Article | Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbaine

Publié le

Renaud Epstein & Jacques Donzelot, « Démocratie et participation : l'exemple de la rénovation urbaine », Esprit, 2006

Les premiers domaines où des dispositifs de participation ont vu le jour sont celui de l’aménagement du territoire et de la politique de la ville. Cet article revient sur des exemples français de rénovations urbaines dans des quartiers populaires des communes française de Montfermeil, Reims, Nantes et Dijon.

Les auteurs abordent ces plans de rénovation urbaine du point de vue du degré de participation des habitants à leur élaboration. Ils mettent notamment en lumière les intérêts des différents acteurs et la façon dont ces intérêt influent sur le degré de participation. Ils replacent ensuite ces quatre expériences sur l’échelle d’Arnstein et montre qu’aucune ne dépassent les deux premiers stades de l’échelle. Ils mobilisent l’expérience étasunienne des Corporation de développement communautaire (CDC) pour illustrer le dernier stade de participation évoqué par Arnstein.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Réponse citoyenne face à une urgence humanitaire avec La plateforme citoyenne pour les réfugiés (Belgique)

Publié le

Récit de l’expérience par Noémie Marchal, bénévole au sein de le Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés

« La plateforme est née en réponse à une urgence et au besoin de s’organiser autour d’elle pour proposer un service aux réfugiés qui sont là »

Été 2015, une vague de réfugiés qui fuient leur pays en guerre, arrivent à Bruxelles. L’absence de dispositif d’accueil pousse une centaine de réfugiés à camper dans le parc Maximilien, à proximité de l’office des étrangers débordé et en manque de moyens humains pour traiter les demandes.

En réaction à cette situation, des citoyens se regroupent et s’organisent pour apporter aux réfugiés une aide humanitaire de base (distribution de repas et de tente mais également projection de film avec le cinemaximilian).

Rapidement, de nombreux bénévoles rejoignent le mouvement et décident d’organiser un système d’hébergement d’urgence au sein de familles bénévoles d’abord uniquement pour les femmes et personnes malades puis pour l’ensemble des personnes qui occupent le parc.

Tous les jours, des bénévoles organisent le relais entre les réfugiés et les hébergeurs via des groupes locaux sur Facebook qui permettent un système de répartition des rôles (chauffeurs, hébergeurs, préparer à manger…)

En 2017, suite à une nouvelle vague d’arrivée de réfugiés (Soudan, Érythrée, Palestine, Irak), les rafles de policiers se multiplient dans le parc. La plateforme met en place une équipe de bénévoles qui viennent tôt pour réveiller les migrants et les inviter à quitter le parc avant l’arrivée des policiers.

La plateforme a un informateur au sein de la police qui les prévient de leur de passage des brigades.

Depuis, la plateforme a participé à la construction d’un Hub humanitaire à la gare du nord. Un espace de première ligne qui permet aux réfugiés de recharger leur téléphone, recontacter leur famille, avoir un accès aux services sociaux, s’informer sur leurs droits, rencontrer un médecin… mais également un Service d’information sociale et administratif (préparer les réfugiés avant leur entretien avec l’office des étrangers). En parallèle, la plateforme ouvre plusieurs centres d’accueil, qui permettent d’héberger plusieurs centaines de réfugiés et développe un groupe plaidoyer qui rencontre les communes pour les mobiliser dans le mouvement des communes hospitalières et faire passer le message que « le cout de la répression est supérieur à celui de l’accueil ».

« C’est une chose d’avoir accès à un service c’est autre chose de construire des relations humaines »

« La plateforme est née grâce à des citoyens lambda, hyper impliqués. »Il ne s’agit pas d’une initiative venant du politique, du monde associatif ou de mouvements de la société civile déjà organisée.

Elle regroupe des personnes de tout âge (étudiants, chômeurs, personnes âgées…) avec principalement des femmes. Plus les politiques migratoires criminalisent les réfugiés, plus les bénévoles sont nombreux et motivés dans leurs actions.  A chaque déclaration choc de Théo Franken (ancien ministre de l’intérieur d’extrême droite), une vague de nouveaux militants rejoint la plateforme.

