Projets

Action Capacitation Citoyenne à Charleroi « Exprimez-vous ! : Et après ? »

AfficheAGIRCharleroi_rue de la montagne

En mars 2020, des citoyen·ne·s de Charleroi, Molenbeek, Namur, Watermael, Huy, Louvain-La-Neuve, Schaerbeek et bien d’autres avaient prévus de se retrouver lors d’une rencontre "(Em)brassons nos combats". Une occasion de se relier, de découvrir des initiatives et de partager nos luttes, combats et modes de faire pour en tirer du commun.

Arrêtée net par le confinement, la dynamique a finalement pris un format virtuel et permis de se croiser une dizaine de fois entre avril et octobre 2020, pour partager nos vécus de la crise sanitaire, nos coups de gueule, nos espoirs et nos craintes. Très vite, est apparue l’envie d’offrir cet espace d’expression à d’autres… et notamment aux plus isolé·e·s. A la veille du 2e confinement, une poignée d’entre nous sont ainsi parti·e·s à la rencontre d’autres citoyen·ne·s, dans les rues de Charleroi, pour les interroger sur « l’après Covid » en leur proposant d’adopter des lunettes différentes sur la situation : « Comment envisageriez-vous l’après Covid, si vous étiez premier·e ministre, si vous étiez un·e petit·e enfant, si vous étiez la plus grosse fortune du monde… ? »

Des échanges d’une incroyable diversité que nous avons captés de manière sonore ou par écrit et que nous vous proposons de découvrir ici. Si chacun·e a un vécu différent, un constat s’impose…en octobre, peu de citoyen·ne·s parvenaient à envisager un futur sans la Covid. Le constat d’une épreuve qui a plus que certainement marqué nos vies et modifié nos regards…

« Après la Covid ? … On ne sait pas. Personne ne sait…

C'est pour les jeunes que ça va être dur. Vous savez, moi j'ai connu la guerre, et c'est après que ça a été pire… Ici ce sera pareil, c'est après que ce sera pire. Même socialement, on ne côtoie plus ses voisins :  ils parlent avec des gens à l'autre bout du monde via internet mais à moi, ils ne me parlent plus : Bonjour, Comment ça va ?... Moi, je ne vois plus personne…

Ma vie a été difficile, vous savez. D'un bout à l'autre. L’immigration, la guerre, l’après-guerre et ma santé. Les patrons aussi étaient durs avec nous, vous savez. A l'époque, il n'y avait même pas de syndicat. Point.

Donc c'est vrai, il y a quand même des choses qui vont un peu mieux pour les jeunes mais... je vous souhaite quand même bien du courage. »

(M. Di Lorenzo, 82 ans, immigré italien)

 « Après la Covid... ?  Ça serait une catastrophe !

Ce sera pire pour la santé et pour la santé mentale. De toute façon, je crois qu'on nous ment et qu'on nous donne des chiffres à la hausse pour nous faire peur. Je vous laisse car mon métro arrive. 

Au revoir… »

(Madame M., 21 ans)

« Pour moi, le plus important, c’est de s’occuper de la justice, des pauvres et des animaux…Mais…

S’il suffisait de le vouloir, alors je souhaiterais qu’il n’y ait plus de guerres et que tous les enfants puissent grandir heureux. »

(Madame Dhyon, une grand-mère qui se promène avec son petit-fils)

Une démarche menée par les membres de Capacitation citoyenne,

Et soutenue par les asbl C-Prévu, Fedactio, Periferia, Vie Féminine Charleroi-Thuin, le CEC et Centre Culturel l’Eden de Charleroi, ainsi que par la Fédération Wallonie – Bruxelles (Éducation Permanente)

Laisser un commentaire