Rapport | Pour une réforme radicale de la politique de la ville

Marie-Hélène Bacqué & Mohammed Mechmache, « Pour une réforme radicale de la politique de la ville ». Remis en juillet 2013.

Ce rapport est le résultat de la mission menée par Marie-Hélène Bacqué et Mohammed Mechmache sur la participation des habitants dans les quartiers populaires. Les auteurs font état des problèmes que pose la politique de la ville menée jusqu’à maintenant, autant dans le domaine des services publiques, de la rénovation urbaine que dans l’image qu’elle donne des quartiers populaires. Ils prônent ensuite le recours à la participation comme moyen de réformer la politique de la ville.

Marie-Hélène Bacqué et Mohammed Mechmache donnent 30 propositions concrètes d’innovations démocratiques (résumées aux pages 62-65), articulées autour de cinq axes. Ils proposent par exemple d’encourager l’interpellation citoyenne en créant une Autorité administrative dédiée, de s’appuyer sur les associations et les collectifs existants pour mettre en place la participation, de réformer la police pour qu’elle redevienne un véritable service public, ou encore mettre en place des dispositifs de codécision. Les propositions s’inspirent parfois d’expériences déjà réalisées à l’étranger ou en France, comme les jurys citoyens.

Le rapport est disponible gratuitement en cliquant ici.

Documentaire | Démocratie(s) ?

Un film de Henri Poulain, Julien Goetz et Sylvain Lapoix. Réalisé par Henri Poulain. 90 minutes.

Ce documentaire réinterroge le sens de la démocratie. Il s’attache à montrer que le principe qui guide les régimes politiques d’aujourd’hui n’est pas celui de la démocratie. La démocratie est littéralement le « pouvoir du peuple », ce qui sous-entend l’idée d’égalité de tous dans sa capacité à exercer le pouvoir. Autrement dit, on tend vers la démocratie lorsqu’on reconnaît que la politique peut être exercée par tous.

Le documentaire présente six expériences institutionnelles et non-institutionnelles qui tentent de se rapprocher de ce principe de différentes façons. L’usine Viome à Thessalonique, gérée par ses ouvriers qui prennent les décisions collectivement, ou encore l’École des Érables à Lièges autogérée par ses élèves, montrent que d’autres formes d’organisations plus égalitaires que celles qui régissent nos régimes politiques actuels sont possibles.

Documentaire disponible sur YouTube en cliquant ici.

Article | La démocratie locale dans les métropoles indiennes : les associations de résidents de New Delhi

Stéphanie Tawa Lama-Rewal, « La démocratie locale dans les métropoles indiennes »Transcontinentales, 4 | 2007, 131-144.

Dans cet article, Stéphanie Tawa Lama-Rewal analyse l’émergence des associations de résidents dans la métropole indienne de New Delhi, la mettant en perspective avec la politique de décentralisation adoptée par le Parlement indien en 1992 qui permet notamment l’instauration de quotas de castes et de tribus pour les élections locales.

Apparues dans les années 1970, les associations de résidents se sont imposées comme des acteurs légitimes de la gouvernance urbaine à New Delhi, grâce à une politique volontariste de l’État, au soutien de la presse et de la justice, mais également grâce à un discours auto-légitimant. Ces associations, majoritairement composées d’une classe moyenne au profil sociologique relativement minoritaire au sein de la population de New Delhi, se présentent comme des représentantes de l’intérêt général. Si elles permettent un renouvellement de la démocratie locale et une plus grande transparence, le déficit démocratique et le caractère élitiste de ces associations favorisent la participation d’un profil bien précis de citoyens, excluant celle de la majorité des résidents de New Delhi et particulièrement des plus pauvres, agissant le plus souvent contre leur intérêt.

En s’imposant comme les principaux organes de participation citoyenne locale, ces associations marginalisent finalement la dimension représentative de la démocratie locale telle qu’elle a été définie dans la politique de décentralisation de 1992. Elles contrebalancent l’effet des quotas, qui permettaient une plus grande participation des populations marginalisées, notamment des femmes, à la vie politique locale.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Mémoire | Les votes blancs et nuls : une opportunité pour la réintroduction du tirage au sort en politique ?

Mémoire de Master de Julie Delvoye, sous la direction de Frédéric Bouhon

Ce mémoire analyse les phénomènes de votes blancs et nuls ainsi que les caractéristiques de la désignation par le sort, en prenant l'exemple de l’Ostbelgien Model et du modèle délibératif mis en place à Eupen. La dernière partie de ce travail fait l'hypothèse d'un système de prise en compte des votes blancs et nuls dans lors des élections communales dans le but d'attribuer par le sort parmi les électeurs de la commune les mandats ainsi obtenus.

Le mémoire est disponible en PDF en cliquant ici.