, nous avons co-animé 4 ateliers pour le projet "Girls Play The City" dans le parc de l'Ouest et ses alentours, avec un groupe d'adolescentes et de jeunes femmes pour penser leur place dans les espaces sportifs et de jeux dans la ville.

En partenariat avec les associations Zijkant, Wetopia, Molenbeek Rebels, et ATLEMO, nous avons voulu mettre en avant à la fois le manque d'infrastructures sportives pensées pour les femmes et leur absence des espaces extérieurs de jeux et de sport, mais aussi et surtout partir d'elles pour penser des nouvelles manières d'aménager ces espaces pour qu'elles s'y sentent bien et légitimes.

Avec le soutien de l'asbl Toestand, gestionnaire de l'occupation temporaire "Park Ouest", nous avons fait de ce lieu d'expérimentation notre terrain de jeux et de réflexion pendant ces quelques jours.

Agissant dans le cadre de notre mission « genre et jeunesse » pour le Contrat de Quartier (CQD) Autour du Parc de l’Ouest, Periferia a mis en avant les questions et opportunités qu'offrent les projets du CQD pour mettre au coeur les envies et besoins des jeunes femmes sur le sujet.

Girls Play The City

Photo : Lynn Delbeecke

Etape 1 : comprendre le lieu et le quartier

La première étape du processus "Girls Play The City" a consisté en une analyse du parc et du quartier pour identifier collectivement ce qui empêche les femmes d'occuper les espaces extérieurs, et sportifs notamment, mais aussi les opportunités qu'offrent le quartier pour les jeunes femmes. Il a ainsi s'agit de comprendre ce qui devrait changer, ce qui existe déjà, et là où se situent des leviers d'action pour une meilleure prise en compte des besoins genrés liés aux jeux et au sport dans le quartier autour du parc de l'ouest.

Girls Play The City
Girls Play The City
Girls Play The City

Photos : Lynn Delbeecke

Etape 2 : voir le potentiel du lieu & du quartier

La deuxième étape de "Girls Play the City" avait pour but de souligner le potentiel de Molenbeek, du quartier autour du parc de l'ouest, et du parc lui-même pour créer des espaces sportifs par et pour les jeunes femmes.

Ensemble, nous avons ainsi identifié :

  • ce que les personnes aiment dans ce lieu / le quartier
  • ce qui est positif pour les adolescentes et les femmes
  • ce qui pourrait / devrait être amélioré
Girls Play The City

Photo : Lynn Delbeecke

Etape 3 : développer ce potentiel - qui & comment ?

Qui peut jouer un rôle pour développer tous les potentiels identifiés ? Comment mettre en oeuvre concrètement des interventions dans nos espaces publics pour que les jeunes femmes et les filles occupent plus et plus longtemps les espaces de jeux et sportifs ? Ce sont à ces questions que nous avons tenté de répondre lors des 3e et 4e ateliers.

Les participantes ont d'abord essayé de se mettre dans la peau de celles et ceux qui ont un rôle à jouer (les parents, les hommes, les politiques, les associations, les femmes...). Ensuite, elles ont pensé à l'organisation d'évènements et à l'aménagements d'espaces qu'elles aimeraient voir naitre dans leur quartier.

Girls Play The City
Girls Play The City

Photos : Lynn Delbeecke

Et maintenant ?

Nous restons en lien avec les participantes et entre les associations organisatrices pour avancer dans la mise en oeuvre des propositions des jeunes femmes. Du côté de Periferia, nous continuons notre dialogue avec les différents acteur·rices du Contrat de Quartier pour inclure autant que possible les voix des jeunes femmes dans les projets de la commune.

Girls Play The City

Photos : Lynn Delbeecke

Pour en savoir plus...

Nous renvoyons les lecteur·rices intéressé·es vers d’autres production de Periferia sur ces sujets :

Nouvelle étape « Capacitation » avec des collectifs de France et de Belgique, en lien avec la Fondation Abbé Pierre

309615802_627950732044060_6011578498880722114_n-1-1024x461

La Fondation Abbé Pierre soutient de nombreuses initiatives d’associations et collectifs qui « permettent à des personnes défavorisées d’accéder à un logement décent et une vie digne ». Elle est soucieuse de travailler davantage avec les personnes en galère, plutôt que simplement pour elles. Cela exige un changement de posture et c’est dans la démarche « capacitation » qu’elle a trouvé le chemin.

Periferia accompagne un ensemble de collectifs de France et Belgique qui cheminent avec la Fondation Abbé Pierre pour arriver collectivement à faire évoluer les pratiques et « se mettre en capacitation ». Cela se traduit par des rencontres semestrielles : la première a eu lieu fin septembre 2022 et la seconde fin mars 2023. Chaque rencontre est l’occasion d’échanger, mais surtout de voir comment chacun·e peut agir différemment. Depuis la 2ème rencontre plusieurs actions se dessinent pour se renforcer – notamment autour de la co-formation – et être davantage visibles via des podcasts pour des émissions radio, des actions autour du logement et la mise en place d’un festival.

1
3
2
4

Des premières balises pour parler de Capacitation

Cette nouvelle démarche « Capacitation » rencontre beaucoup d’enthousiasme et un groupe s’est mis en place pour préparer les rencontres, affiner les concepts, organiser les traces de chaque temps collectif et accompagner les mises en action. Le tout en veillant à une co-construction entre la fondation et les collectifs.

Cliquez-ici pour découvrir le livret "Faire ensemble dans une perspective de capacitation ?", réalisé lors de la rencontre à la Fondation Abbé Pierre. 

Retour sur 4 ans d’implication avec les jeunes à Schaerbeek

Quelles valeurs pour le quartier

Dans le cadre du contrat de quartier durable Stephenson à Schaerbeek, nous avons soutenu et accompagné les jeunes du quartier dans leurs projets pendant 4 années. Petit à petit, ils prennent part à la gestion et à la vie de leur quartier et se rendent visibles de manière positive par tou·te·s les habitant·e·s.

Retour sur quelques moments clés !

Des échanges avec l'Amérique latine

PhotoGuinguette
Capture d’écran 2023-05-12 à 15.41.43

- Le tournoi de Football 3 -

Nous avons accueilli deux éducatrices spécialisées dans le football 3, venues du Salvador et du Costa Rica. Et ensemble nous avons organisé une formation avec et pour les jeunes de Stephenson ainsi que pour un groupe de jeunes en Argentine (à Tucuman). Des échanges ont eu lieu entre les 2 groupes (partages et visites virtuelles de leurs quartiers, échanges autour du football...). Ainsi, au-delà de la formation « technique » au football 3, l’ambition et les méthodologies ont permis d’avoir des échanges à propos des territoires et vécus de chacun·e des participant·e·s (Stephenson – Salvador – Costa Rica et Argentine), mais également sur la posture d’animateur·rice de quartier et de leader communautaire.

En juin 2021, les jeunes nouvellement formés ont organisé un tournoi de football 3 au sein du quartier Stephenson avec des moments de débats et des moments plus sportifs, pour tous les habitant·e·s du quartier ! En parallèle du tournoi, une exposition sur le football 3 à travers le monde était exposée sur la place Stephenson.

Un super moment d'échanges et d'expérimentation !

StephEvent.jpeg

 - La Guinguette à Mots -

Après le premier confinement lié à la pandémie, nous avons mis en place une guinguette dans le quartier. Celle-ci a permis aux habitant·e·s et plus particulièrement aux jeunes de construire des messages à travers l’envoi de cartes postales (symbole de vacances et de voyage) entre des habitant·e·s encore confinés au Brésil dans la ville de Fortaleza et des habitant·e·s du quartier Stephenson !

Chaque semaine, les cartes étaient « postées » sur notre compte Instagram. Les brésiliens pouvaient réagir et nous transmettre leurs cartes.

Cette dynamique a permis de tisser des premiers liens entre Stephenson et Fortaleza, le début d’allers-retours qui ont perduré…

newsletter
stephefootflou

- Cycle autour du Droit à la Ville - Belgique / Brésil -

Un cycle de rencontres a été organisé entre le groupe de jeunes de Stephenson et plusieurs groupes de jeunes brésiliens sur la thématique du droit à la ville depuis les périphéries, et plus particulièrement sur les questions de racisme structurel et précarité du travail chez les jeunes.

Occuper et s'approprier des lieux différents

Tout au long des 4 ans, la thématique des "lieux des possibles" a été travaillée. Très rapidement après les premiers échanges avec les jeunes du quartier, la réflexion est lancée collectivement : existe-t-il des lieux qui sont co-gérés avec les jeunes ? Nous sommes donc partis ensemble à la recherche d'expériences inspirantes : nous présentons le mARTadero, en Bolivie (cliquez ici pour en savoir plus), allons visiter le Musée du Capitalisme, qui permet d'enrichir les réflexions, visitons et organisons des ateliers à la Cité de la Jeunesse, un espace créé récemment par et pour les jeunes et qui a pris ses quartiers tout près de Stephenson. Et puis, c'est finalement à travers l'occupation temporaire du futur parc Stephenson que nous expérimentons d'autres manières d'occuper un lieu... et commençons à co-gérer un espace public !

Flyer Steph Girls

-L'occupation temporaire du (futur) parc Stephenson -

stephflou

Et les filles, dans le quartier ? 

