De la colère à l’action collective… Expérimenter le community organizing

Publié le
Place_Mairie

Mobilisation de l'Alliance Citoyenne à Paris

Suite à l’organisation d’une formation de deux jours autour du Community Organizing avec Alliance Citoyenne (Grenoble, France) organisée à Bruxelles en octobre 2017, Periferia a souhaité continuer la dynamique en mettant sur pied un groupe de réflexion avec l'objectif de voir s’il était possible – et souhaitable -  de mettre en place une telle démarche en région de Bruxelles-Capitale.

De quoi parle-t-on?

Souvent comparé à un “syndicalisme tout terrain” - c’est-à-dire dans tous les domaines et pas seulement celui du travail - le community organizing « cherche à mobiliser un public large et diversifié pour obtenir des changements sur des enjeux tels que le logement, les salaires, l’emploi, la sécurité ou l’exclusion politique » (Talpin, Balazard). Cette méthode, expérimentée puis consolidée à partir des années 1930 aux États-Unis par Saul Alinsky, permet aux citoyens de s’organiser pour construire collectivement des revendications, interpeller les institutions responsables, et ainsi obtenir des améliorations concrètes de leurs situations.

Le Community Organizing, venu des pays anglo-saxons nous inspire, notamment, par sa méthode de mobilisation englobant un grand nombre de personnes d'horizons très différents. Cette approche a fait ses preuves également dans sa capacité à renverser les rapports de force en faveur des personnes victimes d’injustice.

Un groupe pour se former et expérimenter

Ce groupe est ouvert à toutes les personnes qui souhaitent approfondir les méthodes du community organizing. Il regroupe actuellement des travailleurs d'association dont Le Méridien, La Rue, la Maison de quartier Bonnevie, Habitat et Rénovation, Periferia, Bruxelles Laïque, les Plans de Cohésion Social  deMolenbeek et Etterbeek, Cracs-CBAI ainsi que des citoyens intéressés. Le groupe se veut ouvert à toutes et celles et ceux qui s'intéressent à la thématique du community organizing. 

Retour sur la semaine consacrée aux méthodes du community organizing fin octobre :

 Quatre jours de formation, deux débats et une projection de film, cette semaine bien chargée fut l’occasion d’approfondir ces méthodes tout en apportant aussi un regard critique.

  • Pouvoir d’agir et Community Organizing : retour sur un débat mouvementé

Le 21 octobre dernier, Wade Rathke (ACORN International), Adrien Roux (Alliance Citoyenne), Nicolas Marion (philosophe, Action et Recherches Culturelles) et Claire Scohier (Inter-environnement Bruxelles) ont débattu de la pertinence des méthodes du community organizing pour renforcer le pouvoir d’agir. Un débat qui a suscité de riches échanges et permis de questionner la pertinence du « modèle ACORN » pour repenser une société plus égalitaire.

Retrouvez l’intégralité du débat co-animé par Periferia et Bruxelles Laïque :

  • De nouvelles méthodes pour inspirer l’engagement syndical en Belgique ?

A l’heure où, les organisations syndicales ont de plus en plus de mal à mobiliser les citoyens, repenser l’engagement syndical est essentiel. Ce débat organisé par le CSC Bruxelles-Hal-Vilvoorde, l’asbl FEC et Periferia a tenu toutes ses promesses. Le community organizing, que l’on définit comme un « syndicat tout-terrain », a en effet largement inspiré les personnes présentes en apportant des exemples concrets d’organisation de travailleurs non syndiqués, d’action directe et la construction d’un rapport de force favorable aux citoyens. En s’appuyant sur un travail de terrain (porte-à-porte, mobilisation sur les lieux de travail, …) les méthodes de ReAct et ACORN permettent de remporter des petites victoires et donc de mobiliser plus largement.

débat syndicats
  • Une formation de 4 jours avant d’expérimenter en 2019 ?

Fin octobre, Periferia a organisé 4 jours de formation autour du community organizing à destination de travailleurs sociaux.

