Histoires changements

Des coopératives de logements au service d’un projet social et politique différent – des regards d’Uruguay et du Costa Rica

Expérience du mouvement coopérativiste de logement en aide mutuelle en Uruguay

Par Gustavo González, Secrétaire Général de FUCVAM

Je suis Gustavo González, Secrétaire général de la FUCVAM (Fédération uruguayenne des coopératives d'habitation en aide mutuelle). Je me bats pour le logement depuis 43 ans dans mon pays et dans plusieurs pays d'Amérique latine. J'appartiens à un mouvement très particulier, celui du coopérativisme en matière d'aide mutuelle. Il naît de la classe ouvrière uruguayenne pour résoudre le problème du logement et a commencé à créer des quartiers basés sur une vie différente, collective. A ses origines, il était indissolublement lié au mouvement syndical uruguayen et, de là, il prend une série de décisions stratégiques en lien avec la lutte des classes. Le coopérativisme ne se limite pas au logement, mais plutôt, en partant de cette hypothèse de classe, il englobe les besoins à la fois de cette classe et d’un secteur spécifique de la société.

La fédération a un caractère corporatiste et politique : elle s'est développée comme un mouvement d’Uruguay et compte 560 coopératives dans un petit pays de 3 millions d'habitants. Nous sommes 30 000 familles, soit plus de 110 000 personnes, qui vivons aujourd'hui dans des quartiers de propriété collective, alors que la ville s’inscrit dans une perspective capitaliste qui défend la propriété privée. Notre mouvement a brisé ce système pour obtenir des quartiers ouvriers avec une propriété collective. Il a favorisé une lutte, une conquête et continue d'être une importante résistance qui va bien au-delà du logement. Nos quartiers sont caractérisés par une culture anti-hégémonique, avec tous les équipements urbains et collectifs au service d'un projet social et politique différent.

L’axe central est l'entraide pour les secteurs les plus modestes de la population, où nous travaillons et construisons nous-mêmes des logements qui rompent le schéma selon lequel il est nécessaire d'avoir des modèles pour vivre et subsister.

Un autre axe est l'autogestion, c'est-à-dire le contrôle politique des personnes sur leur propre projet et donc au-delà du logement jusqu’à l'ensemble du quartier, ce qui nous permet d’affirmer qu’il est possible d'avoir un gouvernement ouvrier demain. Et cela constitue une partie fondamentale d'un bloc populaire comme alternative au secteur dominant. Et avec les coopérativistes on trouve les travailleurs, les petits et moyens producteurs, les petits commerçants, le secteur du travail indépendant en milieu urbain, le secteur informel de l'économie. Les différentes formes de construction et d'appropriation populaire de l'habitat – pris dans son ensemble – constituent un bloc social qui questionne, critique et cherche la juste redistribution sociale de la richesse.

Notre axe transversal est la démocratie directe des travailleurs, l'assemblée générale en est l’organe suprême où toutes les propositions sont discutées ; par conséquent, nous ne croyons pas à la démocratie représentative, mais à la démocratie directe. Nous sommes, chaque quartier, les organisateurs du développement local, visant à consolider le tissu social existant ; et donc, nous avons une alliance permanente avec tous les travailleurs de la région, les syndicats de travailleurs, etc. Nous défendons avant tout l'indépendance politique des organisations de masse face aux partis politiques, à l'État et à l'Église.

Ensuite, l'autre axe qui est fondamental pour nous, c’est la question de la propriété, la propriété collective de nos maisons. Non pas pour avoir une place sur le marché immobilier sauvage, mais pour défendre l'utilisation et la jouissance du logement comme un droit humain fondamental de la vie. Nous sommes contre toute forme d'exploitation de l'homme par l'homme et contre toute forme de dépendance et de subordination entre les nations. La dimension internationale de FUCVAM nous a permis de connaître la réalité d'autres pays où le modèle s'est répandu : Paraguay, Bolivie, Honduras, Nicaragua, El Salvador, Guatemala, Mexique sous une forme iniciale, Colombie… De cette façon, nous avons démontré que c'est un modèle qui n'est pas national, mais qui s'adapte à tous ceux qui en ont besoin, de par le monde, dans leur lutte pour le logement. Pour nous, le logement n'est qu'un déclencheur pour générer ce qui doit être généré et pour que les travailleurs puissent mettre en œuvre une exigence historique qui leur revient en tant que classe, à savoir l'émancipation contre le système et pour un monde différent.

Cependant, toucher les secteurs les plus vulnérables constitue une grande responsabilité politique des organisations sociales plus solides. Il faut construire des ponts avec eux. Non pas pour faire à leur place ce qu'ils doivent faire, mais pour montrer que c'est effectivement possible. Par exemple, en Uruguay, nous essayons actuellement de nous coordonner avec les quartiers « irréguliers », c'est-à-dire avec les secteurs qui ont construit du mieux qu'ils le pouvaient. On les appelle incorrectement les "quartiers marginalisés". On leur propose de s’organiser aussi en coopératives.

En réalité, le mouvement populaire urbain en Amérique latine est beaucoup plus large que le nôtre des coopératives de logements. C'est de cela qu'il s'agit : travailler dans l'unité et respecter les différentes expériences. Nous croyons que nous sommes une alternative, pas la seule. Avec cette perspective, nous essayons de voir comment faire au Salvador : là-bas, les familles qui occupent les maisons abandonnées au centre-ville n'avaient pas la moindre idée de comment s’organiser. Nous sommes allés présenter l'idée de coopérative, ils l'ont reprise, et aujourd'hui ils sont organisés en coopératives. C'est la principale tâche, non ? Offrir des outils et laisser les gens s'en emparer, à travers l'autogestion, pour qu’ils les maitrisent, leur donnent du contenu et luttent pour cela.

Cliquez ici pour visionner la vidéo  en espagnol !

FUCVAM (Fédération uruguayenne des coopératives d'habitation en aide mutuelle)

 

 

Coovifudam

Mail : adrihongo@gmail.com(Adriana Rojas Ugalde)

Page Facebook : @Coovifudam-1113871898754789

Laisser un commentaire