Les jeunes demandent et ouvrent des voies pour de nouvelles formes de coopération

Cet article retrace l’histoire d’allers/retours et de liens qui se sont tissés au cours des deux dernières années entre des jeunes du Nordeste du Brésil et de Bruxelles. Une rencontre sur le « Droit à la ville » à Recife en mars 2019 a été le point de départ de plusieurs "perturbations" assez positives dont nous allons vous parler... Une invitation à sortir de nos schémas, à repenser nos façons d'agir et expérimenter de nouveaux modes de faire.

1554145894321

Rencontre « Éducation populaire, jeunesse et droit à la ville », mars 2019

Une rencontre pour croiser les points de vue des jeunes sur le droit à la ville

Periferia est née d’un pari, d’une intuition, celle que l’échange permet de nous enrichir grâce aux questionnements, au développement d’une vision critique sur notre propre société et notre quotidien…

C’est dans cette perspective nous avons imaginé, courant 2019, avec des partenaires brésiliens (CAIS, CDVHS, CENDHEC, CEAS, FASE) une rencontre qui regrouperait des jeunes venant de différents endroits du Nordeste (Fortaleza, Recife et Salvador de Bahia) afin qu’ils puissent échanger sur leur vision de la ville. Nous étions ±15 personnes, pour la plupart des jeunes femmes de 18 à 28 ans.

En amont de la rencontre, chaque groupe de jeunes avaient préparé des cartes affectives, supports d’expression sur ses ressentis dans l’espace public, mais aussi d’auto-analyses sur les formes d’appropriation et les stratégies mises en place pour occuper la ville. « Dans la ville, où nos corps sont acceptés ? » : c’est de cette façon qu’un groupe a traduit et pensé sa carte. Une manière de souligner combien la perception de la ville est aussi fonction de la place qu’on y prend et que les autres nous laissent.
Cela a été l’occasion pour nous de raconter une démarche similaire menée avec un groupe de jeunes femmes à Molenbeek (Belgique) et de constater collectivement les similitudes entre les différents contextes, notamment en termes de discriminations pour les femmes et les personnes racisées dans l’occupation de l’espace public.

Plus tard lors de la rencontre, un soir, nous avons été soutenir les derniers moments d’une occupation organisée pour résister contre une expulsion : un terrain dans le centre de Recife qui allait être aménagé pour construire des tours de logement et commerces à destination de la classe moyenne. Une manière « d’occuper comme un moyen de résistance et d’affirmation de son corps, de sa place dans la ville ! »

Cette rencontre a été remplie de moments de partage : cartes affectives, expressions de chacun·e à travers des vidéos, des textes, de la musique..., moments de résistance aux côtés des autres, réflexions collectives. Ces images, ces mots, ces sons, ont été autant de témoignages de la violence subie par les jeunes des périphéries et de la force de la résistance qui s’organise au sein des quartiers. « Nous ne sommes pas dans une rencontre classique, nous sommes en train de vivre une expérience collective » a partagé une jeune au groupe, parce que l'espace a permis de tisser des liens forts et de construire un morceau d’histoire collective.

Le dernier jour, nous avons partagé nos impressions et nos perspectives : les participant·e·s ont insisté pour que la prochaine rencontre soit organisée avec eux dès le début. Notamment pour le choix du lieu, il est important de se réunir dans les quartiers périphériques d’où viennent les jeunes et non dans le centre-ville. Symboliquement cela permet de reconnaitre ces quartiers comme partie intégrante de la ville et permet de ne pas renforcer le sentiment d’exclusion que les jeunes subissent au quotidien. D’autre part, multiplier les moments de vie collective et conviviaux comme partager un repas, cuisiner ensemble, aller à un concert, faire une visite du quartier avec ses habitant·e·s pour valoriser leurs capacités et mieux comprendre la vie des jeunes. Pour finir, renforcer la participation des jeunes en ouvrant leur regard sur la gestion des budgets au sein des ONG et notamment pour l’organisation de telles rencontres. En résumé, « Faire AVEC la jeunesse et non POUR elle » et inventer d’autres manières de se rencontrer afin de renforcer la parole et les modes de résistances développés par les jeunes.