2 jours d'initiation

Les deux premiers jours d’initiation étaient consacrés à la découverte des méthodes de l’Alliance Citoyenne et de son fonctionnement en interne. Adrien Roux, initiateur de l’organisation à Grenoble animait la formation, oscillant entre jeux de rôle et récits d’expériences. Wade Rathke est aussi intervenu, présentant la manière de lancer une campagne et évoquant son expérience de mobilisation citoyenne aux Etats-Unis. Ce fut l’occasion d’aborder différents aspects de la méthode ACORN : porte-à-porte, lancement d’une campagne, techniques de négociation, actions collectives, mais aussi de porter un regard critique sur cette méthodologie.

2 jours de workshop d'approfondissement 

Les deux autres jours étaient consacrés à un workshop d’approfondissement qui a réuni des personnes déjà familières avec ces méthodes. Les participant.e.s, sont parti.e.s de leur expérience de terrain pour échanger sur la manière de mettre en place ces méthodes dans le contexte belge.

formation oct 2018

Suite à cette formation, plusieurs participants ont réaffirmé leur envie de pouvoir expérimenter les méthodes de community organizing… C’est le cas de Periferia qui, en 2019, a décidé de s’en inspirer sur le terrain, de développer une base de données et de continuer à suivre la dynamique du groupe community organizing à Bruxelles. D’autres évènements sont à venir, restez attentifs : plus d’informations sur notre site internet et notre page Facebook.

  • Publication "De la colère à l'action collective"

Mobiliser des habitants autour de problématiques qui les touchent, encourager le "pouvoir d'agir" et les actions collectives, se mettre en capacité de négociation pour agir sur les décisions, créer du rapport de force pour lutter contre les injustices... Voilà des enjeux auxquels de nombreux travailleurs sociaux et citoyens sont confrontés quotidiennement. Cette publication aborde ces différentes questions par le biais de réflexions de travailleurs sociaux à la suite de leur rencontre avec le community organizing. Nous nous intéressons particulièrement à comment cette approche les a aidée dans leur action locale.

Téléchargez la publication gratuitement (disponible en version papier sur demande).

Pub_Periferia_2017_comunity_organizing
  • Projection à venir en 2019

Thibault Coeckelbergs du GSARA a suivi trois travailleurs du milieu associatif bruxellois qui ont participé à la formation sur le Community Organizing organisée en octobre 2017. Ces portraits nous permettent de mieux comprendre les questions qui traversent l'action sociale. Plus d'infos à suivre...

 

 

Vous êtes intéressé.e.s par notre actualité autour du community organizing ? N'hésitez pas à nous contacter via contact@periferia.be

 

 

Les commissions de transparence au Honduras

Publié le

Les commissions de transparence au Honduras

Une histoire peu commune d’une société civile qui se soucie de l’utilisation des ressources publiques

Suite au passage de l’ouragan Mitch au Honduras en 1998, puis surtout à la remise de la dette en 2002, d’importants montants sont arrivés jusque dans les communes du pays. Mais les pays « donateurs » y ont mis une certaine exigence : que la société civile puisse veiller à la bonne utilisation de ces ressources financières dans des projets portés par les municipalités. C’est de cette façon que sont apparues les premières commissions de transparence.

Les commissions sont composées de citoyens. Ce sont des organisations locales qui réalisent un contrôle par rapport aux dépenses publiques et formulent des recommandations pour améliorer l’utilisation des ressources publiques, veillent à la bonne utilisation du budget d’investissement et vérifient la qualité des services communaux comme les repas dans les écoles communales par exemple.

De nombreuses commissions existantes se sont organisées collectivement pour obtenir leur reconnaissance légale dans le cadre de la loi des communes de 2009.

Pense-pas-bête du gestionnaire citoyen

Publié le

Expériences à Pont-de-Claix, France

Pense-pas-bête du citoyen gestionnaire : Renforcer la compréhension budgétaire
par la commune de Pont-de-claix, 2007

Le « pense-pas-bête du citoyen gestionnaire » est un outil, développé par la commune et destiné à tous. Il propose de se familiariser avec les mécanismes et les notions essentielles de la comptabilité publique. Il présente également le budget de la commune pour permettre de participer à la réflexion et au débat qui accompagne l’élaboration de celui-ci.