Nous constatons rapidement que peu de filles de viennent à nos activités. Moins présentes dans les espaces publics, nous avons eu plus de difficultés pour aller à leur rencontre et nous faire connaitre. Au fur et à mesure, et grâce aux partenariats locaux, un groupe de filles s'organise pour prendre part à l'occupation du parc Stephenson ! Nous les aidons à aménager un lieu pour les filles, qui manque cruellement dans le quartier. Un lieu de ressources et d'échanges entre filles du quartier se crée. C'est alors l'occasion de partager les vécus de chacune sur leurs pratiques de la ville.

Et quelle place pour les jeunes dans l'espace public ?

De nombreux ateliers menés ont permis aux jeunes de trouver un espace d'échanges autour des vécus dont l'objectif était aussi de se renforcer et de se questionner. Écoute de podcasts ou organisation de débats, la plupart des activités ont eu lieu sur la place centrale du quartier pour permettre à chacun·e d'y prendre part.

Ces échanges ont notamment permis d’alimenter un podcast que nous avons réalisé sur le droit à la ville et plus particulièrement sur la question des corps marginalisés par l’espace public (avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans le cadre de nos activités d’Éducation permanente). L’épisode 2 reprend les voix de plusieurs jeunes du quartier qui s’interrogent sur l’influence de la présence policière dans leurs usages de la ville.

Episode#2_full

Retrouvez l’épisode ici : https://periferia.be/decorps-urbains-episode-2-police-des-corps- mais-qui-proteges-tu/

NewsletterSteph2

S'impliquer dans la vie du quartier

rue-Navez

Imaginer le réaménagement de la rue Navez

Tout au long de notre mission à Stephenson, nous avons aussi soutenu et accompagné les jeunes dans leur volonté prendre part à la vie de quartier... comme à travers l'implication dans le dispositif d'enveloppe citoyenne du contrat de quartier durable (pour financer la formation pour devenir animateur·rice de football 3 pour les plus jeunes du quartier, ou encore pour créer l'espace fille au sein de l'occupation temporaire), mais aussi pour donner son avis pour le futur du quartier : le réaménagement de la Rue Navez, les besoins liés au futur parc...

Pour que les jeunes, aussi, participent aux décisions dans leur quartier !

 

Stage Femmes & Espace Public

IMG_2135

 

Dans le cadre de notre mission « genre et jeunesse » pour le Contrat de Quartier Autour du Parc de l’Ouest, nous avons organisé un stage de trois jours pendant les congés de carnaval (21-22-23 février 2023).

Ce stage prévu en non-mixité (pour les jeunes femmes) avait différents objectifs :

  • Comprendre les usages genrés de l’espace public en mettant en dialogue les différentes expériences et ressentis des participantes ;
  • S’approprier en groupe des espaces pour se renforcer et avancer vers des usages plus égalitaires (des parcs surtout) ;
  • Réfléchir au mobilier urbain et son influence sur nos usages et expériences de l’espace ;
  • Apprendre à construire du petit mobilier en carton sur base de prototypes imaginés ensemble.

Chaque jour, nous étions entre 8 et 15 à nous retrouver dans la salle du jardin des quatre-vents, en majorité des jeunes femmes usagères du périmètre du contrat de quartier (habitant dans le périmètre et/ou ayant l’habitude de le fréquenter).

Beaucoup de moments très riches d’échange, de construction collective, de débat ont eu lieu pendant ces trois jours.

Jour 1

Le premier jour de stage, nous nous sommes promenées dans 2 parcs bruxellois, le L28 et la place Morichar. Pour chacun des parcs, nous avons proposé aux jeunes femmes de se promener (seule ou à plusieurs) et de prendre en photos tout ce qui les interpellaient.

Nous nous sommes posées des questions de type :

  • Quels-sont les parcs que je fréquente souvent et pourquoi ?
  • Qu’est-ce qui fait qu’un espace me fait me sentir bien ?
  • Quelles situations ou aménagements peuvent me mettre mal à l’aise ?
  • À quelle(s) condition(s) je viendrais faire du sport dans ce parc (seule ou accompagnée) ?
IMG_2040

JOUR 2

Lors du deuxième jour, nous avons à la fois réfléchi aux installations des parcs et les effets qu’ils ont sur notre usage de ces espaces (les cages de foot ; les lampadaires ; les toilettes publiques ;…) et nous avons débattu sur les aménagements que nous voudrions avoir dans l’espace public (espaces non-mixtes, degré de visibilité vis-à-vis des autres…).

L’après-midi, nous nous sommes appropriées un espace public, à l’aide de tags et de collages : le Park Ouest.

IMG_2116
IMG_2059

JOUR 3

Le dernier jour du stage a permis de construire des prototypes – d’abord en argile, puis en carton – de mobilier urbain inclusif. Il s’agissait d’imaginer des bancs, cabanes, aménagements de parc en tout genre qui permettraient aux femmes, mais pas seulement, d’avoir envie de se promener et de passer du temps, seules ou en groupe.

IMG_2127
334907669_754082659461934_7295444204914299055_n

L’évolution des réflexions des participantes rien qu’en trois jours nous conforte dans l’idée qu’il est nécessaire d’ouvrir des espaces de discussions sur les questions d’appropriation genrée de l’espace public. A plusieurs reprises, des participantes nous ont dit que ce sont des sujets qu’elles abordent peu / pas en général, alors que les ressentis sont bien partagés. Pouvoir échanger et apprendre à mettre des mots sur des impressions est une étape essentielle dans l’empouvoirement et la mise en action.

Ce court stage s’ancre pour nous dans un travail plus long, à Molenbeek mais pas seulement, s’orientant autour de deux axes :

  • La capacitation des jeunes femmes dans l’espace public: partager des expériences, occuper ensemble l’espace, comprendre les enjeux structurels de construction de l’espace public et développer des méthodes et outils (tels que la construction de petit mobilier en non-mixité) pour se sentir actrices légitimes de l’espace urbain
  • La prise de recul et l’analyse d’actions locales pour viser une incidence politique et la prise en compte réelle des besoins et envies des personnes minorisées dans l’espace public (dont les jeunes femmes).

Envie d'en savoir plus ?

Nous renvoyons les lecteur·rices intéressé·es vers d’autres production de Periferia sur ces sujets :

Des visages et des histoires en Colombie

Dans le cadre de la démarche Altoparlante (haut-parleur), nous étions en Colombie en octobre. L’occasion d’aller à la rencontre de Con-Vivamos à Medellín, une organisation dont nous avions présenté une expérience dans la publication « Transformations soci(ét)ales » (pages 36-39). Nous y abordions l’importance de « se souvenir dans les quartiers pour construire la paix ».

Dans un contexte marqué par des conflits, de la violence et de nombreux·ses disparu·e·s, Con-Vivamos participe à la construction de territoires de paix, particulièrement à partir des enfants et des jeunes.

Ces quelques photos en sont le témoignage.

Policier_Bogota

Au centre de Bogotá, une devanture de magasin rappelle l’histoire de Nicolas Neira, mort à 15 ans. Il a été victime des violences policières lors des manifestations du 1er mai 2005.

Leader_Colombie

Dans le quartier de Moravia, emblématique pour les résistances citoyennes au centre de Medellín, le visage de cette leader anime une des façades du quartier.

Dans la région Nord-est de Medellín, pas loin du siège de Con-Vivamos, des jeunes ont décidé de faire revivre un lieu public en y proposant des activités culturelles, artistiques et de rencontres. L’objectif : permettre aux enfants du quartier de ne pas tomber dans les mailles des groupes armés. Sur la fresque, une phrase « Nos necesitamos vivos » (nous avons besoin de nous en vie).

Jeunes_Medellín

Wallon·ne·s, signez notre pétition!

assemblée citoyenne

" Nous, citoyens et citoyennes de Wallonie demandons au Parlement Wallon l’instauration d’'un dispositif permanent d'assemblées citoyennes tirées au sort en Région Wallonne. Celui-ci sera largement inspiré du « Dialogue permanent en Communauté Germanophone » tel qu’il existe depuis le 25 février 2019. "

Periferia soutient activement le collectif CAP Démocratie formé par des citoyen·ne·s désireux·ses de revitaliser notre système démocratie actuel. Celui-ci a déposé le 12 juin dernier deux pétitions en ligne pour qu'une assemblée citoyenne semblable à celle du Burgerdialogue permanent en communauté germanophone puisse voir le jour aux côtés du Parlement wallon.

 

Nous avons besoin de votre soutien !

ATTENTION :
seules les personnes domiciliées en Wallonie et âgées de +16 ans peuvent signer.

Les autres : merci de relayer auprès de vos familles, ami·e·s et connaissances wallonnes ! 😉 

Capture d’écran 2022-07-05 à 16.45.31

Pour signer
la pétition 130bis

CLIQUEZ ICI

L'article 130  bis ?

 

L'article 130bis du règlement du Parlement wallon permet quant à lui aux ciotyen·ne·s wallon·ne·s de de suggérer la mise en place de commissions mixtes (10 parlementaires et 30 citoyen·ne·s) pour discuter d'une question. Le principe est donc similaire à celui d'une pétition classique, à cela près qu'il s'agit d'obtenir 2000 signatures (uniquement papier à ce stade!), et que la commission est mixte et non pas uniquement constituée de parlementaires.

