Les ressources

Les publications

photo publication

Habitant, animateur, citoyen, élu politique, chercheur… chacun s’intéresse et se pose des questions sur sa propre implication et celle des autres dans des actions collectives et de politiques publiques. 

Mon avis a-t-il sa place ? Qu’avons-nous à dire ? Comment les décisions se prennent-elles ? En tant qu’institution, association ou décideur, comment inciter le débat et la délibération collective ? Il faut oser inventer pour croiser les rôles du professionnel et de l’usager, l’espace du débat et celui de la représentation politique, la richesse de la différence et la force de l’unité, la possibilité d’expression et la volonté de rupture.

Des balises par et pour la pratique

Pour rendre possibles ces nouvelles formes d’action, il n’existe pas de recettes toutes faites, ni d'outils qu'on applique sans discernement. Les expériences menées aident à mettre en lumière, avec l’ensemble des acteurs de ces démarches, les questions auxquelles ils sont confrontés et les pistes de sorties envisageables. Davantage que des solutions, il s’agit d’identifier les bonnes questions et les latitudes possibles de réponses.

Les thèmes abordés dans ces publications résultent de demandes et interpellations fréquemment adressées à Periferia. La plupart sont issues de processus de réflexion collective et d’analyse d’expériences diverses menées avec des acteurs de différents horizons.

N’hésitez pas, vous aussi, à nous proposer de travailler sur des enjeux et questionnements auxquels vous êtes confrontés dans votre pratique.

La base de donnée Community Land Trust

banner 6

Avoir accès à la ville, pouvoir y habiter, y vivre dans un quartier avec des voisins, y travailler… Face à l’exclusion générée par la hausse du prix du foncier, des communes et des associations ont créé aux Etats-Unis des organisations visant à acquérir des terres et à les gérer comme un bien commun. Ils ont fondé les Community Land Trust (CLT) qui acquièrent, possèdent et gèrent des terrains et des bâtiments avec la collectivité et pour le bien de la collectivité. Aujourd'hui, porté par la société civile, des premiers CLT voient le jour à Bruxelles et dans le reste du pays.

Repenser l'accès et la gestion de la ville

Lorsqu’on a entendu parler des CLT pour la première fois en 2008, ce n’est pas uniquement la garantie d’un accès perpétuel au logement pour les ménages aux revenus limités qui nous a séduits, mais également les origines de ces expériences, les principes sur lesquels elles reposent et les innovations en termes de gestion partagée mis en place. Qu’il s’agisse des précurseurs qui ont osé repenser la ville et sa conception, que ce soit par le biais des cités-jardins, de nombreuses connexions avec les CLT existent.

C’est l’accès au logement, à des équipements pour le quartier, à des espaces publics qui les CLT remettent entre les mains de tous. Le sol est un bien commun et des mécanismes juridico-financiers le sortent de la spéculation ! Il est géré collectivement par ceux qui l’occupent, mais aussi par la société civile, les voisins et par des personnes représentant l’intérêt public.

La base de données se veut un lieu de ressources pour comprendre le modèle de Community Land trust et ses fondements ; et encourager sa diffusion et sa mise en pratique. Elle réunit des documents présentant les principes, des expériences et aussi des analyses.

bandeaubp-basedonne_2

Dans plusieurs villes, régions et quartiers du monde, les habitants décident comment utiliser les ressources publiques. A partir des expériences de Porto Alegre au Brésil, puis d’autres villes latino-américaines, de nombreuses initiatives voient le jour partout dans le monde, y compris en Europe. Le budget participatif est une piste pour (re)-penser les modes d’organisation et de décision de l’action publique, grâce à diverses pratiques montrant d’autres formes de démocratie.

Une définition du budget participatif

C’est un processus par lequel la population définit la destination des ressources publiques, en général une partie ou la totalité du budget d'investissements (ce qui correspond au budget extraordinaire en Belgique).

Ubiratan de Souza, ancien élu du Parti des travailleurs à Porto Alegre, le définit comme un « processus de démocratie directe, volontaire et universel, par lequel la population peut discuter et définir le budget et les politiques publiques. Le budget participatif combine démocratie directe et représentative ». 

Une grande diversité d’expériences

En 1989, Porto Alegre, ville d’un million d’habitants au sud du Brésil, se lance le défi d’un budget participatif entre gouvernement local et population. Par la suite, de nombreuses autres villes vont s’en inspirer pour le reproduire, l’adapter à des particularités locales, le dédier à un groupe particulier de la population…

Plusieurs centaines d’expériences existent aujourd’hui dans tous les continents. Au-delà d’éléments communs, chaque contexte se construit sa manière de faire. Il en résulte une grande variété de modalités, chacune source d’inspiration à sa manière. 

La base de données commentée présente et analyse différentes expériences et formes de budgets participatifs.  Elle propose une vue d’ensemble des nombreux types de documents écrits sur les budgets participatifs : études de cas, documents méthodologiques et analyses transversales.