Histoires changements

Réponse citoyenne face à une urgence humanitaire avec La plateforme citoyenne pour les réfugiés (Belgique)

autrebleureduit

Récit de l’expérience par Noémie Marchal, bénévole au sein de le Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés

« La plateforme est née en réponse à une urgence et au besoin de s’organiser autour d’elle pour proposer un service aux réfugiés qui sont là »

Été 2015, une vague de réfugiés qui fuient leur pays en guerre, arrivent à Bruxelles. L’absence de dispositif d’accueil pousse une centaine de réfugiés à camper dans le parc Maximilien, à proximité de l’office des étrangers débordé et en manque de moyens humains pour traiter les demandes.

En réaction à cette situation, des citoyens se regroupent et s’organisent pour apporter aux réfugiés une aide humanitaire de base (distribution de repas et de tente mais également projection de film avec le cinemaximilian).

Rapidement, de nombreux bénévoles rejoignent le mouvement et décident d’organiser un système d’hébergement d’urgence au sein de familles bénévoles d’abord uniquement pour les femmes et personnes malades puis pour l’ensemble des personnes qui occupent le parc.

Tous les jours, des bénévoles organisent le relais entre les réfugiés et les hébergeurs via des groupes locaux sur Facebook qui permettent un système de répartition des rôles (chauffeurs, hébergeurs, préparer à manger…)

En 2017, suite à une nouvelle vague d’arrivée de réfugiés (Soudan, Érythrée, Palestine, Irak), les rafles de policiers se multiplient dans le parc. La plateforme met en place une équipe de bénévoles qui viennent tôt pour réveiller les migrants et les inviter à quitter le parc avant l’arrivée des policiers.

La plateforme a un informateur au sein de la police qui les prévient de leur de passage des brigades.

Depuis, la plateforme a participé à la construction d’un Hub humanitaire à la gare du nord. Un espace de première ligne qui permet aux réfugiés de recharger leur téléphone, recontacter leur famille, avoir un accès aux services sociaux, s’informer sur leurs droits, rencontrer un médecin… mais également un Service d’information sociale et administratif (préparer les réfugiés avant leur entretien avec l’office des étrangers). En parallèle, la plateforme ouvre plusieurs centres d’accueil, qui permettent d’héberger plusieurs centaines de réfugiés et développe un groupe plaidoyer qui rencontre les communes pour les mobiliser dans le mouvement des communes hospitalières et faire passer le message que « le cout de la répression est supérieur à celui de l’accueil ».

« C’est une chose d’avoir accès à un service c’est autre chose de construire des relations humaines »

« La plateforme est née grâce à des citoyens lambda, hyper impliqués. »Il ne s’agit pas d’une initiative venant du politique, du monde associatif ou de mouvements de la société civile déjà organisée.

Elle regroupe des personnes de tout âge (étudiants, chômeurs, personnes âgées…) avec principalement des femmes. Plus les politiques migratoires criminalisent les réfugiés, plus les bénévoles sont nombreux et motivés dans leurs actions.  A chaque déclaration choc de Théo Franken (ancien ministre de l’intérieur d’extrême droite), une vague de nouveaux militants rejoint la plateforme.

Au fil des années, on voit que des liens très forts se construisent entre bénévoles et réfugiés : des hébergeurs qui sont devenus famille d’accueil pour mineur, des personnes hébergées dans la même famille depuis un an, qui ont la clé du logement, des relations d’amitié qui se créent, des hébergeurs qui donnent des contacts en Angleterre pour accueillir les réfugiés quand ils arrivent, visite de personnes qui sont détenus en centre fermé, au sein des centres d’accueil, les différentes fêtes nationales et religieuses qui sont célébrées (nouvel an Ethiopien, aïd…). Autant de liens qui se créent et de situations qui n’auraient pas eu lieu avec la prise en charge de l’hébergement par un service public. La spécificité du mouvement citoyen est d’agir au cas par cas. Il s’agit de relation d’humain à humain et non de service à réfugié. « Si tu connais personnellement la personne, tu fais jouer ses propres réseaux pour l’aider ». L’impact visible de la plateforme est certain, sans elle beaucoup de réfugiés dormiraient dehors. Mais l’impact est bien plus profond, « être considéré comme des êtres humains, respectés, se retrouver en famille, être accueillis ».La plateforme va au-delà des considérations purement matérielles, en ouvrant des espaces permettant aux réfugiés de retrouver leur identité, souvent niée tout au long de leur périple ou perdue dans des procédures administratives perçues comme déshumanisantes.