Au fil des années, on voit que des liens très forts se construisent entre bénévoles et réfugiés : des hébergeurs qui sont devenus famille d’accueil pour mineur, des personnes hébergées dans la même famille depuis un an, qui ont la clé du logement, des relations d’amitié qui se créent, des hébergeurs qui donnent des contacts en Angleterre pour accueillir les réfugiés quand ils arrivent, visite de personnes qui sont détenus en centre fermé, au sein des centres d’accueil, les différentes fêtes nationales et religieuses qui sont célébrées (nouvel an Ethiopien, aïd…). Autant de liens qui se créent et de situations qui n’auraient pas eu lieu avec la prise en charge de l’hébergement par un service public. La spécificité du mouvement citoyen est d’agir au cas par cas. Il s’agit de relation d’humain à humain et non de service à réfugié. « Si tu connais personnellement la personne, tu fais jouer ses propres réseaux pour l’aider ». L’impact visible de la plateforme est certain, sans elle beaucoup de réfugiés dormiraient dehors. Mais l’impact est bien plus profond, « être considéré comme des êtres humains, respectés, se retrouver en famille, être accueillis ».La plateforme va au-delà des considérations purement matérielles, en ouvrant des espaces permettant aux réfugiés de retrouver leur identité, souvent niée tout au long de leur périple ou perdue dans des procédures administratives perçues comme déshumanisantes.

Cette expérience change également les bénévoles, « j’ai appris beaucoup sur plein de pays, sur le système belge »

L’État délègue ses compétences à un mouvement citoyen.

« Dans une grande partie de l’Europe, on voit une déresponsabilisation des États sur toutes les questions sociales. On fait ce que l’on fait parce que l’État ne le fait pas et on en arrive au point où l’État se repose sur nos actions et se déresponsabilise complètement de la question ».

En l’absence de dispositif d’accueil pour les réfugiés, qui serait normalement de la responsabilité du gouvernement fédéral, les régions et communes se reposent sur le travail de la plateforme et le soutien. Comme par exemple la Ville de Bruxelles via le CPAS (prêt de draps, aide pour le nettoyage) ou la Région Bruxelloise à travers un subside et la mise à disposition d’un bâtiment en occupation temporaire (Porte d’Ulysse).  Toutes ces actions permettent de contrer la politique migratoire mise en place à l’échelle fédérale.  En 2018, la plateforme crée une ASBL, reçoit un premier subside et recrute une vingtaine d’employés (gérant des bénévoles, cuisine, gestion du bâtiment). « Ce subside est la preuve que l’on est reconnu professionnellement ». La plateforme est devenue un acteur reconnu de la société civile, dont la voix pèse sur les questions de politiques migratoires.

Un engagement personnel

La plateforme est le résultat d’un réseau de solidarité qui s’est construit sur les hébergeurs bénévoles et s’est agrandit à des acteurs du monde associatif, des célébrités, des commerçants (don d’invendus, repas, lieu de dépôt). La plupart des majorités qui gouvernent aujourd’hui en Belgique sont complètement opposés aux actions de la plateforme. Mais à titre personnel des politiques mettent en place des actions pour soutenir la plateforme. Même si les institutions ne se positionnent pas officiellement en faveur de l’accueil des réfugiés, on voit des personnes en leur sein qui agissent pour défendre les droits humains : Des policiers informent sur les heures rafles des membres de la plateforme, des contrôleurs de la STIB ne contrôlent pas et font comme s’ils n’avaient rien vu.

Les transformations sociales : mouvements à contre-courant

Noémie décrit deux types de mouvements allant dans des sens opposés et qui avancent aussi forts l’un que l’autre.

« A une échelle très locale, les gens entendent parler des actions de la plateforme, que leur voisin à héberger un migrant, ça s’est bien passé et en même temps avec plus de recul qu’est-ce que ça change ? A l’échelle de la Belgique comme nous le rappelle les dernières élections en termes le racisme et d’islamophobie la situation empire. Mais également au niveau européen avec la criminalisation des ONG en méditerranée »

Récit collectif pour se rendre compte de ses actions et écrire une autre histoire du changement

 « On ne se rend pas vraiment compte des actions et impacts que ça provoque. Individuellement je pense j’ai juste hébergé quelques personnes chez moi, c’est pas grand-chose. »

Au premier abord, les freins à l’hébergement sont nombreux, la peur de l’autre, les moyens financiers, la peur de s’attacher, le manque de temps… et pourtant la plateforme récence sur son mur Facebook des centaines de témoignages qui montrent combien cette expérience et ces échanges sont riches.