Il est donc plus intéressant que l'on parvienne à obtenir ces 2000 signatures. 😉

 

D'où vient cette pétition ?

Une revendication issue d'une dynamique de convergence...

En juin 2021, Periferia a répondu à l'appel d'associations et groupes militants de Namur. A la sortie de deux années de pandémie et de restrictions sociales, les groupes de lutte sont affaiblis, avec des troupes en partie démobilisées. Malgré tout l'envie est encore là et les besoins criants : les luttes sont toujours à mener et restent plus que légitimes.

Quelques groupes locaux lancent alors un appel à converger, à unir nos forces et nos combats. Un lieu de convergence se met en place et plusieurs actions sont menées, parmi lesquelles, des assemblées citoyennes. Parce qu'il faut continuer à faire débat, parce qu'il faut inventer de nouvelles réponses, parce que celles et ceux qui vivent des situations difficiles sont des interlocuteur·trices incontournables pour les inventer...

"Nous voulons un dispositif permanent d'assemblées citoyennes"

La revendication d'assemblées citoyennes wallonnes est ressortie comme un trait commun à nos aspirations : une réappropriation du pouvoir politique par les citoyens et citoyennes afin d'assurer une transition vers un monde plus solidaire, juste et soutenable, un dispositif visant à revitaliser notre système politique actuel dont un nombre grandissant de citoyen·ne·s se détournent chaque année davantage.

Une première demande au Parlement déboutée

Dès l'automne 2021, une première demande est introduite auprès du Parlement Wallon. Celle-ci propose la mise en place d'une assemblée citoyenne "qui soit représentative de la population et transcende les intérêts partisans de la majorité des professionnels de la politique. Cette assemblée aura le mandat de déterminer des mesures pouvant être juridiquement contraignantes indépendamment de l'accord des élu·es en place afin d'orchestrer, nous l'espérons, une transition écologique et sociétale majeure, rapide et socialement juste."

Le caractère contraignant sollicité est alors pointé par le service public comme illégal. Celui-ci déboute donc notre demande. Purement et simplement. Le débat n'aura pas lieu.

Une seconde demande, inspirée de la Communauté germanophone

Le collectif ne se laisse pas démonter et décide donc de s'inspirer de dispositifs déjà existant en Belgique pour asseoir "légalement" sa proposition. En Communauté germanophone, un dialogue citoyen permanent existe depuis février 2019 et semble avoir généré de nouveaux rapports citoyen·ne·s - élu·e·s inspirants. Le collectif étudie ce dispositif et y retrouve une grande part de ses aspirations.

Une seconde pétition est rédigée, demandant qu'une commission composée de citoyennes et citoyens tiré·e·s au sort ainsi que d'élues et d'élus parlementaires soit mise sur pied pour étudier la possibilité d'instaurer en Région Wallonne un dialogue citoyen permanent en s'inspirant du modèle développé en Communauté Germanophone.

Dans la foulée, le collectif se structure, se renomme CAP Démocratie (CAP pour Citoyen·ne·s Au Parlement) et crée un site internet : www.capdemocratie.be

Nous sommes déterminé·e·s à aller jusqu'au bout pour générer ce débat, essentiel à nos yeux !

Siegeons au parlement wallon 002

---> Pour découvrir cette aventure, consultez le blog du collectif en cliquant ici !

Vous y retrouverez :

  • le récit du collectif,
  • les photos des actions,
  • les articles de presse.

Periferia a rejoint le collectif CAP Démocratie, un collectif de citoyen·ne·s engagé·e·s dans les questions de Démocratie et indépendant de toute formation politique actuelle, qui porte cette pétition..

Repenser les espaces publics pour favoriser l’égalité de genre

IMG_9010

Depuis quelques années déjà, Periferia participe à plusieurs dynamiques autour de la place des femmes et des jeunes dans les espaces publics. En effet, prendre en compte les pratiques et reconnaitre l’expertise d’usage des femmes apparait comme une nécessité afin de garantir certains droits fondamentaux comme :

  • Un droit d’accessibilité ;
  • Un droit d’appropriation ;
  • Un droit à la participation au prise de décision et à l’exercice de la citoyenneté

Lors des diagnostics territoriaux participatifs réalisés, de marches exploratoires, d’ateliers en non mixité, le constat a été à chaque fois le même : celui d’une différence d’usages entre les hommes et les femmes de la ville et de ses espaces publics.  Les filles semblent moins occuper les espaces publics (notamment espaces sportifs et de loisir) que les garçons.

Pourtant, en région Bruxelloise, on constate que la question de l’égalité filles/garçons reste encore peu présente dans les réflexions sur l’aménagement des espaces et les investissements publics destinés aux loisirs des jeunes.

Mais comment prendre en compte les pratiques et le vécu des femmes dans l’aménagement ?

Nous sommes allés à la rencontre d’Edith Maruéjouls, autrice de la thèse : « Mixité, égalité et genre dans les espaces du loisir des jeunes : pertinence d'un paradigme féministe » et directrice de l’ARObE, l’Atelier Recherche Observatoire Égalité, un bureau d’études spécialisé dans l’aménagement égalitaires des espaces et la lutte contre les stéréotypes de genre afin de tenter d’y répondre.

Les réponses d'Edith Maruéjouls aux 3 questions que nous lui avons posées

  1. Un exemple d’aménagement inégalitaire ?
  2. Des conseils pour des aménagements plus égalitaires ?
  3. Les aménagements égalitaires : tout le monde gagnant ?

Cliquez sur l'image ci-dessous pour voir la vidéo de l'entretien !

Pour aller plus loin avec Edith Maruéjouls :

Photo_Jeu_Egal

Faire je(u) égal

Penser les espaces à l’école pour inclure tous les enfants

Description :
Véritables espaces publics miniatures, les cours de récréation sont le lieu des premières inégalités – en particulier entre filles et garçons. L’aménagement des espaces peut en effet jouer un rôle déterminant dans la reproduction de schémas discriminants. L’absence de mixité, par exemple, est souvent favorisée par la configuration des lieux et le type d’activités qui y sont proposées. En analysant ces espaces scolaires et les relations qui s’y nouent, Édith Maruéjouls aide les écoles à lutter concrètement contre les discriminations liées au genre. Elle nous invite dans cet ouvrage très abordable à découvrir ces «géographies scolaires du genre», sa méthode de travail et les solutions permettant de rendre l’école plus inclusive. Car il est essentiel pour la réduction des inégalités et des violences de genre dans nos sociétés que tous et toutes puissent faire, au moins à l’école, je(u) égal.

Éditions Double Ponctuation, Collection "Point d'interrogation" (études, recherche, questions de société) - ISBN : 978-2-490855-36-0
16€ - 126 pages, 21x14,8x1cm, 150g
Parution en France, Suisse et Belgique en Août 2022 ; Parution à l'automne au Québec - Version Epub à venir

Comment sortir des traditionnels street workout ou terrains de football utilisés presque exclusivement par des jeunes garçons ? Quels aménagements pour que les filles occupent et jouissent d’un droit à l’espace public et au loisir elles aussi ?

L’exemple du groupe citoyen « La ville est à nous, AUSSI ! »

Après une phase de diagnostic sensible du quartier où habitent un groupe de jeunes filles, celles-ci cherchent des solutions en termes d’aménagement pour se sentir à l’aise dans l’espace public et pouvoir se l’approprier.

Pour en savoir plus et découvrir le Manifeste rédigé par le groupe, c'est par ici !

Pour elles, il est important d’avoir un espace ludique, un espace « agréable pour se poser », pour inciter les jeunes filles à l’occuper. Si les espaces ludiques sont souvent pensés pour les enfants, d’autres peuvent être conçus pour les plus grand·e·s. Certains espaces ludiques peuvent ainsi être appropriés par les adolescentes. Différentes dimensions à prendre en compte :

S'amuser/ jouer  : avoir des structures en bois/ hamacs / grandes balançoires / balancelles
Se retrouver / se rencontrer :  Tables et bancs, balancelles en face à face, filet géant
Se sentir en sécurité :

  • Planter des petits buissons autour pour être tranquilles, pas à la vue de tou·te·s quand on est assises.
  • Un système de lumières qui permette de pouvoir rester le soir/en fin d'après-midi

Quelques exemples d'aménagements plébiscités

Make Space for Girls pense les espaces publics avec les filles et jeunes femmes pour que les aménagements tiennent compte de leurs volontés et besoins, et "pas seulement ceux des jeunes hommes".

Plusieurs exemples d'aménagements sont repris. Celui sur l'image à droite a été très inspirant pour le groupe  'la Ville est à nous AUSSI'.

En effet, il reprend les différentes dimensions : ludique, où l'on peut être à plusieurs, notamment en face à face. Côté intimité, les arbres peuvent suffire, en fonction de où on se trouve et ce qui nous entoure.

Pour en savoir plus : https://makespaceforgirls.co.uk/about-us/

Archi_étudiants copie - copie

Un groupe d'étudiant·e·s de Belgique et de France a aussi travaillé à la recherche de solutions en termes d'aménagements après avoir entendu parler du diagnostic réalisé par le groupe 'la ville est à nous, AUSSI.'

