Article | Démocratie et participation : l’exemple de la rénovation urbaine

Publié le

Renaud Epstein & Jacques Donzelot, « Démocratie et participation : l'exemple de la rénovation urbaine », Esprit, 2006

Les premiers domaines où des dispositifs de participation ont vu le jour sont celui de l’aménagement du territoire et de la politique de la ville. Cet article revient sur des exemples français de rénovations urbaines dans des quartiers populaires des communes française de Montfermeil, Reims, Nantes et Dijon.

Les auteurs abordent ces plans de rénovation urbaine du point de vue du degré de participation des habitants à leur élaboration. Ils mettent notamment en lumière les intérêts des différents acteurs et la façon dont ces intérêt influent sur le degré de participation. Ils replacent ensuite ces quatre expériences sur l’échelle d’Arnstein et montre qu’aucune ne dépassent les deux premiers stades de l’échelle. Ils mobilisent l’expérience étasunienne des Corporation de développement communautaire (CDC) pour illustrer le dernier stade de participation évoqué par Arnstein.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Les assemblées citoyennes en Irlande

Publié le

Dimitri Courant, « Les assemblée citoyenne en Irlande », La Vie des Idées, 2019.

Les assemblées citoyennes en Irlande ont permis la légalisation du mariage homosexuelle et de l’avortement. C’est les premières assemblées citoyennes ayant débouchée sur de véritable changement constitutionnel. Comment se sont-elles déroulées ? L’article revient en détail sur l’organisation et le déroulée des processus participatifs ayant tous deux abouti à des référendums. Considérés comme des succès en termes d’innovation démocratique permettant de le « rendre gouvernables des situations bloqués », les assemblées irlandaises sont néanmoins à nuancer sur certains points. L’auteur montre notamment que le choix des thèmes délibérées dans ces assemblées et la décision de soumettre les conclusions des assemblées au référendum restent dans les mains des élus.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Participer dans les scènes ritualisées du pouvoir. La Banca Abierta et le Concejo en los Barrios en Argentine

Publié le

Annunziata Rocio, « Participer dans les scènes ritualisées du pouvoir. La Banca Abierta et le Concejo en los Barrios en Argentine », Participations, 2015/1 (N° 11), p. 145-165.

Les expériences des Banca Abierta et du Concejo en los Barrios en Argentine diffèrent des expériences de participation habituelles en ce qu’elles permettent d’inclurent des citoyens ordinaires dans des sphères de pouvoirs traditionnelles. La première inclue la présence d’un citoyen ordinaire dans les conseils municipaux, pouvant faire remonter un problème et la seconde oblige le conseil municipal à se déplacer dans le quartier concerné par les questions qu’il traite lors de telle ou telle séance, permettant aux citoyens d’assister aux séances.

L’article ne cherche pas à mesurer l’impact de ces mécanismes de participation, mais davantage à en présenter la singularité et l’inscription de ces dispositifs dans ce qu’on appelle la « politique de la présence ». Ces outils, en incluant les citoyens dans les sphères traditionnelles du pouvoir, permettent de transformer les élus en élus-citoyens, leur conférant une nouvelle légitimité. Cet article propose ainsi de réinterroger la frontière entre participation et représentation et de mettre en évidence un nouveau type de légitimité « de proximité ».

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | Conseil citoyen et projet urbain à Romainville : la co-construction, à quelles conditions ?

Publié le

Léa Billen, « Conseil citoyen et projet urbain à Romainville : la co-construction, à quelles conditions ? », Participation 2019/2 (n°24), pp. 27-55.

Les conseils citoyens, obligatoire depuis 2014 en France dans les quartiers prioritaires, ont pour missions officielles de co-construire la politique de ville et d’appuyer les dynamiques citoyennes. Léa Billen propose d’analyser le rôle du conseil citoyen dans le projet de renouvellement urbain du quartier Gagarine à Romainville, commune situé dans le département de Seine-Saint-Denis. Le conseil citoyen du quartier Gagarine a-t-il vraiment été au cœur d’une démarche de co-construction du projet ? Ou son rôle s’est-il limité à de la consultation sur des éléments techniques et non politiques du projet ? À partir de cette étude du PRU de Gagarine, Léa Billen interroge ensuite la légitimité du conseil citoyen, aux yeux des habitants concernés par le projet et aux yeux des institutions. Remarquant l’absence des collectifs engagés contre le PRU dans le conseil citoyen, l’autrice se penche enfin sur la place accordée à la contestation du projet dans ces conseils citoyens.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.

Article | La démocratie locale dans les métropoles indiennes : les associations de résidents de New Delhi

Publié le

Stéphanie Tawa Lama-Rewal, « La démocratie locale dans les métropoles indiennes »Transcontinentales, 4 | 2007, 131-144.

Dans cet article, Stéphanie Tawa Lama-Rewal analyse l’émergence des associations de résidents dans la métropole indienne de New Delhi, la mettant en perspective avec la politique de décentralisation adoptée par le Parlement indien en 1992 qui permet notamment l’instauration de quotas de castes et de tribus pour les élections locales.

Apparues dans les années 1970, les associations de résidents se sont imposées comme des acteurs légitimes de la gouvernance urbaine à New Delhi, grâce à une politique volontariste de l’État, au soutien de la presse et de la justice, mais également grâce à un discours auto-légitimant. Ces associations, majoritairement composées d’une classe moyenne au profil sociologique relativement minoritaire au sein de la population de New Delhi, se présentent comme des représentantes de l’intérêt général. Si elles permettent un renouvellement de la démocratie locale et une plus grande transparence, le déficit démocratique et le caractère élitiste de ces associations favorisent la participation d’un profil bien précis de citoyens, excluant celle de la majorité des résidents de New Delhi et particulièrement des plus pauvres, agissant le plus souvent contre leur intérêt.

En s’imposant comme les principaux organes de participation citoyenne locale, ces associations marginalisent finalement la dimension représentative de la démocratie locale telle qu’elle a été définie dans la politique de décentralisation de 1992. Elles contrebalancent l’effet des quotas, qui permettaient une plus grande participation des populations marginalisées, notamment des femmes, à la vie politique locale.

L'article est disponible gratuitement en cliquant ici.