Plusieurs de ces témoignages on était compilé dans un ouvrage (perle d’accueil) qui retrace des histoires d’échanges et d’accueil de l’autre. Un récit collectif qui participe à l’écriture d’une autre histoire

Contactez la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés
  • Mail : info@bxlrefugees.be
  • Siteweb : www.bxlrefugees.be
  • Page Facebook : @bxlrefugees

Donner la parole grâce au théâtre à ceux qui ne l’ont pas ! Avec la Compagnie Buissonnière

Publié le
Simon Fiasse, comédien-animateur au sein de la Compagnie Buissonnière nous parle de théâtre action et de la compagnie Buissonnière
Simon Fiasse, comédien-animateur au sein de la Compagnie Buissonnière nous parle du milieu carcéral et du spectacle Brèche(s)

 

Contact - La Compagnie Buissonnière

Adresse : Rue Grande, 17, 5560 Houyet
Téléphone : +32 (0) 82 66 75 86
Mail : lacompagniebuissonniere@gmail.com
Site web : www.compagniebuissonniere.be

 

5&6 mars – Rencontre + atelier pratique autour du livre « Organisons-nous! »

Publié le

Rencontre-débat autour du livre « Organisons nous ! Manuel critique »

En présence de l’auteure, Adeline de Lépinay

Jeudi 5 mars de 18h30 à 21h30

Au « DK », rue du Danemark, 70b  à 1060 Saint-Gilles

GRATUIT - SANS INSCRIPTION

 

Croisant des démarches à visée émancipatrice de l'éducation populaire et des stratégies venues des États-Unis « d'organizing », le livre Organisons-nous ! Manuel critique (Edition Hors d’Atteinte, 2019) d’Adeline de Lepinay veut contribuer aux réflexions militantes qui cherchent à agir concrètement contre les injustices.

Comment l'éducation populaire et le community organizing peuvent-ils nous aider à repenser les bases de l'organisation collective? 

Mouvements féministes, antiracistes ou anticapitalistes, syndicats, associations actives dans le domaine de l’éducation permanente ou de la cohésion sociale… Si la volonté de transformation sociale et d’émancipation des personnes est bien présente, les manières d’y arriver et de s’organiser divergent parfois. Le community organizing privilégie la recherche de résultats concrets et rapides, en visant des petites « victoires » plutôt que le grand « soir ». L’éducation populaire cherche quant à elle à travailler notre compréhension du monde et notre capacité à avoir prise sur celui-ci en vue de le transformer. Comment ces deux approches peuvent-elles cohabiter ? La recherche d’efficacité se ferait-elle nécessairement au détriment de démarches plus réflexives ? Comment développer notre pouvoir, indispensable pour établir un rapport de force favorable, sans valider la légitimité de celles et ceux qui utilisent le leur pour exploiter et opprimer ? La rationalisation est-elle forcément le synonyme d’une perte de sens dans nos pratiques ?

Quelques mots sur l'auteure

Artisane des dynamiques collectives, Adeline de Lepinay s’est forgée une solide expérience dans les domaines de l’éducation populaire et du community organizing, notamment au sein de l’Alliance Citoyenne d’Aubervilliers (France) où elle a travaillé durant 2 ans. C’est à partir de ce point de vue qu’elle nous proposera une grille de lecture inédite, en comparant les différences et les complémentarités entre ces deux approches afin de réinterroger les bases de l’organisation collective. S’intéressant notamment aux mouvements sociaux récents, elle propose des pistes de réflexion et d’action concrètes pour tâcher d’être à la fois efficaces, démocratiques et solidaires.

Découvrez son blog : http://www.education-populaire.fr/

Informations pratiques

  • Ouverture des portes à partir de 18h00
  • Des livres seront disponibles à la vente.
  • Bar ouvert avant et après pour continuer à échanger après...

 


Atelier d’échanges de pratiques avec Adeline de Lepinay

Vendredi 6 mars de 9h30 à 16h30

Au DK, rue du Danemark, 70 b, 1060 BXL

P.A.F : Participation consciente

Inscription obligatoire pour cette journée d’atelier via le formulaire en ligne (cliquez sur le lien)

! Nombre de places limité à 20 personnes ! 

Si vous venez en tant que travailleur·se·s, merci de limiter le nombre de participant par association à une personne.

 

Après un bref retour sur les discussions de la veille, Adeline de Lépinay nous proposera d’approfondir quelques chapitres de son livre afin de nous interroger sur nos propres pratiques en tant que citoyen·ne engagé·e, travailleur·euse social·e, activiste… Comment nommer et situer nos pratiques ? Quels outils peut-on mobiliser au quotidien pour favoriser à la fois un travail d’organisation collective et d’émancipation ?