Sur la photo de gauche, le groupe a imaginé un espace qui soit accessible à tou·te·s, ludique pour tous les âges et convivial. C'est notamment le cas de la balançoire ronde et du filet pour se détendre.

A Copenhague, l'expérimentation sur les espaces publics est inspirante. Les balancelles ont largement étaient plébiscité par le groupe.

Au-delà des aménagements, inciter l’appropriation des espaces publics

Au-delà de l’aménagement des espaces, comme le rappelle Edith Maruéjouls dans la vidéo, se pose la question de qui occupe l'espace public. On constate que les jeunes femmes sont moins visibles et occupent rarement l'espace en groupe, à la différence des hommes.

Dès lors, il est aussi intéressant de développer des stratégies d’appropriation des espaces publics en groupe.

L’exemple des « Steph Girls » et de l’occupation temporaire du parc Stephenson (Schaerbeek)

A Schaerbeek, une occupation temporaire est mise en place dans un espace jusqu'alors privé, qui deviendra après travaux un parc ouvert à tou·te·s. La question de l'accès et de l'appropriation par les femmes et jeunes femmes de ce futur espace public est très vite apparue. Le groupe de jeunes femmes "les Steph Girls" ont voulu occuper cet espace en tant que groupe, et cela en non mixité. L'appel est lancé aux filles du quartier : "viens aménager un espace filles dans le quartier et réfléchir au futur parc !". Il s'agit d'abord d'occuper l'espace public en groupe et d'y faire les activités voulues par les Steph Girls. Derrière, la volonté de faire comprendre aux garçons : "le quartier n'est pas qu'à vous".

Une double stratégie à mettre en place

A la lumière de ces témoignages, il nous semble que favoriser l'égalité filles-garçons dans les espaces publics passe par un équilibre entre deux pratiques :

  • l'occupation au quotidien des espaces publics par les femmes, notamment en groupe afin de se les approprier ;
  • la mise en place d'aménagement et de plans d'aménagement égalitaire, à partir d'une réflexion sur le genre et de la participation des jeunes femmes aux processus de conception et de gestion de ces espaces.

Mal loti·e·s ! Enquête sur une expulsion, en quête de solutions

facadelocatairesGOOD-1024x724

Invitée par le Rassemblement Wallon pour le Droit à l’Habitat, Periferia a participé à l’écriture collective d’un livret retraçant l’histoire des locataires tournaisien·ne·s expulsé·e·s de leur domicile au mois de juin 2020 suite à un incendie et à un arrêté communal de fermeture. Un livret aujourd'hui disponible en PDF !

Le récit collectif

Extrait du préambule :

Cela aurait pu rester un drame humain comme on en connait beaucoup d’autres en Wallonie et ailleurs, un bâtiment insalubre, un propriétaire qui ne se soucie guère de ses locataires et des pouvoirs publics qui laissent faire. Jusqu’à ce qu’une nuit, un incendie mette 33 ménages à la rue. Une nuit qui entraine la mort d’une personne et chamboule également de nombreuses vies.

Cela aurait pu rester un fait divers, une énième démonstration d’une poli­tique de logement aux abois et dont les plus faibles paient le prix, deux voire trois fois.

Mais il en a été autrement. Pas une histoire de super héro·ine·s et de méchant·e·s, mais une succession d’actions et de mobilisations qui ont fini par payer et redonner un peu de dignité. Ce genre d’histoire qu’on ne raconte pas dans les journaux, mais qui fait la différence parmi l’indiffé­rence.

C’est ce qu’ont voulu raconter les personnes qui ont vécu de près ces évè­nements. Pour témoigner des nombreuses difficultés, mais aussi de tout ce qui a germé et de ce qui pourrait changer.

Le présent récit retrace l’histoire des locataires expulsé·e·s de leur domicile situé rue des Campeaux et Quai Saint-Brice à Tournai au mois de juin 2020 suite à un incendie et à un arrêté communal de fermeture.

Retour sur la dynamique tournaisienne autour du livret

C'est avec le Collectif DAL Tournai, et deux de ses associations membres, le CIEP MOC Wapi et la maison d’accueil l’Étape, avec le soutien du RWDH et de Periferia que les locataires expulsé·e·s tiennent à laisser une trace des nombreuses difficultés liées à l’incendie traumatisant qu’ils et elles ont vécu, à l’expulsion forcée de leur logement, au manque de soutien et d’accompagnement ressenti ainsi qu’à la recherche d’un nouveau logement.

En contant les problèmes rencontrés tout au long de ce "parcours du combattant", mais aussi en proposant une liste de recommandations à suivre, l'objectif est aussi de susciter une prise de conscience citoyenne sur la problématique du logement à Tournai et de nouvelles manières de faire chez les responsables politiques. Les revendications et les conseils formulés par le collectif visent, dans le meilleur des cas, à éviter que pareille situation ne se reproduise ou, à défaut, à améliorer sa prise en charge.

Une invitation lancée lors du Conseil Communal

En vue du lancement du livret collectif "Mal Loti·e·s !" lors d'un grand événement le 11 juin 2022 et bien au courant de la nécessité d'inviter les pouvoirs publics à celui-ci afin qu'ils et elles écoutent les témoignages, constats et recommandations issues de nombreux mois de travail, le collectif a décidé de les inviter lors du Conseil Communal...un moment important pour le collectif !

interpelDAL
20221004_135629

Une journée pour retracer ce véritable parcours du combattant

Nous vous y invitions déjà ici, le résultat de deux années de travail collectif acharné autour de la rédaction de ce récit de lutte fut présenté à Tournai lors la parution du livret ce 11 juin dernier.

Cette journée fut l'occasion pour les ex-locataires de la rue des Campeaux de revenir sur ce parcours du combattant qu'iels ont vécu à la suite de l'expulsion et ce, au travers d'une marche exploratoire, du vernissage de l'exposition, d'une table ronde thématique et surtout, de la parution du livret produit.

Retour en images sur cette journée..

Echange à Fortaleza : Jeunesses et Droit à la ville

Logo

En juillet dernier, une partie de l’équipe était à Fortaleza dans le Nord-Est du Brésil dans la continuité des liens que nous tissons depuis 2019 entre Bruxelles et le Brésil sur la place des jeunes dans la ville.

Chérine et Samira, ont construit et participé à cet échange avec nous. Habitantes de l’avenue de Stalingrad (Bruxelles), elles se questionnent sur l’avenir de leur quartier avec la construction du métro 3 et des impacts que cela a et aura sur le quotidien des habitants (travaux, nouveaux types de commerces, augmentation des loyers…).
Elles ont réalisé un film documentaire sur les dessous du chantier et la volonté politique qu’on retrouve derrière la construction de ce métro.

La rencontre a eu lieu dans le quartier du Bom Jardim qui se situe en périphérie de Fortaleza et réunissait des collectifs du Nord-Est du Brésil (Recife, Guarabira, João Pessoa) de Bolivie (La Paz) et de Belgique (Bruxelles) qui chacun à sa manière lutte pour le droit à la ville.
Dans un contexte brésilien pré-éléctoral sous tension, échanger autour de la diversité des formes d’engagement de la jeunesse était fort et ressourçant.

Retour en images sur les moments forts de cette rencontre

Accueil au CDVHS où chaque collectif a pu partager son vécu à travers un symbole qui représente la jeunesse dans son contexte
Accueil au CDVHS où chaque collectif a pu partager son vécu à travers un symbole qui représente la jeunesse dans son contexte
Cette photo prise à Bruxelles sur l’avenue de Stalingrad (avant le début du chantier) a été l’un des symboles de la rencontre : la jeunesse à travers un haut-parleur qui demande plus de droits !
Cette photo prise à Bruxelles sur l’avenue de Stalingrad (avant le début du chantier) a été l’un des symboles de la rencontre : la jeunesse à travers un haut-parleur qui demande plus de droits !
Moment de partage autour de la nourriture et des histoires des spécialités de chaque région (rituel appelé "apthapi" dans la culture andine)
Ici la cérémonie du thé.
Moment de partage autour de la nourriture et des histoires des spécialités de chaque région (rituel appelé "apthapi" dans la culture andine) Ici la cérémonie du thé.
La rencontre a également été rythmée par des moments de débats autour de quatre principales thématiques :
  • racisme structurel
  • budgets publics et politiques jeunesse
  • droit au logement, à la terre, au territoire
  • sécurité alimentaire

Des récits de vécus très forts : retour de la faim, violence accrue vécue par les jeunes, division territoriale avec les factions présentes qui occupent une grande partie de la ville de Fortaleza… et des débats sur des enjeux majeurs à la veille des élections au Brésil.

Mais aussi des moments de construction de messages et de revendications collectives, comme à travers la création d’étendards. Chaque collectif a pu repartir avec un étendard sur son territoire.

UNE VIDEO QUI RETRACE LA RENCONTRE EST EN COURS DE CONSTRUCTION

D’autres récits de la rencontre :

Soyons lobbyistes !

lobby_save the date_N:B2

Nous aussi, soyons lobbyistes, citoyen·ne·s ! 

Vous aussi, vous rêvez de pouvoir influencer le regard des élu·e·s politiques et leurs décisions ?

