Article | Les assemblées citoyennes en Irlande

Publié le

Dimitri Courant, « Les assemblée citoyenne en Irlande », La Vie des Idées, 2019.

Les assemblées citoyennes en Irlande ont permis la légalisation du mariage homosexuelle et de l’avortement. C’est les premières assemblées citoyennes ayant débouchée sur de véritable changement constitutionnel. Comment se sont-elles déroulées ? L’article revient en détail sur l’organisation et le déroulée des processus participatifs ayant tous deux abouti à des référendums. Considérés comme des succès en termes d’innovation démocratique permettant de le « rendre gouvernables des situations bloqués », les assemblées irlandaises sont néanmoins à nuancer sur certains points. L’auteur montre notamment que le choix des thèmes délibérées dans ces assemblées et la décision de soumettre les conclusions des assemblées au référendum restent dans les mains des élus.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Participer dans les scènes ritualisées du pouvoir. La Banca Abierta et le Concejo en los Barrios en Argentine

Publié le

Annunziata Rocio, « Participer dans les scènes ritualisées du pouvoir. La Banca Abierta et le Concejo en los Barrios en Argentine », Participations, 2015/1 (N° 11), p. 145-165.

Les expériences des Banca Abierta et du Concejo en los Barrios en Argentine diffèrent des expériences de participation habituelles en ce qu’elles permettent d’inclurent des citoyens ordinaires dans des sphères de pouvoirs traditionnelles. La première inclue la présence d’un citoyen ordinaire dans les conseils municipaux, pouvant faire remonter un problème et la seconde oblige le conseil municipal à se déplacer dans le quartier concerné par les questions qu’il traite lors de telle ou telle séance, permettant aux citoyens d’assister aux séances.

L’article ne cherche pas à mesurer l’impact de ces mécanismes de participation, mais davantage à en présenter la singularité et l’inscription de ces dispositifs dans ce qu’on appelle la « politique de la présence ». Ces outils, en incluant les citoyens dans les sphères traditionnelles du pouvoir, permettent de transformer les élus en élus-citoyens, leur conférant une nouvelle légitimité. Cet article propose ainsi de réinterroger la frontière entre participation et représentation et de mettre en évidence un nouveau type de légitimité « de proximité ».

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | A Ladder of citizen participation

Publié le

Sherry R. Arnstein, « A Ladder of citizen participation », Journal of American Institute of Planners n°35/4, 1969, pp.216-224.

« A Ladder of citizen participation » est un article de la consultante américaine Sherry R. Arnstein, publié en 1969. Arnstein y élabore une échelle de la participation distinguant huit niveaux de participation. Cette échelle sert souvent, encore aujourd’hui, de cadre de référence pour évaluer la façon dont les pouvoirs publics informent les citoyens et leur permet de participer aux prises de décisions.

Les deux premiers stades, la manipulation et la thérapie, sont ce qu’Arnstein appelle des niveaux de non-participation, c’est-à-dire qu’ils ne visent pas à faire participer ou informer les habitants, mais à les informer de manière biaisée (manipulation) ou à traiter des problèmes annexes au lieu d’aborder les vrais enjeux (thérapie). Les trois niveaux supérieurs sont considérés par Arnstein comme des niveaux de « coopération symbolique ». Les citoyens peuvent être soit simplement informés des projets en cours (information), soit consultés via des enquêtes ou des réunions publiques (consultation). Le dernier niveau de coopération symbolique est la conciliation, où certains habitants peuvent avoir une influence sur la réalisation des projets en ayant accès aux organes de décisions. Enfin, les trois derniers niveaux sont des niveaux où le pouvoir des citoyens est effectif. Ce pouvoir effectif peut se matérialiser par un partenariat, lors duquel la prise de décision se fait au travers d’une négociation entre pouvoirs publics et citoyens, par une délégation du pouvoir central vers une communauté locale concernant la conception réalisation d’un programme, ou enfin par un contrôle citoyen où un équipement ou un quartier sont gérés de manière autonome par les citoyens.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Conseil citoyen et projet urbain à Romainville : la co-construction, à quelles conditions ?

Publié le

Léa Billen, « Conseil citoyen et projet urbain à Romainville : la co-construction, à quelles conditions ? », Participation 2019/2 (n°24), pp. 27-55.