Contacts et renseignements :

  • Arnaud Bilande / M. : arnaud@periferia.be - T. : 02/544 07 93
  • Matthieu Tihon / M. : tihon@febul.be

 


La soirée et l’atelier sont organisés par la FEBUL, Periferia et les Actrices et Acteurs des Temps présents avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

AGENDA / Voici ce que vous ne pouvez pas manquer en 2020…

Publié le

Voici un petit tour d’horizon des perspectives pour 2020…

 

Capacitation Citoyenne fait son retour le 21 mars

Cela faisait longtemps que nous ne nous étions plus réuni·e·s sous la bannière de Capacitation Citoyenne. Cette année, nous aurons à nouveau l’occasion de nous retrouver le 21 mars pour partager nos modes d’actions, transmettre nos stratégies de lutte…. Mais aussi tout simplement de tisser des liens entre acteurs qui n’ont pas – ou trop peu - l’habitude de se croiser. Le thème de cette rencontre : « Quels droits sont au centre de nos préoccupations actuelles ? ».

En route vers une réelle démocratie participative

A l’automne 2019, IEW et Periferia ont invité des citoyen·ne·s venu·e·s de tous horizons pour croiser leurs regards sur la manière dont la démocratie participative se déploie en Belgique. Le constat d’une envie partagée de faire évoluer les choses s’est vite posé et un programme de rencontres a été élaboré. Toutes les 6 semaines, une rencontre est organisée pour découvrir une expérience inspirante, approfondir un enjeu (transparence, culture de la démocratie, dispositifs obligatoires, etc.) et expérimenter une méthode de construction collective et/ou délibération. La première rencontre a lieu le 15 février prochain (infos et inscriptions sur FB ou à la demande par mail – fanny@periferia.be).

Finances publiques et budgets participatifs : des suites après le cycle 

Le cycle consacré aux Budgets Participatifs qui s’est déroulé en 2019 a démontré un grand intérêt pour ce sujet. Plusieurs pistes concrètes et innovantes se dessinent dans plusieurs communes, un article reprenant les grandes lignes du cycle paraitra également en mai… Notez déjà qu’on prévoit une suite du cycle pour l’automne 2020. Plus d’informations prochainement !N’hésitez pas à jeter un œil à notre base de données d’ici là…

Community organizing : s’organiser pour se faire entendre

Suite à deux formations organisées en 2017 et 2018 autour du community organizing, un petit groupe s’est constitué avec l’envie d’expérimenter ces méthodes, tout en menant un travail de réflexion. Prochaine étape ? Une rencontre  avec Adeline de Lepinay, auteure du tout récent livre « Organisons-nous – Manuel critique » et du blog « Pour une éducation populaire d’auto-organisation » est prévue le 5 mars pour échanger autour de questions qui se posent entre éducation populaire et community organizing.

Transformation sociale : un fil qui permet de tisser des liens entre l’Amérique Latine et l’Europe

En 2019, nous avons exploré cette notion à travers une publication « Transformations soci(ét)ales – On en fait déjà, parfois sans le savoir… ». Cette année nous continuerons d’aller à la rencontre de collectifs et personnes pour les questionner sur leurs histoires de changement. Une nouvelle page « Histoires de changements » reprenant des témoignages, vidéos et contenus sur le sujet est en préparation sur notre site !

Actualité de Periferia

Enfin, 2020 est une année charnière pour Periferia avec le renouvellement de notre contrat programme en Éducation permanente : de février à avril, nous mènerons un travail d’évaluation collective pour dégager les  futurs axes de travail pour la période 2020 – 2025. Faites nous signe si vous êtes intéressé·e de contribuer à la réflexion.

 

>>> Vous voulez être tenu·e au courant des prochains évènements et de l’actualité de Periferia ? <<<

!!! Attention, suite à un problème informatique, nous avons perdu les contacts de notre base de données hébergées sur notre site et sommes contraints de vous demander de vous ré-inscrire si vous voulez continuer à recevoir de nos nouvelles.


(Ré)-inscrivez-vous à notre nouvelle newsletter en cochant les sujets qui vous intéressent (en n’oubliant pas de confirmer votre inscription) !

REPORTÉ ! / Rencontre Capacitation Citoyenne

Publié le

Au vu des circonstances, l'évènement est reporté à une date ultérieure.