Se rencontrer à travers d’autres moyens

Début 2020, toujours plein d’énergies de la rencontre de Recife, nous nous sommes réunis virtuellement pour réfléchir avec les jeunes à l’organisation d’une nouvelle rencontre dans une autre ville du Nordeste. C'était sans penser que la pandémie allait rendre tout rassemblement impossible...

Mais les confinements que nous avons vécus, tous et en même temps chacun de manière différente, nous ont encouragés à inventer de nouvelles formes de dialogue. En juin, en Belgique, c'était le début du premier déconfinement et la redécouverte de l’espace public, alors qu'au Brésil la crise se poursuivait, chacun·e chez soi. Afin de créer des liens entre ces réalités différentes, nous avons imaginé la construction de dialogues à travers l’envoi de cartes postales pour créer des ponts au-delà de l’Atlantique entre des habitant·e·s de la ville de Fortaleza et du quartier Stephenson (Schaerbeek).

Les mercredis de l’été, sur une place du quartier (la place Stephenson), les passant·e·s étaient invité·e·s à venir s’assoir à une table, boire un cocktail de fruits et écrire une carte postale, un message pour les jeunes de Fortaleza. Comme au café, mais le paiement se faisait en mots ! Chaque semaine, les cartes étaient « postées » sur notre compte Instagram. Les brésilien·ne·s pouvaient réagir et nous transmettre leurs cartes.

Messages de courage, mémoire de quarantaine, partage d’œuvres (film, musique…) mais aussi questions et souhaits pour le monde de “l’après” : Quel monde voulons-nous ? Comment résister et s’organiser face à la crise sociale et sanitaire que nous devons affronter ? Au fils des semaines, des dialogues se sont construits et nous avons vu des préoccupations similaires apparaitre des deux côtés de l’atlantique, notamment sur les différences de vécus et de traitement en fonction des quartiers (accès au système de santé, répression policière...).

Photos-expo

Continuer à partager... les situations que nous avons vécues tous ensemble

Ces messages par le biais de cartes postales ont permis différents échanges, rendant possible la participation d'autres personnes. Mais en même temps, ils ne pouvaient pas remplacer l'idée initiale de donner une continuité à tout ce qui avait été partagé lors de la rencontre - ou plutôt, de « l’expérience collective » - de Recife. Nous avons donc profité des opportunités offertes par les numérique pour rassembler des jeunes de plusieurs villes du Nordeste brésilien avec des jeunes de Bruxelles.

En décembre 2020, nous nous sommes rencontrés, chacun·e derrière son propre écran, mais ensemble. Nous étions environ 25, certains se connaissant depuis Recife, d'autres venant pour la première fois de Guarabira, João Pessoa et Bruxelles.

Nous avons commencé la réunion en partageant des dessins « représentant nos corps et notre relation à la ville pendant la pandémie » : une façon de nous présenter à partir de ce que nous ressentons. Des images fortes ont été échangées, dans de nombreux cas, l'exclusion, la répression, le manque de liberté, la difficile survie dans les périphéries et encore plus pour les femmes noires.

Chaque groupe, depuis sa ville, a partagé des éléments de sa réalité en temps de pandémie : à travers des réflexions collectives, des vidéos, de la musique... est apparue la crise profonde que traverse le Brésil, sur le plan sanitaire, sociale mais également politique. Les familles déjà vulnérables, en particulier celles qui travaillent dans l'économie informelle et vivent dans des territoires où les services publics adéquats tels que l'assainissement de base, l'eau potable, l’accès à internet et les transports urbains font défaut, ont vu leurs conditions de vie encore aggravées par la perte de revenus, le manque de nourriture et l'absence de matériel d'hygiène pour se protéger du covid 19. Le manque de réponse des pouvoirs publics (État fédéral et municipalités) a augmenté les contaminations et le nombre de décès. Ainsi le Covid met en avant et donne une plus grande visibilité à tant de crises (sociale, politique, sanitaire…) qui existaient déjà et qui creusent de plus en plus les inégalités.