A Pont-de-claix, les finances publiques c’est l’affaire de tous !

Une commission consultative du budget a été mise en place où des citoyens tirés au sort et d’autres répondant à un appel relayé dans la presse locale suivent une formation de compréhension local – notamment grâce à la publication « pense pas bête du citoyen gestionnaire » pour faire des propositions aux élus.

Cette étape de compréhension budgétaire est indispensable dans la mise en place d’un budget participatif.

Article – L’organisation communautaire : une nouvelle approche du travail social ?

Publié le

Par Yves Jouffe- Mouvements, 2016

Une expérience d’organisation communautaire a vu le jour en janvier 2014 dans les quartiers rennais : Si on s’alliait ?(SOSA). Cinq organisatrices et organisateurs s’y inspirent de la démarche de l’Alliance citoyenne de Grenoble. Deux d’entre elles décrivent ici quelques ficelles du métier d’organisateur. Des affinités mais aussi des tensions existent entre community organizing, éducation populaire et un travail social jugé trop paternaliste. Les formes de mobilisation expérimentées à Rennes par SOSA, aussi éprouvantes soient-elles, apparaissent comme de réels vecteurs de transformation sociale.

Disponible en ligne sur le site du CAIRN pour 3 euros en cliquant ici 

Article – Community organizing : généalogie, modèles et circulation d’une pratique émancipatrice

Publié le

Par Julien Talpin, Hélène Balazard- Mouvements, 2016

Le community organizingcherche à mobiliser un public large et diversifié pour obtenir des changements sur des enjeux tels le logement, les salaires, l’emploi, la sécurité ou l’exclusion politique. En France, comme dans de nombreux pays, on observe un intérêt grandissant pour cette forme d’organisation de la société civile. Cet attrait se traduit notamment par une grande diversité de démarches se référant plus ou moins directement au community organizing. Cet article propose un panorama et une grille de lecture de ces différentes pratiques. Il revient sur la généalogie, les différents modèles et les enjeux de la diffusion de cette approche visant l’émancipation des classes populaires.

Disponible en cliquant ici (CAIRN, 3 euros en ligne) 

Article – Alinsky for the left, the politics of community Organizing

Publié le

Par Mike Miller- Dissent, 2010

En anglais

Pendant soixante-dix ans, la « gauche » disparate soutenait, rabaissait, glorifiait, ignorait ou attaquait Saul Alinsky et sa tradition d’organisation communautaire. Aujourd’hui, il devrait s’engager dans l’organisation communautaire, y participer et jouer le rôle que les organisateurs de gauche non sectaires jouent dans le mouvement syndical, en soutenant une plus grande égalité sociale et économique, un secteur public viable dans l’économie, une extension significative du filet de sécurité sociale, l’éclatement du pouvoir d’entreprise concentré, la propriété ouvrière, les coopératives, les coopératives de crédit, la pleine liberté civile et une discussion ouverte, une plus grande participation démocratique, et une plus grande démocratie politique dans le pays.

Disponible en ligne en cliquant ici 

Article – Politiser les colères du quotidien

Publié le

Par Clément Petitjean – Le Monde Diplomatique, 2017

En France comme aux États-Unis, les classes populaires boudent les urnes et semblent exclues du jeu politique. Pour y remédier, des militants misent sur la méthode imaginée par l’intellectuel américain Saul Alinsky, qui promet de rompre avec la résignation grâce à l’« organisation communautaire ».

Disponible en ligne (payant) en cliquant ici 

Article – Expériences de community organizing en France

Publié le

Par Marion Carrel, Adeline de Lépinay- Mouvements, 2016

Le community organizing est une source d’inspiration pour certain.es militant.es. En amont de la table ronde de ce numéro, et à partir de courts entretiens réalisés avec ses participant.es, nous esquissons ici le portrait de trois organisations françaises qui s’inspirent de cette tradition : l’Alliance Citoyenne de Grenoble, Zonzon 93 et Studio Praxis.