200301_BannièreKAPA_3

“ (Em) brassons nos combats”

Rencontre Capacitation Citoyenne

Samedi 21 Mars 2020

Atelier M

Rue de Monceau Fontaine 35, 6031 Charleroi, Belgique

-

“Si on est tout seul, on a l’impression qu’il n’y a rien à faire, que c’est comme ça. Quand on se réunit, on se fâche et on réagit ! »

Se battre pour changer le regard sur les sans-abris, défendre un jardin face à la bétonisation, se réapproprier les espaces publics en tant que femmes ou s’organiser pour avoir accès à un logement digne, autant de combats menés par des collectifs et des groupes qui s’activent chaque jour pour une société plus juste, égalitaire et solidaire.

Ce samedi 21 mars, nous organisons une rencontre pour nous retrouver entre collectifs venus d’horizons différents, avec l’envie de prendre le temps de se présenter, partager nos combats, nos rêves mais aussi nos doutes... Un moment pour prendre du recul sur ses actions et créer des liens avec  la conviction que l’échange renforce notre « pouvoir d’agir ».

 

P1010412

Capacitation citoyenne ?

Depuis 2000, une centaine de collectifs venus de Belgique, France mais aussi du Sénégal et du Brésil ont fait vivre Capacitation Citoyenne à travers des rencontres et la production de livrets. “Capacitation Citoyenne” n’est pas une marque déposée, une procédure figée, ni un réseau fermé. Il s’agit d’un programme d’actions, défini collectivement, qui propose des moyens pour se rencontrer, se confronter et se ressourcer. Avec l’idée « qu’ensemble, on est capable de tout !».

Au programme :

  • 9h30 : Accueil autour d’un café et croissants
  • 10h00 : Présentons nous et découvrons les combats d’autres collectifs tout en préparant le repas. Qu’est-ce qui nous relie ? Qu’est-ce qui nous différencie ? Quelles questions traversent nos groupes ?
  • 12h30 – 14h00 : Repas et visite de l’Atelier M
  • 14h00 : Ateliers pratiques et discussions en sous-groupes à partir des échanges du matin. Si vous souhaitez aborder un sujet en particulier, proposer une activité, n’hésitez pas à nous prévenir à l’avance.
  • 15h30 : Quelles suites ?
  • 16h30 : On se dit au revoir autour d’un verre

Merci de nous prévenir de votre participation en nous envoyant un mail ou nous appelant.

  • M. : inscription@periferia.be
  • T. : 02 544 07 93 (Félicie)

 

Article | L’impératif délibératif

Publié le

Loïc Blondiaux & Yves Sintomer, « L'impératif délibératif », Rue Descartes, 2009/1 (n° 63), p. 28-38.

Les auteurs constatent la multiplication des dispositifs de délibération (comités de sages, jurys de citoyens, conseils de quartiers…). Ces dispositifs visent à mettre en débat des décisions publiques habituellement contrôlées par les experts. Les auteurs reconnaissent l’écart entre ces dispositifs et la mise en place d’une véritable démocratie délibérative. Dans la philosophie politique, des auteurs comme Habermas considèrent que la délibération entre les citoyens devrait être ce qui constitue le cœur de la société politique. La délibération permettrait en théorie d’arriver à un « consensus raisonnable ».

Ces auteurs favorables à la délibération ne remettent pas forcément en cause les instances représentatives : en multipliant les dispositifs visant à délibérer sur des questions publiques, ils considèrent que « la représentation tend à se dissoudre dans la délibération ». Les auteurs distinguent trois avantages que peut apporter la délibération : elle produit une information nouvelle issue du débat, elle oriente les acteurs vers le bien commun et elle est source de légitimité. Les auteurs reviennent ensuite sur les différences sémantiques qu’il y a derrière les thèmes de démocratie délibératives, démocratie participative et gouvernance.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Mémoire | Commissions consultatives : émergence de « consultés professionnels » ? Le cas des commissions locales de développement rural en province du Luxembourg

Publié le

Mémoire de Master de Claire Gauthier, sous la direction de Marc Jacquemain

Ce mémoire analyse les commissions locales de développement rural, composées de citoyens volontaires et de membres du conseil communal. Il aborde la composition de ces commissions locales en comparant deux communes et répond aux questions suivantes : les commissions locales de développement rural permettent-elles de contrer l’effet "élitiste" de l’élection ? Quelle est l’influence de la politique locale sur le profil des membres composant cette commission locale ?

Le mémoire est disponible en PDF en cliquant ici.

Article | Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif

Publié le

Héloïse Nez, « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris », Sociologie 2011/4 (Vol. 2), pp. 387-404.