Un des défis majeurs soulignés par tou·te·s aussi bien dans le contexte belge que brésilien a été la question des discriminations raciales et des violences policières à l’égard des jeunes qui ont augmenté durant les confinements, conduisant à la mort de nombreux jeunes.

encontro_juventudexpandemia_2020
Juventudes e o direito à cidade_Page_02

Résister, créer ensemble, se projeter

Heureusement, les jeunes ont également partagé leurs manières de résister : des espaces et moments collectifs où ils se renforcent, s'expriment pour être entendus et revendiquer leurs droits.

« Pourquoi ne pas produire une musique avec des voix du Brésil et de Belgique pour s'exprimer, sensibiliser et se faire entendre ? Ce serait une façon de se rapprocher, de mettre en évidence combien les discriminations sont globales et structurelles. »

« Plus que jamais, nous devons occuper les périphéries car c'est là que se trouvent nos racines, nos familles. »

Dans ce sens, de nombreux jeunes ont joué un rôle central dans l'organisation de la solidarité au sein des quartiers : distributions
de paniers alimentaires ou de masques, campagne de sensibilisation sur les gestes barrières mais aussi organisation de formation et de débats sur la prise en compte des questions de genre et de race au sein des politiques publiques
mises en place.
Les jeunes de Bruxelles ont présenté une de leurs musiques dénonçant les injustices.

Juventudes e o direito à cidade_Page_04

Le récit d’une histoire collective

Nous partageons ici une histoire collective qui change nos perspectives. Nous avons perçu, dès ce premier moment à Recife, que nous ouvrions ensemble de nouvelles voies qui laissent place à l’expérimentation, à d'autres façons de se rencontrer, de s'exprimer. Nous avons imaginé des espaces sans trop prévoir, en nous laissant guider par les opportunités et la force du collectif. Nous avons facilité des ouvertures vers l'improbable, vers l'inconnu...

Pour les jeunes qui se sentent discriminés en raison de leur histoire, de leurs origines, de leurs choix de vie... participer et nourrir ces échanges contribue à une reconnaissance collective et à l'affirmation de leur place en tant que personne dans la ville.

Ces allers-retours entre le Brésil et la Belgique nous montrent à quel point les situations vécues dans les deux pays, pourtant éloignés géographiquement, politiquement et culturellement, se recoupent. La ségrégation urbaine, la discrimination des jeunes issus des périphéries, la violence subie chaque jour dans les quartiers populaires existent des deux côtés de l’Atlantique et doivent être combattues de manière articulée. Proposer des espaces de connexion pour réfléchir ensemble à la manière d'agir replace les combats de chacun·e dans une perspective de changement social plus global et nous permet alors de repenser notre propre capacité à agir en s’inspirant des modes de faire et stratégies mis en place par d’autres, mais aussi de déconstruire collectivement les paradigmes dominants auxquels le monde entier est confronté.

Force des échanges, source d'inspiration et d'espoir, créativité et audace collective… pour Periferia, nous voyons ce chemin parcouru comme le début d'une histoire que nous voulons raconter et continuer à écrire ensemble.

DéCorps urbains Episode #3 : ville valide, ville handicapante ?

Episode#3_full
Le dernier épisode de notre série DéCorps Urbain donne la parole à Bénédicte et Murielle, deux femmes concernées par le handicap, pour réfléchir à ce que signifie une ville qui n’est construite que pour une norme de corps : celle du corps considéré comme valide. Qu’est-ce que le validisme ? Quelles sont les conséquences de la ségrégation socio-spatiale des personnes en situation de handicap ? Comment changer nos représentations des handicaps ? Voilà certaines des questions et réflexions qu’on aborde dans cet épisode.

Bonne écoute !

Références

Documentation

Sons & Musique, dans l’ordre d’écoute

Générique

Pour aller plus loin

DéCorps urbains Episode #2 Police des corps, mais qui protèges-tu ?

Episode#2_full

Comment les dispositifs de surveillance, et surtout la présence policière, influencent les jeunes de certains quartiers bruxellois dans leurs usages de la ville ? Comment lier les pratiques de profilage ethnique aux contextes politiques et historiques dans lesquels on se trouve ? Voilà les sujets qu’aborde ce 2e épisode de notre saison « DéCorps Urbains ».