Vous aussi, vous vous demandez comment s'y prennent les grands groupes économiques pour retarder ou contrer des décisions qu'il nous semble urgent de prendre ?

Vous avez rédigé un plaidoyer ou collecté des recommandations mais ne savez pas comment les transmettre à celleux qui décident ?

Votre assemblée citoyenne a produit une proposition de politique publique innovante, mais n'a pas été prise en compte par les décideur·se·s politiques ?

Alors ce cycle d'ateliers est fait pour vous !!

Journée #1 : Introduction
"Comprendre les lobbying économique et citoyen"

Lundi 19/09/22 - Ciney

 

Journée co-organisée avec ACRF asbl
dans le cadre de leur journée d'étude "Résistons au chant des sirènes", et en partenariat avec Empreintes asbl

Au programme :

"Les lobbies d'entreprises aiment agir dans le secret,
c'est pourquoi nous exposons ce qu'ils font, sensibilisons le public et créons un élan
pour réduire l'influence des entreprises sur l'élaboration des politiques européennes."
(Corporate Europe Observatory

  • Atelier d'appropriation : Le lobbying, c'est quoi ? d'où ça vient ? Faire du lobbying, c'est mal ? quel lien avec le plaidoyer ? - Avec les apports d'un expert habitué du lobbying citoyen et Julien Bauwens de l'asbl Empreintes qui mène avec des jeunes des actions de lobbying autour d'enjeux environnementaux.

 

  • Ateliers d'ancrage dans nos luttes : "Et moi, dans la lutte qui m'occupe, quelle posture je me sens de prendre : lobbyiste, contre-lobbyiste ou porteur·se d'actions collectives?"

Journée#2 - Développer votre propre stratégie de Lobbying

Samedi 8/10/22 - Namur (Mundo-N)

Journée co-organisée avec Empreintes asbl.

Au programme:

  • Découverte d'expériences de lobbying citoyen menées en Belgique (abouties et en cours):
    • CAWAB pour l'accès des PMR aux transports en commun (à confirmer)
    • Action de mobilité communale
    • Trace ton cercle (à confirmer)
    • ..;

 

  • Ateliers de travail : "J'élabore ma propre stratégie de lobbying et j'en planifie les étapes" - travail en sous-groupe pour avancer dans vos luttes respectives, avec l'appui de personnes ressources.

A la suite de ces deux journées, d'autres ateliers pourront être organisés, en fonction des demandes et besoins. L'objectif recherché est d'atteindre les influences recherchées sur les politiques publiques visées.:)

Infos pratiques

Heures : 9h-16h30

Gratuit - apportez vos piques-niques

IMPORTANT : Chaque journée est autonome : si vous ne savez pas venir à la première journée, aucun souci. Le seconde est tout à fait à votre portée!

Changer le modèle de démocratie à partir de listes citoyennes 

Et si on s’inspirait davantage du municipalisme libertaire ?

En 2012 et 2018, lors des dernières élections communales en Belgique, nous avons pu observer une recrudescence de listes citoyennes. Certaines ont été élues, d’autres pas. L’une d’elles a même réalisé le meilleur scrutin et s’est vu attribuer le rôle de bourgmestre et les clés pour constituer une majorité…mais a finalement choisi de se retirer, ne se sentant pas à la hauteur de cette lourde tâche.

Animées d’une envie « que ça change », « que ça se passe autrement », « d’être entendu·e·s » ou encore « d’insuffler une autre logique du faire politique », certaines de ces initiatives citoyennes se sont constituées pour opérer un changement de paradigme démocratique en tentant de rendre le pouvoir politique aux citoyen·ne·s. Pourtant, plusieurs semblent peiner à faire bouger les lignes de la vie politique locale.

Au cœur des problèmes rencontrés se trouve entre autres la difficulté de combiner deux logiques antagonistes de la démocratie : la logique représentative qui prévaut dans les organes politiques et la logique de démocratie directe ayant cours au sein des certaines listes citoyennes. De plus, ces initiatives étant souvent relativement jeunes, elles ne peuvent s’appuyer sur une base citoyenne suffisamment forte que pour supporter l’entrée dans le jeu des élections sans que cela ne fragilise la dynamique du groupe. Face à ces différentes tensions, beaucoup s’épuisent et certaines finissent même par jeter l’éponge.

Sans vouloir considérer le municipalisme libertaire[1] de Murray Bookchin comme un modèle unique et idéal, Periferia a vu dans cette proposition de structuration de la démocratie, plusieurs clés intéressantes à mettre en parallèle avec les défis que rencontrent ces listes citoyennes. L’exploration qui va suivre a pour objectif de mettre en avant certains aspects théoriques et pratiques issus du municipalisme libertaire et voir en quoi ces éléments pourraient venir outiller, inspirer ou guider certaines listes citoyennes.

Le municipalisme libertaire, c'est quoi ? 

Projet politique de l’écologie sociale, le municipalisme libertaire propose de résoudre les crises sociale, économique et écologique en opérant une transformation radicale de nos démocraties par la restitution du pouvoir politique aux citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées

© Debbie Bookchin, Own work / CC BY-SA 4.0
© Debbie Bookchin, Own work / CC BY-SA 4.0

Une définition pas si simple qui résume pourtant bien la pensée de Murray Bookchin. Décortiquons-la, ensemble !

Rompre avec la logique de hiérarchie et le principe de domination comme clés de résolution des différentes crises contemporaines

Tirer profit de personnes mal payées, établir supériorité et avantages selon le genre, considérer la nature et les animaux comme des variables d’ajustement pouvant être sacrifiées au nom du profit et du « toujours plus »... pour Murray Bookchin, ces situations ont en commun de s’établir sur le concept de hiérarchie, sur l’idée que les humains et les espèces vivantes ne sont en rien égaux.

Cette conception du monde hiérarchisante est le fondement des différents comportements de domination et d’exploitation. Une hiérarchie entre les espèces et les humains qui mène à des relations de domination :

  • domination d’humains sur d’autres humains,
  • de l’homme sur la femme,
  • de l’humain sur la nature et les animaux.
municipalisme illu

Cette manière de considérer le monde et d’agir, basée sur une vision inégalitaire, a engendré des crises sociales et écologiques majeures. Et puisque celles-ci sont nées d’un déséquilibre des relations, Bookchin envisage ces crises, quelles qu’elles soient, avant tout comme des problèmes sociaux qui doivent être solutionnés dans ce même champ social : à un problème social, la réponse doit être sociale. Son idée est qu’en transformant radicalement le modèle démocratique en un modèle égalitaire et non hiérarchique, les citoyen·ne·s seront à même de résoudre les différentes crises provoquées par ce modèle hiérarchique.

En d’autres mots : si l’organisation de nos vies est régie par la hiérarchie et l’exploitation provoquant des crises sociale et écologique majeures, alors tentons de les gérer par la collaboration et l’égalité pour sortir de ces crises.

rapports dominations

Un modèle de démocratie directe basé sur des assemblées citoyennes

Pour parvenir à transformer radicalement nos institutions politiques, économiques et sociales en rompant avec cette structure hiérarchie et inégalitaire, Bookchin défend l’idée d’un modèle de démocratie directe donnant l’ensemble des pouvoirs de décisions et d’administration aux citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées locales.

À l’inverse de la démocratie représentative et l’idée d’un projet démocratique qui serait mené par le haut, le municipalisme libertaire propose de repartir des citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées populaires avec pour objectif de les substituer à l’État-nation en lui faisant perdre pouvoir et légitimité.

Au lieu d’être gérées par des Gouvernements globaux (fédéral, régional, communautaire), les problématiques sociales, écologiques et économiques locales seraient alors traitées localement « […] par des assemblées populaires composées des résident·e·s du quartier, du village ou de la municipalité »[2].

A travers ces assemblées locales, la dynamique délibérative est toute autre. Chaque voix est reconnue et légitime. Les décisions sont prises sur base d’une éthique d’égalité, dans une dynamique de débat et un esprit de coopération plutôt que de rivalité.

Un retour au local…sans s’y enfermer

Pour autant, Bookchin met en garde contre les dérives de s’enfermer dans une vision localiste et communautaire. Il pointe les risques de repli communautaire : ni l’autarcie, ni l’autosuffisance locale totale ne sont souhaitables.

Si les assemblées doivent pouvoir se constituer au niveau local et les citoyen·ne·s reprendre le pouvoir sur les enjeux locaux, toutes ces assemblées doivent rester connectées les unes aux autres, dans une sorte de confédération des assemblées.

De même, Bookchin est lucide sur le fait que certaines questions qui affectent d’autres territoires ou d’autres personnes ne peuvent et ne doivent pas être traités uniquement au niveau local. Pour ces questions, le municipalisme libertaire prévoit un système de délégué·e·s issu·e·s des assemblées populaires qui se réuniraient en conseils régionaux, nationaux et transnationaux pour traiter de ces questions. Ces délégué·e·s seraient choisies par chaque assemblée populaire, qui leur accorderait un mandat impératif et révocable à tout moment.

fonctionnement ML

Utiliser les élections locales pour faire basculer nos démocraties représentatives en démocraties directes : oui, mais…

 Une stratégie de transition, pas un accomplissement en soi

Comment passer du modèle de démocratie représentative au modèle de démocratie directe prôné par le municipalisme libertaire ? Une des stratégies serait de « […] gagner les élections municipales afin d’occuper et de transformer radicalement les institutions de la commune de l’intérieur. Cette transformation radicale consisterait à transférer le pouvoir public conféré par les élections, des mains des élus officiels vers celles des assemblées populaires, confédérées entre elles »[3].