Les expériences de démocratie participative posent la question des savoirs citoyens, en opposition aux savoirs des experts et des élus. Dans le domaine de l’urbanisme, précisez la nature de ces savoirs citoyens permet de légitimer les processus participatifs en montrant la plus-value qu’apporte la participation des citoyens à l’élaboration ou la construction du projet urbain. L’autrice classe ces savoirs citoyens en trois catégories : le savoir d’usage, lié à une expérience d’habitant, le savoir professionnel « diffus », c’est-à-dire la réutilisation d’un savoir appris dans sa sphère professionnelle au cours d’un processus participatif, et enfin le savoir militant, qui repose une connaissance du milieu politique et des rapports de force. Appuyée par une enquête de terrain à Paris, la construction de ces trois idéaux-types permet aussi de montrer que tous ces savoirs ne se valent pas lors d’un processus participatif. L’intérêt de cet article réside également dans la distinction que l’autrice fait entre savoir individuel et savoir collectif, le deuxième se construisant au cours de l’expérience de participation grâce au travail en groupe.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Les assemblées citoyennes en Irlande

Publié le

Dimitri Courant, « Les assemblée citoyenne en Irlande », La Vie des Idées, 2019.

Les assemblées citoyennes en Irlande ont permis la légalisation du mariage homosexuelle et de l’avortement. C’est les premières assemblées citoyennes ayant débouchée sur de véritable changement constitutionnel. Comment se sont-elles déroulées ? L’article revient en détail sur l’organisation et le déroulée des processus participatifs ayant tous deux abouti à des référendums. Considérés comme des succès en termes d’innovation démocratique permettant de le « rendre gouvernables des situations bloqués », les assemblées irlandaises sont néanmoins à nuancer sur certains points. L’auteur montre notamment que le choix des thèmes délibérées dans ces assemblées et la décision de soumettre les conclusions des assemblées au référendum restent dans les mains des élus.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Participer dans les scènes ritualisées du pouvoir. La Banca Abierta et le Concejo en los Barrios en Argentine

Publié le

Annunziata Rocio, « Participer dans les scènes ritualisées du pouvoir. La Banca Abierta et le Concejo en los Barrios en Argentine », Participations, 2015/1 (N° 11), p. 145-165.

Les expériences des Banca Abierta et du Concejo en los Barrios en Argentine diffèrent des expériences de participation habituelles en ce qu’elles permettent d’inclurent des citoyens ordinaires dans des sphères de pouvoirs traditionnelles. La première inclue la présence d’un citoyen ordinaire dans les conseils municipaux, pouvant faire remonter un problème et la seconde oblige le conseil municipal à se déplacer dans le quartier concerné par les questions qu’il traite lors de telle ou telle séance, permettant aux citoyens d’assister aux séances.

L’article ne cherche pas à mesurer l’impact de ces mécanismes de participation, mais davantage à en présenter la singularité et l’inscription de ces dispositifs dans ce qu’on appelle la « politique de la présence ». Ces outils, en incluant les citoyens dans les sphères traditionnelles du pouvoir, permettent de transformer les élus en élus-citoyens, leur conférant une nouvelle légitimité. Cet article propose ainsi de réinterroger la frontière entre participation et représentation et de mettre en évidence un nouveau type de légitimité « de proximité ».

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | A Ladder of citizen participation

Publié le

Sherry R. Arnstein, « A Ladder of citizen participation », Journal of American Institute of Planners n°35/4, 1969, pp.216-224.

« A Ladder of citizen participation » est un article de la consultante américaine Sherry R. Arnstein, publié en 1969. Arnstein y élabore une échelle de la participation distinguant huit niveaux de participation. Cette échelle sert souvent, encore aujourd’hui, de cadre de référence pour évaluer la façon dont les pouvoirs publics informent les citoyens et leur permet de participer aux prises de décisions.

Les deux premiers stades, la manipulation et la thérapie, sont ce qu’Arnstein appelle des niveaux de non-participation, c’est-à-dire qu’ils ne visent pas à faire participer ou informer les habitants, mais à les informer de manière biaisée (manipulation) ou à traiter des problèmes annexes au lieu d’aborder les vrais enjeux (thérapie). Les trois niveaux supérieurs sont considérés par Arnstein comme des niveaux de « coopération symbolique ». Les citoyens peuvent être soit simplement informés des projets en cours (information), soit consultés via des enquêtes ou des réunions publiques (consultation). Le dernier niveau de coopération symbolique est la conciliation, où certains habitants peuvent avoir une influence sur la réalisation des projets en ayant accès aux organes de décisions. Enfin, les trois derniers niveaux sont des niveaux où le pouvoir des citoyens est effectif. Ce pouvoir effectif peut se matérialiser par un partenariat, lors duquel la prise de décision se fait au travers d’une négociation entre pouvoirs publics et citoyens, par une délégation du pouvoir central vers une communauté locale concernant la conception réalisation d’un programme, ou enfin par un contrôle citoyen où un équipement ou un quartier sont gérés de manière autonome par les citoyens.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Conseil citoyen et projet urbain à Romainville : la co-construction, à quelles conditions ?