Les conseils citoyens, obligatoire depuis 2014 en France dans les quartiers prioritaires, ont pour missions officielles de co-construire la politique de ville et d’appuyer les dynamiques citoyennes. Léa Billen propose d’analyser le rôle du conseil citoyen dans le projet de renouvellement urbain du quartier Gagarine à Romainville, commune situé dans le département de Seine-Saint-Denis. Le conseil citoyen du quartier Gagarine a-t-il vraiment été au cœur d’une démarche de co-construction du projet ? Ou son rôle s’est-il limité à de la consultation sur des éléments techniques et non politiques du projet ? À partir de cette étude du PRU de Gagarine, Léa Billen interroge ensuite la légitimité du conseil citoyen, aux yeux des habitants concernés par le projet et aux yeux des institutions. Remarquant l’absence des collectifs engagés contre le PRU dans le conseil citoyen, l’autrice se penche enfin sur la place accordée à la contestation du projet dans ces conseils citoyens.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Vidéo | Après le débat, qui décide ?

Publié le

Avec Laurence Monnoyer-Smith, Ilaria Casillo et Loïc Blondiaux. Rencontre du 20 février 2020.

Dans cette rencontre, Laurence Monnoyer-Smith, conseillère environnement et climat au Centre national d'études spatiales, Ilaria Casillo, vice-présidente de la Commission nationale du débat public et Loïc Blondiaux, professeur en sciences politiques se penchent sur l’articulation entre les dispositifs participatifs et la démocratie représentative. Ces dispositifs ont-ils un impact sur la décision ? Sur quelles formes de légitimités les « citoyens participants » s’appuient-ils ? Les intervenant·e·s répondent à ces questions, en s’appuyant sur des expériences telles que la convention citoyenne sur le climat.

La vidéo est disponible en cliquant ici.

Rapport | Pour une réforme radicale de la politique de la ville

Publié le

Marie-Hélène Bacqué & Mohammed Mechmache, « Pour une réforme radicale de la politique de la ville ». Remis en juillet 2013.

Ce rapport est le résultat de la mission menée par Marie-Hélène Bacqué et Mohammed Mechmache sur la participation des habitants dans les quartiers populaires. Les auteurs font état des problèmes que pose la politique de la ville menée jusqu’à maintenant, autant dans le domaine des services publiques, de la rénovation urbaine que dans l’image qu’elle donne des quartiers populaires. Ils prônent ensuite le recours à la participation comme moyen de réformer la politique de la ville.

Marie-Hélène Bacqué et Mohammed Mechmache donnent 30 propositions concrètes d’innovations démocratiques (résumées aux pages 62-65), articulées autour de cinq axes. Ils proposent par exemple d’encourager l’interpellation citoyenne en créant une Autorité administrative dédiée, de s’appuyer sur les associations et les collectifs existants pour mettre en place la participation, de réformer la police pour qu’elle redevienne un véritable service public, ou encore mettre en place des dispositifs de codécision. Les propositions s’inspirent parfois d’expériences déjà réalisées à l’étranger ou en France, comme les jurys citoyens.

Le rapport est disponible gratuitement en cliquant ici.

Documentaire | Démocratie(s) ?

Publié le

Un film de Henri Poulain, Julien Goetz et Sylvain Lapoix. Réalisé par Henri Poulain. 90 minutes.

Ce documentaire réinterroge le sens de la démocratie. Il s’attache à montrer que le principe qui guide les régimes politiques d’aujourd’hui n’est pas celui de la démocratie. La démocratie est littéralement le « pouvoir du peuple », ce qui sous-entend l’idée d’égalité de tous dans sa capacité à exercer le pouvoir. Autrement dit, on tend vers la démocratie lorsqu’on reconnaît que la politique peut être exercée par tous.

Le documentaire présente six expériences institutionnelles et non-institutionnelles qui tentent de se rapprocher de ce principe de différentes façons. L’usine Viome à Thessalonique, gérée par ses ouvriers qui prennent les décisions collectivement, ou encore l’École des Érables à Lièges autogérée par ses élèves, montrent que d’autres formes d’organisations plus égalitaires que celles qui régissent nos régimes politiques actuels sont possibles.

Documentaire disponible sur YouTube en cliquant ici.

Article | La démocratie locale dans les métropoles indiennes : les associations de résidents de New Delhi

Publié le

Stéphanie Tawa Lama-Rewal, « La démocratie locale dans les métropoles indiennes »Transcontinentales, 4 | 2007, 131-144.