Article disponible en ligne sur le site du CAIRN (3 euros), disponible en cliquant ici

Article – Construire le contre-pouvoir

Publié le

Par Yves Jouffe, traduit par Hélène Balazard, Vincent Bourdeauet Yves Jouffe– Mouvements, 2016

De 1970 jusqu’à la fin des années 2000, Wade Rathke a dirigé ACORN (Association of Community Organizations for Reform Now), la plus importante fédération de community organizingdes États-Unis. Cette organisation comptait près de 500 000 membres issus de plus d’un millier de quartiers déshérités. Elle a été un important vecteur de changement social dans les domaines du logement social, de la régulation des activités bancaires ou de l’augmentation du salaire minimum. Wade Rathke a développé un modèle original de contre-pouvoir, en organisant les habitant.es des quartiers pauvres et non pas leurs organisations existantes comme le faisait Saul Alinsky. ACORN a su s’étendre en une fédération états-unienne qui mettait au service de chaque groupe local des organisateur.rices professionnel.les. Si celle-ci s’est fragmentée en 2010, ACORN International rassemble maintenant autant d’adhérent.es dans une trentaine de pays.

Disponible en ligne sur le site du CAIRN pour 3 euros en cliquant ici

Article – Le community organizing en France : quel projet politique ?

Publié le

Par Marion Carrel et Adeline de Lépinay - Mouvements, 2016

Alors que des campagnes inspirées du community organizing commencent à se développer en France, la curiosité et les attentes sont grandes. En quoi ces expériences constituent-elles des démarches de politisation, d’éducation populaire dans les quartiers populaires ? La question démocratique dans le mouvement social est-elle renouvelée ? Au-delà du pragmatisme clairement revendiqué, quel est le projet politique ? Quel est le levier utilisé pour mobiliser : injustices sociales, discriminations ? Nous avons souhaité donner la parole à trois pionniers du community organizing en France : Laëtitia Nonone, présidente de l’association Zonzon 93 à Villepinte, L. Real, consultant à Studio Praxis et l’un des organisateurs de la campagne nationale Stop le contrôle au faciès, et Adrien Roux, co-fondateur et organisateur au sein de l’Alliance citoyenne de l’agglomération grenobloise et du Réseau pour l’action collective transnationale (ReACT).

Article disponible en cliquant ici (revue Mouvement, site CAIRN, 3euros)

 

Article – Rethinking Community organizing

Publié le

Par Katie Horvath, The Symbiosis Research Collective – The Ecologist, 2018

En anglais

En replaçant le community organizing dans son contexte initial, le collectif “The Symbiosis Research Collective” propose de revenir sur les principes de cette méthode pour les questionner. Le rôle central de l’organizer au sein du processus est ici vu de manière critique. Les changements sociétaux ambitieux souhaités par l’organisation invitent à penser le monde “comme il devrait être” et non pas “comme il est”, ce qui est parfois difficile à mettre en pratique à une échelle locale. La volonté première pour Alinsky de s'organiser à travers des institutions existantes semble limiter le pouvoir d’agir, allant parfois jusqu’à reproduire une échelle hiérarchique que l’on souhaitait dénoncer. Cet article met en lumière les limites du modèle d’Alinsky, à travers des expériences de terrain contées par des organizers.

Disponible en ligne sur le site The Ecologist : cliquez ici

Article – Experts en mobilisation des pauvres ? La professionnalisation du community organizing à Chicago

Publié le

Par Clément Petitjean - Mouvements, 2016

Si les pratiques militantes du community organizing font l’objet de plus en plus d’analyses empiriques, la question de la professionnalisation de cette forme de militantisme est souvent peu abordée. On se focalise sur la cause, laissant ainsi dans l’ombre les entrepreneurs de cause. Or l’appréhension des dynamiques de professionnalisation du community organizing et de la constitution d’un groupe de professionnels de la mobilisation des classes populaires apparaît nécessaire pour penser les modalités d’action collective des dominés et la lutte contre la dépossession politique.