Publié le

Léa Billen, « Conseil citoyen et projet urbain à Romainville : la co-construction, à quelles conditions ? », Participation 2019/2 (n°24), pp. 27-55.

Les conseils citoyens, obligatoire depuis 2014 en France dans les quartiers prioritaires, ont pour missions officielles de co-construire la politique de ville et d’appuyer les dynamiques citoyennes. Léa Billen propose d’analyser le rôle du conseil citoyen dans le projet de renouvellement urbain du quartier Gagarine à Romainville, commune situé dans le département de Seine-Saint-Denis. Le conseil citoyen du quartier Gagarine a-t-il vraiment été au cœur d’une démarche de co-construction du projet ? Ou son rôle s’est-il limité à de la consultation sur des éléments techniques et non politiques du projet ? À partir de cette étude du PRU de Gagarine, Léa Billen interroge ensuite la légitimité du conseil citoyen, aux yeux des habitants concernés par le projet et aux yeux des institutions. Remarquant l’absence des collectifs engagés contre le PRU dans le conseil citoyen, l’autrice se penche enfin sur la place accordée à la contestation du projet dans ces conseils citoyens.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Vidéo | Après le débat, qui décide ?

Publié le

Avec Laurence Monnoyer-Smith, Ilaria Casillo et Loïc Blondiaux. Rencontre du 20 février 2020.

Dans cette rencontre, Laurence Monnoyer-Smith, conseillère environnement et climat au Centre national d'études spatiales, Ilaria Casillo, vice-présidente de la Commission nationale du débat public et Loïc Blondiaux, professeur en sciences politiques se penchent sur l’articulation entre les dispositifs participatifs et la démocratie représentative. Ces dispositifs ont-ils un impact sur la décision ? Sur quelles formes de légitimités les « citoyens participants » s’appuient-ils ? Les intervenant·e·s répondent à ces questions, en s’appuyant sur des expériences telles que la convention citoyenne sur le climat.

La vidéo est disponible en cliquant ici.

Rapport | Pour une réforme radicale de la politique de la ville

Publié le

Marie-Hélène Bacqué & Mohammed Mechmache, « Pour une réforme radicale de la politique de la ville ». Remis en juillet 2013.

Ce rapport est le résultat de la mission menée par Marie-Hélène Bacqué et Mohammed Mechmache sur la participation des habitants dans les quartiers populaires. Les auteurs font état des problèmes que pose la politique de la ville menée jusqu’à maintenant, autant dans le domaine des services publiques, de la rénovation urbaine que dans l’image qu’elle donne des quartiers populaires. Ils prônent ensuite le recours à la participation comme moyen de réformer la politique de la ville.

Marie-Hélène Bacqué et Mohammed Mechmache donnent 30 propositions concrètes d’innovations démocratiques (résumées aux pages 62-65), articulées autour de cinq axes. Ils proposent par exemple d’encourager l’interpellation citoyenne en créant une Autorité administrative dédiée, de s’appuyer sur les associations et les collectifs existants pour mettre en place la participation, de réformer la police pour qu’elle redevienne un véritable service public, ou encore mettre en place des dispositifs de codécision. Les propositions s’inspirent parfois d’expériences déjà réalisées à l’étranger ou en France, comme les jurys citoyens.

Le rapport est disponible gratuitement en cliquant ici.

Documentaire | Démocratie(s) ?

Publié le

Un film de Henri Poulain, Julien Goetz et Sylvain Lapoix. Réalisé par Henri Poulain. 90 minutes.

Ce documentaire réinterroge le sens de la démocratie. Il s’attache à montrer que le principe qui guide les régimes politiques d’aujourd’hui n’est pas celui de la démocratie. La démocratie est littéralement le « pouvoir du peuple », ce qui sous-entend l’idée d’égalité de tous dans sa capacité à exercer le pouvoir. Autrement dit, on tend vers la démocratie lorsqu’on reconnaît que la politique peut être exercée par tous.