Cette expérience change également les bénévoles, « j’ai appris beaucoup sur plein de pays, sur le système belge »

L’État délègue ses compétences à un mouvement citoyen.

« Dans une grande partie de l’Europe, on voit une déresponsabilisation des États sur toutes les questions sociales. On fait ce que l’on fait parce que l’État ne le fait pas et on en arrive au point où l’État se repose sur nos actions et se déresponsabilise complètement de la question ».

En l’absence de dispositif d’accueil pour les réfugiés, qui serait normalement de la responsabilité du gouvernement fédéral, les régions et communes se reposent sur le travail de la plateforme et le soutien. Comme par exemple la Ville de Bruxelles via le CPAS (prêt de draps, aide pour le nettoyage) ou la Région Bruxelloise à travers un subside et la mise à disposition d’un bâtiment en occupation temporaire (Porte d’Ulysse).  Toutes ces actions permettent de contrer la politique migratoire mise en place à l’échelle fédérale.  En 2018, la plateforme crée une ASBL, reçoit un premier subside et recrute une vingtaine d’employés (gérant des bénévoles, cuisine, gestion du bâtiment). « Ce subside est la preuve que l’on est reconnu professionnellement ». La plateforme est devenue un acteur reconnu de la société civile, dont la voix pèse sur les questions de politiques migratoires.

Un engagement personnel

La plateforme est le résultat d’un réseau de solidarité qui s’est construit sur les hébergeurs bénévoles et s’est agrandit à des acteurs du monde associatif, des célébrités, des commerçants (don d’invendus, repas, lieu de dépôt). La plupart des majorités qui gouvernent aujourd’hui en Belgique sont complètement opposés aux actions de la plateforme. Mais à titre personnel des politiques mettent en place des actions pour soutenir la plateforme. Même si les institutions ne se positionnent pas officiellement en faveur de l’accueil des réfugiés, on voit des personnes en leur sein qui agissent pour défendre les droits humains : Des policiers informent sur les heures rafles des membres de la plateforme, des contrôleurs de la STIB ne contrôlent pas et font comme s’ils n’avaient rien vu.

Les transformations sociales : mouvements à contre-courant

Noémie décrit deux types de mouvements allant dans des sens opposés et qui avancent aussi forts l’un que l’autre.

« A une échelle très locale, les gens entendent parler des actions de la plateforme, que leur voisin à héberger un migrant, ça s’est bien passé et en même temps avec plus de recul qu’est-ce que ça change ? A l’échelle de la Belgique comme nous le rappelle les dernières élections en termes le racisme et d’islamophobie la situation empire. Mais également au niveau européen avec la criminalisation des ONG en méditerranée »

Récit collectif pour se rendre compte de ses actions et écrire une autre histoire du changement

 « On ne se rend pas vraiment compte des actions et impacts que ça provoque. Individuellement je pense j’ai juste hébergé quelques personnes chez moi, c’est pas grand-chose. »

Au premier abord, les freins à l’hébergement sont nombreux, la peur de l’autre, les moyens financiers, la peur de s’attacher, le manque de temps… et pourtant la plateforme récence sur son mur Facebook des centaines de témoignages qui montrent combien cette expérience et ces échanges sont riches.

Plusieurs de ces témoignages on était compilé dans un ouvrage (perle d’accueil) qui retrace des histoires d’échanges et d’accueil de l’autre. Un récit collectif qui participe à l’écriture d’une autre histoire

Contactez la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés
  • Mail : info@bxlrefugees.be
  • Siteweb : www.bxlrefugees.be
  • Page Facebook : @bxlrefugees

Laisser un commentaire