La phase de transition d’un modèle démocratique à un autre est dite période de « double pouvoir » ; stade durant lequel coexistent les modèles de démocratie représentative (via les élu·e·s issu·e·s des partis) et de démocratie directe (via les élu·e·s délégué·e·s par l’assemblée citoyenne).

La stratégie visant à infiltrer le pouvoir politique « représentatif » au même titre que les élu·e·s issu·e·s de partis n’est donc qu’un moyen pour faire perdre la légitimité politique que détenait jusqu’alors les institutions représentatives et progressivement instaurer la démocratie directe basé sur des assemblées locales.

Cette stratégie est temporaire : elle ne s’applique que le temps de la reconquête de l’ensemble des pouvoirs politiques par des assemblées citoyennes.

Dans cette optique de reprise du pouvoir par le bas, Bookchin propose que certain·e·s membres issu·e·s d’une assemblée populaire participent « […] aux élections locales afin de lier les mandats politiques municipaux aux décisions de l’assemblée populaire, l’objectif n’est pas de simplement mieux gérer l’administration municipale, mais bien de donner le pouvoir aux assemblées populaires décisionnelles basées sur la démocratie directe, et de rendre possible des alternatives économiques en opposition aux institutions existantes soumises aux logiques du capital »[4].

Les élections locales sont donc utilisées comme une stratégie de transfert permanent du pouvoir vers les citoyen·ne·s « non élu·e·s » et non comme l’intégration d’élu.e.s issu·e·s d’assemblées populaires à la gestion de la politique locale.

transfert pouvoirs

« En résumé, le municipalisme libertaire entend revitaliser les possibilités démocratiques présentes de façon latente dans les gouvernements locaux existants, et transformer ceux-ci en démocraties directes. Le but est de décentraliser ces communautés politiques de manière à ce qu’elles retrouvent une échelle humaine et soient adaptées à leur environnement naturel. Il s’agirait donc de restaurer les pratiques et les qualités de la citoyenneté afin que les femmes et les hommes prennent collectivement la responsabilité de la conduite de leurs propres communautés, suivant une éthique du partage et de la coopération, plutôt que de s’en remettre à des élites. Lorsqu’on aura créé ces démocraties directes, les municipalités démocratisées pourront être réunies dans des confédérations capables de s’attaquer enfin au capitalisme et à l’État-nation, pour aboutir à une société anarchiste, écologique et rationnelle. »

(Biehl & Bookchin, 2013, p.22-23)

Pour en savoir plus sur le municipalisme libertaire : un article du média Reporterre :
"La pensée essentielle de Murray Bookchin, fondateur de l'écologie sociale"

L'expérience municipalité de Jackson : deux points d'attention

Dans plusieurs régions du monde, des assemblées populaires ont tenté avec plus ou moins de succès de reprendre le pouvoir politique au niveau local en participant aux élections municipales : « Des “mairies du changement” en Espagne au mouvement transnational des Fearless Cities, du confédéralisme démocratique du Rojava au Kurdistan à une partie du mouvement des Gilets jaunes réunie dans les “assemblées des assemblées”, de certaines ZAD (zones à Défendre) aux plateformes citoyennes en vue des élections municipales de 2020 en France, des expériences se réclament aujourd’hui du municipalisme ou du communalisme »[5].

La chercheuse Sixtine van Outryve (2020) [6] a étudié l’expérimentation municipaliste à Jackson (voir encadré ci-dessous) dans le Mississippi aux États-Unis.

Our Power Campaign: Educate, Motivate, Cooperate for Climate Justice Source: Cooperation Jackson – Via le site The Urban Transcripts Journal, consulté le 3 mars 2022.

Quelques éléments contextuels de l’expérience municipaliste de Jackson

Située dans le sud des États-Unis dans l’état du Mississippi, la ville de Jackson est composée à 85% d’une population afro-américaine. L’histoire de la ville a été marquée par l’esclavage et les grandes inégalités raciales qui ont suivi. Dans les années soixante durant la période de luttes pour les droits civiques, elle fut le foyer de nombreuses contestations victorieuses pour l’accès aux institutions politiques de la population afro-américaine.

A la suite de la désindustrialisation qui marqua la fin des « trente glorieuses », la population s’est retrouvée grandement précarisée au niveau de l’emploi et des moyens de production. Jackson est aujourd’hui une des villes les plus pauvres des États-Unis. C’est de cette analyse et dans ce contexte qu’est né, à l’initiative du mouvement de libération noire, le Jackson-Kush Plan.

Ce plan stratégique a pour objectif d’utiliser les moyens municipalistes pour permettre l’autodétermination politique de la classe travailleuse noire, en partant du postulat que l’autodétermination politique n’est réalisable sans l’autodétermination économique. À cette fin, le plan allie trois axes complémentaires : la création d’assemblées populaires, la création d’un réseau de candidat·e·s pour gagner les élections locales et la construction d’une économie sociale et solidaire permettant de redonner du pouvoir quant aux conditions de vie et de travail de la classe travailleuse afro-américaine.

Des assemblées populaires se sont mises en place et ont permis à la fois de répondre à des problèmes concrets de la communauté et de construire une nouvelle culture de la démocratie directe tout en lançant des actions de pression dirigées vers les pouvoirs politiques. Ce sont ces mêmes assemblées qui ont donné mandat à Chokwe Lumumba de se présenter aux élections municipales. Il est d’abord élu comme conseiller communal en 2009 et puis devient maire en 2013. En février 2014, après 7 mois de mandat il meurt en laissant derrière lui un mouvement déboussolé. « Parmi les nombreux projets qui devaient être portés grâce à l’accès au pouvoir de la municipalité, le développement des liens de dialogue et de contrôle entre les assemblées populaires et l’administration municipale subit un arrêt brutal » (Outryve, 2020, p. 238).

Son fils lui succède, mais malgré l’aura de son père, il n’est pas issu du mouvement de la base et des différends politiques et stratégiques mettent fin en 2018 aux liens entre l’administration locale et le mouvement. « Faute d’accès au pouvoir et aux ressources institutionnelles, le mouvement se concentre désormais sur la création d’espaces pour permettre la prise de décisions collectives (comme des budgets participatifs ou des budgets pour les droits humains), ainsi que sur la construction d’une fédération de coopératives de travailleurs et travailleuses autonomes […] » (Outryve, 2020, p. 238).

 Source : Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun (p. 221-242). Anthemis.

De ses conclusions nous pouvons relever deux points d’attention relatifs à cette stratégie de transfert du pouvoir vers les assemblées citoyennes :

  1. Avant de participer aux élections communales, l’importance de construire une assemblée populaire forte

Le premier point d’attention soulevé par Sixtine Van Outryve est qu'il est « […] crucial pour tout mouvement municipaliste de commencer par entreprendre la tâche de construction de l’assemblée populaire comme institution autonome et d’éducation à la démocratie directe, avant d’adopter la stratégie d’occuper les institutions municipales »[7]

Participer à une dynamique électorale pour un mouvement municipaliste est éprouvant et quelque fois peut lui être fatal. D’abord - comme expliqué plus haut - parce que c’est une logique contraire à la démocratie directe. Ensuite, parce que c’est énergivore. Mais surtout, parce que se présenter aux élections municipales implique de mettre en avant les personnes candidates ; ce qui peut engendrer des tensions au niveau de la personnification du mouvement. Il s’agira donc de ne pas s’y précipiter avant d’avoir en amont posé des bases solides et capables de faire face à ces tensions. Car construire et établir un fonctionnement d’assemblée populaire qui ne sera pas anéanti par l’expérience électorale et sa logique représentative, demande à cette assemblée d’éprouver son fonctionnement dans le temps et pour les personnes qui y participent d’acquérir, d’intégrer et de construire ensemble de nouvelles habitudes et manières de fonctionner.

En somme, il s’agit de coconstruire une nouvelle culture de la démocratie, en prenant le temps d’expérimenter et d’apprendre d’autres fonctionnements que ceux de la démocratie représentative, et ce avant d’aller s’y frotter. Le risque sinon est de tomber rapidement dans le jeu de la démocratie tel qu’il se déroule dans notre système représentatif. Les municipalistes élu·e·s deviendront alors de « simples » porteur·se·s de voix citoyennes au même titre que le sont les élu·e·s partisan·e·s pour les membres de leur Parti. Le fonctionnement démocratique n’en sera pas transformé et les logiques de domination se poursuivront librement.

  1. Inscrire et développer la démocratie directe à l’ensemble des sphères affectant la population et son territoire

Un second point d’attention très important de la pensée de Bookchin est de ne pas limiter l’exercice de la démocratie directe uniquement à la sphère institutionnelle. Le fait d’ouvrir l’exercice du pouvoir de la démocratie directe à d’autres sphères comme « […] la sphère du travail, du logement, de l’alimentation, de l’énergie, des services publics, de la production, est également nécessaire afin de permettre à la population de prendre les décisions sur des sujets qui l’affectent directement […] »[8].