Dans cet article, Stéphanie Tawa Lama-Rewal analyse l’émergence des associations de résidents dans la métropole indienne de New Delhi, la mettant en perspective avec la politique de décentralisation adoptée par le Parlement indien en 1992 qui permet notamment l’instauration de quotas de castes et de tribus pour les élections locales.

Apparues dans les années 1970, les associations de résidents se sont imposées comme des acteurs légitimes de la gouvernance urbaine à New Delhi, grâce à une politique volontariste de l’État, au soutien de la presse et de la justice, mais également grâce à un discours auto-légitimant. Ces associations, majoritairement composées d’une classe moyenne au profil sociologique relativement minoritaire au sein de la population de New Delhi, se présentent comme des représentantes de l’intérêt général. Si elles permettent un renouvellement de la démocratie locale et une plus grande transparence, le déficit démocratique et le caractère élitiste de ces associations favorisent la participation d’un profil bien précis de citoyens, excluant celle de la majorité des résidents de New Delhi et particulièrement des plus pauvres, agissant le plus souvent contre leur intérêt.

En s’imposant comme les principaux organes de participation citoyenne locale, ces associations marginalisent finalement la dimension représentative de la démocratie locale telle qu’elle a été définie dans la politique de décentralisation de 1992. Elles contrebalancent l’effet des quotas, qui permettaient une plus grande participation des populations marginalisées, notamment des femmes, à la vie politique locale.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Mémoire | Les votes blancs et nuls : une opportunité pour la réintroduction du tirage au sort en politique ?

Publié le

Mémoire de Master de Julie Delvoye, sous la direction de Frédéric Bouhon

Ce mémoire analyse les phénomènes de votes blancs et nuls ainsi que les caractéristiques de la désignation par le sort, en prenant l'exemple de l’Ostbelgien Model et du modèle délibératif mis en place à Eupen. La dernière partie de ce travail fait l'hypothèse d'un système de prise en compte des votes blancs et nuls dans lors des élections communales dans le but d'attribuer par le sort parmi les électeurs de la commune les mandats ainsi obtenus.

Le mémoire est disponible en PDF en cliquant ici.

PUBLICATION / (D)écrire sa pratique pour que d’autres s’en inspirent Élaborer une publication qui transmette des pratiques et des modes de faire

Publié le

Il faut donner de la visibilité aux initiatives porteuses de transformation sociale, à toutes ces pratiques qui questionnent les modes de fonctionnement actuels et proposent de nouvelles manières de faire orientées vers un futur différent.

L’idée de cette publication est née du constat que de nombreux collectifs et organisations sont davantage dans le « savoir-faire » que dans le « faire-savoir »…et encore moins dans « transmettre » ce qui peut être utile à d’autres.

Pour contribuer à ce défi, nous avons analysé plusieurs chemins expérimentés au cours de ces dernières années pour produire des documents qui arrivent à transmettre à d’autres : repartir d’expériences de terrain pour inspirer, ouvrir de nouveaux horizons, montrer d’autres manières de faire, donner envie à d’autres de se lancer dans une action, d’oser des clés d’analyse et des exemples de mise en œuvre.

Nous avons identifié cinq chemins que nous présentons et analysons : l’extraction méthodologique à partir d’expériences menées, l’exploration d’une question, la diffusion d’un modèle venu d’ailleurs, la mise en récit d’une pratique et enfin la construction d’une méthode.

Dans la dernière partie, nous revenons sur plusieurs éléments transversaux qui nous paraissent fondamentaux, comme la diversité des chemins, la volonté de s’adresser à tous, la spécificité de l’écrit à l’heure des nombreux autres médias, les rôles nécessaires pour ce type de publications.

L’argent dans un collectif : opportunité ou menace ?

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Cette publication se penche sur la question, souvent difficile, de l’opportunité ou non de se doter de ressources financières au sein d’un collectif composé de bénévoles. Souvent vue comme une opportunité, l’arrivée d’argent dans un collectif demande immanquablement au groupe de modifier son mode de fonctionnement, de composer avec de nouvelles contraintes et/ou responsabilités. Parfois, cela génère d’importantes tensions, parce qu’on ne s’est pas suffisamment questionné ni préparé à ce changement.