Article de la revue Mouvements disponible en cliquant ici (CAIRN, 3 euros)

Article – Faire « avec » les habitants. « Pouvoir d’agir » et renouvellement des pratiques des centres sociaux

Publié le

Par Guillaume Coti – Mouvements, 2016

Faire « pour » ou « avec » les habitants ? Cette question interroge certains militants et salariés des centres sociaux qui ne se contentent plus de la position de prestataire des politiques sociales à laquelle ils sont cantonnés. Guillaume Coti, ancien directeur d’un centre social parisien, nous livre ici un panorama des tensions dans lesquelles sont prises ces structures. À travers plusieurs exemples et son expérience il nous montre aussi comment les notions de « pouvoir d’agir », de « community organizing » viennent inspirer et renouveler les pratiques.

Article de la revue Mouvements, disponible en ligne en cliquant ici (CAIRN, 3 euros)

Article – Community organizing, pansement aux politiques néolibérales ou révolution lente ?

Publié le

Par Hélène Balazard, Robert Fisher - Mouvements, 2016

Au Royaume-Uni, le programme conservateur de la Big Society mis en place par le précédent gouvernement Cameron (2010-2015) et Citizens UK, une community organization suivant le modèle initié par Alinsky, ont en commun une rhétorique de responsabilisation des « communautés » (communities). Les citoyens doivent être capables de s’ « organiser » pour résoudre les problèmes rencontrés. Cette rhétorique est ambivalente et ces deux démarches peuvent tout autant être interprétées comme un pansement accompagnant les politiques néolibérales que comme un pas vers l’émancipation des classes populaires.

Article de la revue Mouvements, disponible en ligne en cliquant ici (CAIRN, 3 euros)

Article – Améliorer le quartier ou changer la société ? À propos de deux expériences contrastées de community organizing à l’échelle californienne

Publié le

Par Julien Talpin – Mouvements, 2016

L’histoire du community organizing est pleine de récits héroïques et de victoires improbables. Pourtant, plus de soixante-dix ans après son émergence, les inégalités sont plus fortes que jamais aux États-Unis et la pauvreté n’a jamais été aussi importante. En se concentrant sur des campagnes gagnables, les organisations communautaires ne laissent-elles pas de côté les questions plus structurelles, à l’origine de la marginalisation sociale des habitants des quartiers populaires ? Ne sont-elles pas d’énièmes agents de la paix sociale, améliorant à la marge le sort des plus déshérités sans le transformer en profondeur ? Ces interrogations conduisent surtout à mettre en cause le localisme qui a parfois caractérisé le community organizing. Les deux campagnes présentées dans cet article indiquent de quelle façon de vastes coalitions se structurent au-delà de l’échelle locale pour s’attaquer à certains enjeux structurants. Un dilemme semble pourtant apparaître : la prise de distance avec le localisme s’accompagne également d’une plus faible prise des participants sur le devenir des revendications. Faudrait-il faire l’économie de la démocratie pour exercer un réel pouvoir ?

Article de la revue Mouvements, disponible en ligne en cliquant ici (CAIRN, 3 euros)

Article – La profession de « Community organizer au Royaume-Uni, de London Citizens à la Big Society

Publié le

Par Hélène Balazard - Communication Journée doctorale 2011 du GIS démocratie et participation, 2011

London Citizens est une «Broad Based Community Organisation» alliant des institutions religieuses, universités, écoles, syndicats et groupes communautaires à travers Londres. Depuis 1996, elle organise des campagnes dans différents domaines comme le logement, l'emploi, la pauvreté, la sécurité, l'environnement et l'immigration. London Citizens est progressivement reconnue comme un acteur de la gouvernance de Londres, voire du pays. Mais depuis notamment la campagne et l'élection de Barack Obama, qui a commencé sa carrière politique comme organisateur des communautés à Chicago, le label « community organizing » attire les convoitises. En 2010, un élément clé du programme de David Cameron intitulé « Big Society » est la formation de « community organizers ». Cette communication interroge la publicisation de la profession de « community organizer » au Royaume Uni. Elle étudiera l'interaction entre London Citizens et le programme de la Big Society.