En effet, l’objectif du municipalisme libertaire au-delà du transfert des pouvoirs politiques aux citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblée, est de relocaliser autant que possible la gestion et l’administration des domaines économiques et sociaux qui sont dans nos modèles représentatifs souvent cantonnés à des niveaux de pouvoir supérieurs à celui de l’échelle municipale. Ce point peut sembler audacieux, il est pourtant essentiel si l’on envisage un modèle où les citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées reprendraient le pouvoir sur des enjeux majeurs qui les concernent directement.

Ainsi, il s’agit de développer des initiatives économiques et sociales qui soient en mesure de trouver des réponses concrètes aux besoins quotidiens des membres de l’assemblée populaire. Ce qui constitue une réappropriation des pouvoirs économiques et sociaux par les citoyen·ne·s et inscrit l’exercice de la démocratie directe dans l’ensemble des questions qui affectent un territoire et ses habitant·e·s.

Il s’agit de reprendre le pouvoir sur l’Etat-Nation pour le transférer vers les assemblées citoyennes confédérées, afin de permettre aux citoyen·ne·s de prendre des décisions qui impactent réellement leur vie.

Quelles balises pour soutenir les listes citoyennes porteuses de ce changement de modèle démocratique ?

S’il est clair que toutes les listes citoyennes ne cherchent pas à opérer ce basculement vers une démocratiedirecte basée sur des assemblées citoyennes, il nous a semblé intéressant d’explorer la pensée de Bookchin qui redonne du sens à plusieurs de leurs pratiques : des élu·e·s issu·e·s d’assemblées et porte-paroles de ces dernières, ne pas se limiter aux seul·e·s membres de leur liste, mais vouloir « raccrocher à la politique » tou·te·s les habitant·e·s, organiser régulièrement des assemblées citoyennes ouvertes à tou·te·s pour débattre des sujets à porter au sein du Conseil et/ou du Collège, construire les décisions collectivement dans le respect de la diversité des opinions… Malgré ces spécificités, et comme vu précédemment, la participation d’un mouvement citoyen à une logique électorale comporte bien des difficultés et demande d’être murement réfléchie.

Dans cette publication, nous souhaitons mettre en avant des pistes pour s’inspirer des réflexions de Bookchin quant au potentiel de transformation soci(ét)ale que constitue un modèle de société reposant sur des assemblées citoyennes locales confédérées.

Prendre le temps de coconstruire une culture démocratique au sein des assemblées citoyennes

Se pose d’abord la question du timing. Bien des listes citoyennes semblent se construire autour du calendrier électoral et ses échéances : les listes se forment peu avant les élections ET en vue des élections. Pourtant, il ne fait pas de doute que celles et ceux qui font le pas de se rassembler en liste sont pour la plupart des citoyen·ne·s déjà engagé·e·s dans leur territoire et bien souvent, iels le font avec l’envie de reprendre ensemble un pouvoir politique ou au moins d’insuffler une autre manière de faire politique.

Ne serait-il pas intéressant de revoir ce paradigme : ne plus attendre la perspective des élections pour se rassembler et déjà initier des assemblées citoyennes pour qu’une majorité de citoyen·ne·s soient prêt·e·s à utiliser ce fonctionnement collectif une fois la liste élue ? Cela serait d’autant plus pertinent que le choix de se présenter aux élections serait dès lors une décision collective émergeant d’une base citoyenne plus large.

De plus participer aux élections locales détourne une grande partie de l’énergie disponible au sein de ces mouvements. Difficile d'envisager l’apprentissage et la construction d’une culture commune à l’ensemble des membres de l’assemblée en même temps que l’on cherche à intégrer le jeu politique représentatif.

Le risque est que l’énergie soit trop accaparée par cette participation électorale et ne permette plus la construction d’une culture de la démocratie directe entre tou·te·s les membres de l’assemblée. Faute de temps et d’énergie, les personnes participant aux élections risquent de se couper du reste de l’assemblée. La conséquence est que cette culture se forge alors entre les personnes à l’initiative de la liste formant une sorte de « noyau dur » et sur qui semble reposer l’entièreté du portage de l’assemblée. Devenant alors des leaders – même sans le vouloir – que les autres suivent de plus loin, tel·le·s des sympathisant·e·s plutôt que comme membres décideurs.

Changer la culture démocratique et son modèle prend beaucoup de temps et d’énergie, de même que participer au jeu électoral local.

En résumé, l’enjeu se situe surtout dans le fait de ne pas négliger l’importance de la construction d’une culture commune de la démocratie directe au sein des assemblées, qui dans l’idéal devrait être un des premiers pas des listes citoyennes. Ceci afin que ces assemblées soient des entités suffisamment fortes et autonomes pour pouvoir se permettre d’envisager par la suite le projet de lier l’assemblée à des mandats politiques via la participation aux élections municipales de certains de ses délégué·e·s et de ne pas perdre de vue leur volonté de transformer, à terme, le système politique représentatif en système de démocratie directe.

Dans le cas contraire, les personnes portant les mandats politiques courent le risque de ne pas savoir de qui iels sont les porte-paroles et de perdre en légitimité politique. Une évidence et pourtant… ce n’est pas si rare de voir une liste citoyenne n’être, au fil du temps, plus représentative que de celleux qui y figurent ; les citoyen·ne·s participant de moins en moins aux assemblées qu’iels jugent finalement assez semblables aux réunions politiques classiques.

Participer aux élections pour transférer le pouvoir vers l’assemblée et non comme une tentative de mieux administrer les institutions locales

La manière d’envisager la participation aux élections par Bookchin donne, selon nous, des éléments de positionnement intéressants pour les listes citoyennes qui s’inscriraient dans de telles finalités.

Premièrement, la participation aux élections est envisagée comme une stratégie et non une fin en soi.C’est un moyen à disposition des listes citoyennes pour rendre le pouvoir aux citoyen·ne·s réuni·e·s dans leur assemblée. Ce n’est donc qu’une option parmi d’autres, et l’on peut envisager de ne pas passer par cette étape.

Deuxièmement, la participation aux organes politiques « classiques » par les élections n’a donc pas non pour finalité de mieux administrer les institutions locales. Cette idée reprend deux dimensions fondamentales.

D’abord, il s’agit d’ouvrir les champs politiques à d’autres compétences que celles que se reconnaissent les institutions locales. C’est-à-dire réintroduire des sujets de discussion (et donc de décision) qui ne sont plus discutés au niveau local car considérés comme dépendants d’autres niveaux de pouvoir. C’est par exemple ce qu’ont fait certaines communes belges en se déclarant communes hospitalières alors que l’État Fédéral, compétent en matière d’immigration, adoptait une position tout à fait hostile à l’immigration.

Ensuite, il ne s’agit pas « d’envoyer » des délégué·e·s issu·e·s d’une assemblée dans l’arène politique décidant en leur nom propre, mais bien d’envoyer des porte-paroles des décisions prises par l’assemblée. Une fois élue, l’aller-retour entre l’assemblée et la personne déléguée par l’assemblée pour participer aux élections reste permanente.

Plus globalement, il semble antinomique de vouloir à la fois mieux administrer la commune en rejoignant l’équipe des élu·e·s locaux et vouloir en même temps changer la culture démocratique représentative pour une démocratie directe.

Le fonctionnement par délégation demande une autre temporalité et d’autres dispositifs, il n'est pas question pour le/la délégué·e de prendre des décisions tout·e seul·e ou de devenir expert·e dans tel ou tel domaine, mais de prendre le temps en assemblée de s’approprier collectivement les sujets et pouvoir par la suite construire une réponse commune.

Être soumis à l’agenda politique communal ou devoir fournir des réponses sur des sujets qui demandent plus de temps et réflexions à l’assemblée, sont quelques exemples d’une mise sous pression de la logique représentative que subissent les assemblées citoyennes et qui nous semblent leur être dommageable.

Face à une telle incompatibilité de cultures démocratiques, il nous semble pertinent que les listes citoyennes priorisent le développement et la construction de leur propre culture de la démocratie directe au sein de leurs assemblées plutôt que le bon suivi de l’agenda politique institutionnel local.

L'espérience de Commercy

Comme dans beaucoup de villes de France, des citoyen·ne·s de la municipalité de Commercy ont endossé leur gilet jaune et se sont réuni·e·s pour bloquer des ronds-points et des péages.

La mobilisation est forte et assez vite, le mouvement spontané se structure autour d’une cabane de fortune installé à côté d’un rond-point. Des assemblées pour débattre et décider des futures actions s’y organisent chaque jour, autour d’un repas ou d’une collation partagée. Le mouvement se structure, interpelle les élu·e·s, tente d’organiser un référendum local… Face à l’ampleur du mouvement, le Gouvernement appelle à constituer un groupe de représentant·e·s des GJ.  Un modèle rejeté par les commercien·ne·s qui lancent un appel à se rassembler au sein d’une « assemblée des assemblées ».