A travers plusieurs démarches de collecte de fonds : financements participatifs, subsides, appels à projets, sponsors, organisations d’évènements, ventes, dons… cette publication invite les lecteurs à se poser une série de questions pour en mesurer l’opportunité réelle ou non et interroge les conséquences que cela peut avoir sur le fonctionnement du groupe.

Quelles contraintes supposent chaque source de financement ? A quoi faut-il être attentif lorsqu’on se met en quête de sous ? Comment faire en sorte que l’argent soit un moyen pour déployer ses actions et non un « poison » qui détruit les relations ? Comment le gérer collectivement ? De quelles compétences ou informations a-t-on besoin pour y parvenir ?

Bienvenue ?! – Ou comment s’outiller, en tant que groupe, à l’accueil et l’intégration de nouvelles personnes ?

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

La vie des groupes et collectifs est parsemée n’est pas un long fleuve tranquille. Que l’on soit un petit ruisseau ou un grand fleuve, elle subit des remous, des sécheresses et parfois même des inondations. Parmi les étapes qui chamboulent souvent le groupe, on retrouve fréquemment l’arrivée de nouvelles personnes.

Si la plupart des groupes se disent ouverts à d’autres et prêts à les accueillir, dans beaucoup de cas, peu s’y préparent réellement et lui consacre réellement  un temps spécifique.

Mais que cherche-t-on en élargissant le groupe ? Que propose-t-on aux nouveaux membres ? De quoi ont-ils besoin pour trouver leur juste place ? Comment officialise-t-on cette ouverture ? Et notre groupe, qui est-il ?

Cette publication propose un cheminement de réflexion pour aider les groupes à mieux préparer cette ouverture. A travers des éléments plus réflexifs et des questions-clés et balises plus méthodologiques, elle se veut être une ressource pratique tant pour celles et ceux qui font déjà partie du groupe que pour celles et ceux qui le rejoignent en cours de route.

Quand les citoyens se mêlent de ce qui les regarde – Plusieurs approches du contrôle citoyen

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Quel contrôle les citoyens peuvent avoir sur les décisions prises par les pouvoirs publics (élus et administrations) ? Quel devoir ont les représentants de « rendre des comptes » des actions mises en place et de l’utilisation des fonds publics ?

Les formes d’actions de « contrôle citoyen » sont souvent mal perçues par les décideurs et rarement abordées comme le témoignage sain d’une vigilance citoyenne et d’un intérêt pour les affaires publiques…

C’est pour proposer un autre regard sur le contrôle citoyen que Periferia a décidé de se plonger dans cette publication. Pour en ré-explorer le sens et les fondements démocratiques. Pour insuffler le message que le contrôle citoyen est légitime, nécessaire et juste. Pour en livrer des exemples inspirants en Belgique et ailleurs. L’enjeu de ce texte n’est pas de fournir un manuel, mais davantage d’offrir quelques balises pour se positionner et de proposer des tremplins à celles et ceux qui voudraient aller un pas plus loin.

Transformations soci(ét)ales – On en fait déjà, parfois sans le savoir…

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Dans une époque de « désengagement », d’indifférence ou de banalisation des grands enjeux de société, étonnamment on rencontre un peu partout des citoyens, des collectifs, des associations qui se bougent et tentent de faire bouger les choses à leur niveau.

Pourtant, ceux-ci n’ont pas toujours une conscience précise de participer, par leurs actions, à un processus de changement ou de transformation sociale… Une expression qui fait peur, nous dépasse, et semble chargée de multiples significations.

Pour permettre à chacun et chacune de s’approprier cette notion – et surtout l’analyse qu’elle suppose – et prendre conscience de la portée de leurs actions, nous sommes allés à la rencontre de plusieurs personnes et expériences en Belgique et en Amérique Latine avec le souhait de proposer une diversité de réalités et de manières de faire. Une première manière d’identifier des dimensions, questions et éléments qui témoignent de changement de la société pour s’en inspirer dans l’analyse de ses propres actions.

Par ailleurs, pour appuyer cette extraction méthodologique, nous proposons d’utiliser le schéma des 4 quadrants de l’approche intégrale (proposée par Ken Wilber) qui nous offre des balises supplémentaires. Chaque expérience a ainsi été décodée à travers le schéma pour montrer la manière de mobiliser cette théorie.

Tout au long de la publication, une série de fils sont ainsi identifiés pour aider à concevoir, encourager, améliorer des démarches de transformation et montrer que « oui, c’est possible ! ».