Le documentaire présente six expériences institutionnelles et non-institutionnelles qui tentent de se rapprocher de ce principe de différentes façons. L’usine Viome à Thessalonique, gérée par ses ouvriers qui prennent les décisions collectivement, ou encore l’École des Érables à Lièges autogérée par ses élèves, montrent que d’autres formes d’organisations plus égalitaires que celles qui régissent nos régimes politiques actuels sont possibles.

Documentaire disponible sur YouTube en cliquant ici.

Article | La démocratie locale dans les métropoles indiennes : les associations de résidents de New Delhi

Publié le

Stéphanie Tawa Lama-Rewal, « La démocratie locale dans les métropoles indiennes »Transcontinentales, 4 | 2007, 131-144.

Dans cet article, Stéphanie Tawa Lama-Rewal analyse l’émergence des associations de résidents dans la métropole indienne de New Delhi, la mettant en perspective avec la politique de décentralisation adoptée par le Parlement indien en 1992 qui permet notamment l’instauration de quotas de castes et de tribus pour les élections locales.

Apparues dans les années 1970, les associations de résidents se sont imposées comme des acteurs légitimes de la gouvernance urbaine à New Delhi, grâce à une politique volontariste de l’État, au soutien de la presse et de la justice, mais également grâce à un discours auto-légitimant. Ces associations, majoritairement composées d’une classe moyenne au profil sociologique relativement minoritaire au sein de la population de New Delhi, se présentent comme des représentantes de l’intérêt général. Si elles permettent un renouvellement de la démocratie locale et une plus grande transparence, le déficit démocratique et le caractère élitiste de ces associations favorisent la participation d’un profil bien précis de citoyens, excluant celle de la majorité des résidents de New Delhi et particulièrement des plus pauvres, agissant le plus souvent contre leur intérêt.

En s’imposant comme les principaux organes de participation citoyenne locale, ces associations marginalisent finalement la dimension représentative de la démocratie locale telle qu’elle a été définie dans la politique de décentralisation de 1992. Elles contrebalancent l’effet des quotas, qui permettaient une plus grande participation des populations marginalisées, notamment des femmes, à la vie politique locale.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Mémoire | Les votes blancs et nuls : une opportunité pour la réintroduction du tirage au sort en politique ?

Publié le

Mémoire de Master de Julie Delvoye, sous la direction de Frédéric Bouhon

Ce mémoire analyse les phénomènes de votes blancs et nuls ainsi que les caractéristiques de la désignation par le sort, en prenant l'exemple de l’Ostbelgien Model et du modèle délibératif mis en place à Eupen. La dernière partie de ce travail fait l'hypothèse d'un système de prise en compte des votes blancs et nuls dans lors des élections communales dans le but d'attribuer par le sort parmi les électeurs de la commune les mandats ainsi obtenus.

Le mémoire est disponible en PDF en cliquant ici.

PUBLICATION / (D)écrire sa pratique pour que d’autres s’en inspirent Élaborer une publication qui transmette des pratiques et des modes de faire

Publié le

Il faut donner de la visibilité aux initiatives porteuses de transformation sociale, à toutes ces pratiques qui questionnent les modes de fonctionnement actuels et proposent de nouvelles manières de faire orientées vers un futur différent.

L’idée de cette publication est née du constat que de nombreux collectifs et organisations sont davantage dans le « savoir-faire » que dans le « faire-savoir »…et encore moins dans « transmettre » ce qui peut être utile à d’autres.

Pour contribuer à ce défi, nous avons analysé plusieurs chemins expérimentés au cours de ces dernières années pour produire des documents qui arrivent à transmettre à d’autres : repartir d’expériences de terrain pour inspirer, ouvrir de nouveaux horizons, montrer d’autres manières de faire, donner envie à d’autres de se lancer dans une action, d’oser des clés d’analyse et des exemples de mise en œuvre.

Nous avons identifié cinq chemins que nous présentons et analysons : l’extraction méthodologique à partir d’expériences menées, l’exploration d’une question, la diffusion d’un modèle venu d’ailleurs, la mise en récit d’une pratique et enfin la construction d’une méthode.

Dans la dernière partie, nous revenons sur plusieurs éléments transversaux qui nous paraissent fondamentaux, comme la diversité des chemins, la volonté de s’adresser à tous, la spécificité de l’écrit à l’heure des nombreux autres médias, les rôles nécessaires pour ce type de publications.