Découvrez leur argumentaire ici 

Construire un agenda politique citoyen afin de renforcer l’assemblée et faire grandir le mouvement

Une fois que les listes « ont gagné » certain·e·s élu·e·s, il est vite tentant de vouloir se saisir des sujets politiques « sur la table » et de se positionner par rapport à eux. On suit alors l’agenda politique de la majorité en place et/ ou de l’actualité. Pour éviter ce travers – et rester dans la logique de transférer les pouvoirs politiques vers l’assemblée citoyenne –, il semble intéressant de coconstruire un agenda politique au sein des assemblées : définir ensemble la liste des points à discuter au sein de l’assemblée en repartant des besoins et constats exprimés par ses membres. Il s’agit ainsi de ne pas tomber dans les travers de vouloir répondre à tout prix aux préoccupations mises sur la table par les élu·e·s de la majorité mais d’apporter sa propre liste de préoccupations issues de l’assemblée citoyenne. De cette manière, la liste joue son propre jeu politique au sein de l’arène et ne perd pas le sens de ce qu’elle défend.

Construire son agenda politique permet de maintenir une assemblée vivante et alerte sur la direction suivie et de faire grandir le mouvement citoyen. La pratique de dialogue régulier entre citoyen·ne·s réuni·e·s au sein de l’assemblée permet de faire émerger les constats, besoins et projets qui les (pré)occupent. À partir de là, iels peuvent établir collectivement un agenda politique, cohérent pour tou·te·s, des sujets à traiter prioritairement. Cela garantit à l’assemblée de garder la main sur les sujets qu’elle mettrait en discussion politique avec d’autres, en y consacrant le temps qui lui semble nécessaire pour prendre une décision.

En plus de constituer une mise en pratique concrète d’une réappropriation collective du pouvoir politique, ces échanges permettent de construire une culture commune de la démocratie directe au sein de l’assemblée. Il nous semble également qu’une dynamique qui repartirait des enjeux locaux portés par les citoyen·ne·s pourrait davantage mobiliser de nouveaux membres se sentant peu interpellé·e·s ou intéressé·e·s par les questions à l’agenda politique des institutions représentatives locales. La liste citoyenne peut alors recourir à des diagnostics territoriaux réguliers, mener des enquêtes auprès des citoyen·ne·s, programmés des assemblées sur des thèmes ou dans des territoires (quartiers, villages, hameaux, etc.) ou auprès de publics (seniors, femmes, jeunes parents, étudiant·e·s, personnes immigrées, personnes porteuses d’un handicap, etc.) spécifiques.

Adapter la taille du territoire et/ou de la population à l’exercice de l’assemblée

Et enfin, la dernière clé importante réside dans la taille du territoire couvert et/ou de la population concernée par l’assemblée populaire.

Les listes citoyennes prenant souvent comme point de départ les élections locales, le territoire auquel elles s’adressent couvre souvent l’ensemble de la commune. En Belgique, certaines communes ne représentent qu’un petit territoire et/ou un petit nombre de citoyen·ne·s, néanmoins à la suite de la fusion des communes, la taille d’une commune moyenne environne aujourd’hui les 20.000 habitant·e·s.

La possibilité de réunir, au sein d’un même espace, un si grand nombre de personnes semble peu pertinent au regard des besoins liés à l’exercice de la démocratie délibérative.

La dynamique des assemblées imaginée par Bookchin en fait des espaces de dialogue où les singularités et antagonismes doivent pouvoir s’exprimer et être pris en compte afin de construire ensemble des solutions qui soient au plus proche des réalités vécues.

Ces différentes conditions ne semblent pouvoir être réunies qu’au sein d’assemblées citoyennes qui seraient le reflet d’une petite fraction de territoire. Ainsi, idéalement, une assemblée pourrait, en fonction des réalités démographiques et géographiques locales, être constituée des habitant·e·s d’une rue, d’un quartier, voire d’un village.

Pratiquement, cela impliquerait pour les listes citoyennes de démultiplier les assemblées populaires au sein de leur territoire communal, afin de permettre le développement d’assemblées proches des réalités de chacun·e. Celles-ci garantiraient alors l’espace et le temps nécessaires à l’expression individuelle et collective et permettraient une réappropriation progressive des pouvoirs politiques. Un tel exercice demande certes un investissement en temps et en logistique plus important que le format classique de la démocratie représentative. Il s’agit donc bien d’instiller une nouvelle culture « globale » de la démocratie directe. Culture qui passera aussi par un rééquilibrage du temps dédié à la chose publique et aux liens sociaux, mais ceci est encore une autre histoire…

Conclusion

Construire et expérimenter des modèles de démocratie qui sortiraient de la logique représentative ne semble pas chose aisée. En effet, toute tentative de transformation sociale prend du temps et fait face à d’inévitables vents contraires qui peuvent également lui être fatals. À l’exploration de certains aspects issus du municipalisme libertaire, il nous semble que celui-ci peut être source inspirante pour redéployer la créativité et les stratégies des listes citoyennes désireuses de faire évoluer les modes de faire politique et d’impliquer plus largement les citoyen·ne·s dans le champ politique.

Qu’il s’agisse de prendre le temps de construire une nouvelle culture de la démocratie au sein des assemblées, d’envisager la participation aux élections locales uniquement comme une stratégie de transfert du pouvoir politique vers les assemblées citoyennes, de sortir de l’agenda politique communal en allant explorer avec les citoyen·ne·s leurs priorités politiques, de développer des assemblées à une échelle plus réduite que la souscription électorale, de renforcer les liens entre ces assemblées au-delà des découpages territoriaux et administratifs officiels…les pistes sont nombreuses.

Il nous semble que loin d’être exhaustive, cette exploration introductive au municipalisme libertaire permet de fournir à ces courageuses listes citoyennes des balises et inspirations pour enclencher et porter cette transformation de la vie démocratique locale par l’exercice du pouvoir politique de citoyen·ne·s réuni·e·s au sein d’assemblées.

À tou·te·s, une belle continuation dans ce dessein…

Quelques ressources pour aller plus loin

D'autres outils pour se mettre en action

Forum, Plénière, Agora... Outil d'inspiration pour aider à la conception et l'animation de grandes assemblées

Une publication pour aider à concevoir et animer un moment de co-construire réunissant un grand nombre de personnes (de 50 à 200). A partir de huit exemples d’assemblées de ce genre, elle explicite la méthodologie utilisée, les clés pour la mise en œuvre et l’animation ainsi qu’une série de points d’attention ou d’écueils à éviter.

Publication téléchargeable ici 

Questionner le sens de nos actions de terrain.

 Une publication ressource lorsqu’on a le sentiment d’avoir perdu de vue le sens de ce qui nous unit et nous porte…et qu’on souhaite le retrouver ou le redéfinir. Elle propose 6 portes d’entrée pour y parvenir : à partir de nos activités et actions, à partir de nos objectifs et intentions, à partir d’une évaluation, à partir d’une difficulté ou une opportunité, à partir d’une envie de transmettre à d’autres et enfin, à partir d’enjeux, motivations ou valeurs qui nous portent.

Publication téléchargeable ici.

Décider ensemble ?! – construire un processus de prise de décision collective

Les portes d’entrée vers la décision collective sont plus nombreuses qu’on ne l’imagine et demande, avant de se poser la question du « comment », de bien clarifier ce que l’on recherche comme décision. Cette publication propose d’explorer les différentes étapes de mise en œuvre d’un processus décisionnel et pointe les questions à se poser pour définir le choix de la méthode la plus adéquate.

Publication téléchargeable ici

Articles et revues en ligne autours du Municipalisme libertaire

  • 0En France, le municipalisme libertaire trace son chemin. A découvrir ici.
  • « Le municipalisme libertaire, qu’est-ce donc ? ». A découvrir ici.
  • « Le municipalisme c’est l’autogouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple ». A découvrir ici
  • « La révolution commence-t-elle par le local ? Expérimentations communales et dilemmes stratégiques ». A découvrir ici.
  •  Reporterre a consacré un article à l'expérience de confédéralisme démocratique du Kurdistan syrien particulièrement inspirant en matière de féminisme et de multiculturalisme. Une révolution sociale multiethnique, féministe et auto-organisée à découvrir ici

Formation - MOOC

Livres

  • Janet Biehl, Le municipalisme libertaire, Écosociété, 2013.
  • Murray Bookchin, Pouvoir de détruire, pouvoir de créer. Vers une écologie sociale et libertaire, L’Échappée, 2019.

Bibliographie

[1] Le Municipalisme libertaire aussi appelé "Communalisme" a été théorisé par le philosophe, militant, penseur social, écologiste et fondateur de l’écologie sociale, Murray Bookchin (1921-2006).

[2] Durand-Folco, J., & Outryve, S. van. (2020). Genèse et métamorphoses du municipalisme libertaire aux Etats-Unis : Vers une première confédération démocratique nord- américaine ? Mouvements, n° 101(1), p. 132

[3]Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun. Anthemis. p. 227

[4] Durand-Folco, J., & Outryve, S. van. (2020). Genèse et métamorphoses du municipalisme libertaire aux Etats-Unis : Vers une première confédération démocratique nord- américaine ? Mouvements, n° 101(1), p. 133

[5] Cossart, P., & Sauvêtre, P. (2020). Du municipalisme au communalisme. Mouvements, n° 101(1), p. 1

[6] Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun (p. 221-242). Anthemis.

[7] Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun. Anthemis. p. 240

[8] Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun. Anthemis. p. 241