Décider ensemble ?!? – Construire un processus de prise de décision collectif

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

On ne s’en rend pas forcément compte, mais nous prenons tout le temps des décisions. Mais dès que nous devons décider à plusieurs, cela semble plus difficile. Parfois même, c’est source de tensions ! On cherche souvent la bonne manière de le faire, la méthode adéquate. Mais que vise-t-on réellement : trancher entre plusieurs options, rechercher l’intérêt général, trouver un compromis, atteindre la décision qui satisfera le plus grand nombre de personnes… ? Les portes d’entrée vers la décision collective sont plus nombreuses qu’on ne l’imagine et demande, avant de se poser la question de la manière, de bien clarifier ce que l’on recherche comme décision.

Étape cruciale d’une démarche de participation, la prise de décision peut également être pensée en amont avec le groupe. Encore faut-il pouvoir identifier les options qui s’offrent à nous…pour éventuellement en imagier d’autres. Et puis, il y a l’avant-prise de décision (la préparation), le moment de prise de décision et l’après-décision, c’est-à-dire le suivi de la décision.

Cette publication propose d’explorer les différentes étapes de mise en œuvre d’un processus décisionnel et pointe les questions à se poser pour définir le choix de la méthode la plus adéquate.

Another city is possible with participatory budgeting

Publié le

Another city is possible with participatory budgeting.  Une autre ville est possible avec le budget participatif.

Cabannes, Y. (ed.) (2017) Another city is possible with Participatory budgeting. Montréal/New York/London: Black Rose Books

Though participatory budgeting was only born in 1989, it has since been manifested over 5000 times in over 50 countries around the world - ground-breaking success for a process that is one of the rare authentic democratic innovations in the past 30 years. Participatory budgeting gives citizens a powerful role in the decision-making and destiny of their cities. It also reaffirms the central place of collective deliberation for direct democracy and participatory democracy, whilst contributing to the transformation of the city into urban commons.

In this book, Yves Cabannes and other seasoned experts in the field, lead us across five continents to the front lines of participatory budgeting, unpacking the successes and challenges of fourteen case studies. As much a Best-Of Guide as a How-To Manual for democratizing municipal finances, this book charts the unique trajectory of participatory budgeting, asserting its rich potential for realising radical democratic goals and deepening democracy. Animated throughout with stunning full colour images, it includes an extensive bibliography with up-to-date resources across multiple languages, including films and websites.

Réédition 2017 - Disponible en PDF en cliquant >>> ici <<<

Et si nos sous nous étaient contés…

Publié le

Les finances locales n’attirent pas les foules… alors que celles-ci se trouvent au coeur des décisions politiques ! Celles-ci apparaissent bien souvent comme une « boîte noire » inaccessible, complexe et impénétrable pour les non-initiés. Pourtant, si l’on souhaite impliquer davantage les citoyens et la société civile au niveau local mais également régional/fédéral, les finances sont une clé nécessaire, voire indispensable, pour comprendre les choix politiques et pouvoir prendre part aux débats publiques. Cette publication vise donc à donner un premier aperçu des principes et du fonctionnement général d’un budget communal ainsi que les leviers possibles pour une action citoyenne.

Cliquer sur l'image pour télécharger

Cycle Budgets Participatifs / Ateliers pratiques

Publié le

Comment concevoir et mettre en oeuvre un budget participatif communal ? 

Un atelier d'une demi-journée en présence d'Yves Cabannes où nous aurons l'occasion de partir de vos questions pour  aborder les différentes "étapes-clés" d'un budget participatif telles que: la mobilisation, la constitution d'un Conseil, la priorisation des besoins, la prise décision... Un moment pour apporter des réponses concrètes à vos questions précises !

Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir les informations pratiques.

cycle

NAMUR

 Jeudi 14 novembre 

Matin (9h00 > 13h00)

La Bourse

Place d'Armes 1 - 5000 NAMUR

Liste d'attente
Ecrivez-nous à
contact@periferia.be

 BRUXELLES

Jeudi 14 novembre

Après-midi (16h00 > 20h00)

De Pianofabriek Cultureel Centrum

Rue du Fort 35 - 1060 SAINT-GILLES

Liste d'attente
Ecrivez-nous à
contact@periferia.be

Co-organisé avec Vilco