Penser le monde dans lequel nous voulons habiter

lemondequonveut

 

Avec une soixantaine de jeunes de plusieurs villes et communautés en Bolivie, nous étions en novembre au mARTadero à Cochabamba. A partir de nos diversités de parcours, nous avons commencé à formuler des fondamentaux pour « le monde dans lequel nous voulons habiter »

 

Capture d’écran 2022-01-20 à 09.30.49
Capture d’écran 2022-01-20 à 09.32.03
Capture d’écran 2022-01-20 à 09.31.20

Placés sous le signe de « re-encuentros » (se retrouver à nouveau) après deux ans de pandémie et confinements, la question est centrale : comment la crise sanitaire nous oblige à repenser ce qui est central pour l’avenir et comment – avec nos différences – nous arrivons à définir des priorités. Des voix rarement entendues se sont exprimées : par écrit, en dessins, en dansant, sous la forme de rap… en soulignant particulièrement le besoin de repenser l’éducation (pour qu’elle soit plus intégrale, plus sensible et qu’elle permette le développement d’un sens critique), mais aussi la justice (pour qu’elle soit plus équitable. Et surtout le besoin impérieux de nous rencontrer autrement, comme des êtres humains porteurs d’initiatives qui sommes déjà en train de construire « ce monde que l’on veut habiter ».

Capture d’écran 2022-01-28 à 13.27.13

Les voix de quartiers de Lima pour « la ville que nous voulons »

De la même façon, avec des organisations de Lima, nous étions à San Juan de Lurigancho, puis à El Agustino pour échanger sur ce qui serait central pour penser dans quelle ville nous voulons vivre. A partir de rencontres individuelles, puis de dessins que nous avons rassemblés, nous avons formulé des messages. Le tout en musique et lors de rencontres marquées par les échanges humains.

Capture d’écran 2022-01-28 à 13.27.23
Capture d’écran 2022-01-21 à 16.17.20

Laisser un commentaire