Article disponible en PDF en cliquant ici

Thèse – No shortcut, the case of organizing

Publié le

Par McAlevey, Jane Frances – CUNY Academic Works, 2015

En anglais

Cette thèse explore comment les travailleurs ordinaires dans la nouvelle économie créent et soutiennent le pouvoir d’en bas. En milieu de travail et dans les mouvements communautaires, il a été démontré que les individus agissant collectivement gagnent des victoires en utilisant une variété d’approches différentes. Ici sera utilisé un cadre de trois grands types de processus de changement : la défense des intérêts, la mobilisation et l’organisation, même si l'accent sera mis sur les deux derniers. La mobilisation et l’organisation sont des approches différentes du changement social qui produisent des résultats différents et des succès relatifs. Cette thèse est l’occasion de passer en revue les principaux arguments de la littérature des mouvements sociaux et des syndicats publiés au cours des quarante dernières années : les années où les mouvements progressifs ont commencé à perdre tout ce qu’ils avaient gagné et l’aile droite a commencé à reconquérir constamment ce que les progressistes avaient perdus.

Plus précisément, cette thèse met à l’épreuve le débat actuel sur les « mouvements sans leader » et l’ « horizontalisme » en se concentrant fortement sur les leaders, y compris qui ils sont, comment ils sont identifiés, comment ils se développent, les choix qu’ils font, et les rôles qu’ils jouent. Les cas étudiés impliquent des travailleurs dont la plupart sont des travailleuses, dans les secteurs de croissance projetés de la main-d’œuvre américaine (soins de santé et éducation) qui sont dominés par les femmes.

Thèse disponible en cliquant ici

Article – Public narrative, collective action and power

Publié le

Par Marshall Ganz – Accountability through Public Opinion, 2011

En anglais

Cet article se concentre sur la narration publique, définie comme une pratique de leadership qui consiste à traduire les valeurs en action, fondée sur le fait que les valeurs sont vécues émotionnellement. Le narratif est le moyen discursif que les gens utilisent pour accéder à des valeurs qui leur donnent le courage de faire des choix dans des conditions d’incertitude. Le leadership exige de comprendre que même si certaines émotions peuvent nuire à l’action réfléchie, d’autres peuvent l’aider. Les dirigeants font participer les autres à une action délibérée en mobilisant les sentiments qui facilitent l’action pour l’emporter sur les sentiments qui entravent l’action. Les organisations qui manquent d’une histoire manquent d’une identité, d’une culture, de valeurs fondamentales qui peuvent être articulées et approfondies pour motiver.

Disponible en PDF en cliquant ici

Article – La participation citoyenne, Sur les ambiguïtés du « pouvoir d’agir »

Publié le

Par Clémence Bernardet, Alain Thalineau – Savoir Agir, 2018

Alors que les métiers du travail social, de l’animation socio-culturelle, du développement local, de la démocratie participative s’interrogent sur leurs postures pour « faire participer », le thème du « développement du pouvoir d’agir » monte en puissance. Il s’agit d’accompagner les personnes dans une transformation d’elles-mêmes, afin qu’elles puissent avoir prise sur ce qui les concerne. Une ambition fortement émancipatrice, mais qui peut s’avérer glissante si on se limite à changer les individus, faute de pouvoir (ou vouloir ?) changer la société qui les exclue / opprime / exploite.

Un article qui pose deux questions. Celle de la place de l’action collective et de l’ambition de transformer les rapports sociaux structurels. Et celle, posée aux professionnel-les : ne serions-nous pas en train de transférer sur le public dont nous avons la charge, l’injonction à changer que nous ne sommes nous-mêmes pas capables de réaliser ?

Article disponible en ligne en cliquant ici

Article – Mobiliser les quartiers populaires

Publié le

Par Julien Talpin - La vie des idées, 2013

Le community organizing est très populaire dans le monde francophone depuis quelques années chez les personnes s’intéressant à la mobilisation des quartiers populaires. Le chercheur Julien Talpin dresse ici le portrait de cette méthode d’inspiration américaine qui souhaite “remettre les gens en mouvement”. Si le développement communautaire instaure une coopération entre décideurs et citoyens, le community organizing s’en éloigne en créant un rapport de force. Le caractère spécifique de cette méthode s'appuie sur le recrutement par le porte-à-porte et la mobilisation de masse. Cependant, on assiste à une professionnalisation accrue des organizers, ce qui pose des questions de démocratie interne au sein de l’organisation.

Disponible en PDF en cliquant ici