Au départ d’ateliers organisés par Periferia avec des jeunes Schaerbeekois·es et Brésilien·nes sur les questions de racisme et de rapports à la police, on a recueilli des témoignages que la criminologue Chaïma El Yahiaoui a analysé pour nous.

Bonne écoute !

  • Graham, S. 2012. Villes sous contrôle : La militarisation de l'espace urbain. Éditions La Découverte.
  • Jamoulle, P. 2012. « Quartiers Populaires de Bruxelles : Ségrégation et violences racialisées ». Dans Breda, C., Deridder, M. et Laurent, P.-J. (Dir). La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation. Académia, pp 209-232.
  • Mincke, C., Smets, S., et Enhus, E. « États généraux de Bruxelles. Note de synthèse sécurité et prévention ». Notes de synthèse n°2. Brussels Studies.
  • Rea, A., Nagels, C., Christiaens, J. 2009. « Les jeunesses bruxelloises: Inégalité sociale et diversité culturelle ». Brussels Studies. DOI:10.4000/BRUSSELS.951.
  • Rigouste, M. 2012. La domination policière : Une violence industrielle. Éditions La Fabrique.
  • Rousseau, M. 2008. « La ville comme machine à mobilité : Capitalisme, urbanisme et gouvernement des corps ». Varia. Open Edition. https://doi.org/10.4000/metropoles.2562.

Musique (dans l’ordre d’écoute)

Gérérique

Pour aller plus loin

DéCorps urbains Episode #1 Comment dégenrer l’espace public ?

Episode#1_full-01

En quoi l’appropriation de l’espace public constitue un droit fondamental pour se sentir pleinement actrice et acteur de la ville ? Quelles stratégies mettre en place pour occuper la ville en tant que femmes+ ? Voici les questions auxquelles on réfléchira lors de cet épisode.
Pour cela, on a interrogé Noura Amer, membre de l’association AWSA et de la maison des femmes de Molenbeek, qui répondra à des témoignages enregistrés lors de marches exploratoires avec des jeunes molenbeekoises. Vous entendrez également le collectif des déchainé·es qui nous explique le principe des rides à vélo et des ateliers méchano qu’iels organisent à Bruxelles.

Bonne écoute !

Références

Documentation

o   France Culture. 2021. « Géographie sociale : le corps dans l’espace, entre mobilités "empêchées" et droit à la ville ». https://www.franceculture.fr/emissions/nos-geographies/la-geographie-sociale.
o   Mediapart. 2016. « Le débat : Les femmes sont-elles évincées de l'espace public ? ». https://www.youtube.com/watch?v=Pnx7bEoT8p0.
o   Raibaud, Y. 2015. La ville faire par et pour les hommes. Éditions Belin.
o   UNSA Éducation. 2018. « Edith Maruéjouls:En quoi l'espace public est-il un lieu d'inégalités entre les femmes et les hommes? ». https://www.youtube.com/watch?v=UW_gtEKGnv8.

Musique (dans l’ordre d’écoute)

o   Chilla. 2017. « Si j’étais un homme ». https://www.youtube.com/watch?v=Kn-lbI7MESI.
o   Barbara Pravi. 2018. « Kid (réécriture) ». Adaptation de « Kid » de Eddy de Pretto. https://www.youtube.com/watch?v=ilGhJmfxi30&t=1s.
o   « A la huelga feminista ». https://www.youtube.com/watch?v=bm0oyUoiJqo.
o   Colectivo Las Tesis. 2019. « Un violador en tu camino ». https://www.youtube.com/watch?v=aB7r6hdo3W4&t=136s.

Générique

o   Futur Simple, 16 novembre 2020. « La place des femmes dans l’espace public du futur ». La Première. https://www.rtbf.be/auvio/detail_futur-simple?id=2703790.
o   Bertuccelli, J-L. 1974. « Le droit à la ville de Henri Lefebvre ». https://www.youtube.com/watch?v=Bz8nw9mnJQ8.
o   Bird Creek, 2015. « Night Vision ». https://www.youtube.com/watch?v=YwA2cIPhbWM&t=7s.
o   Enregistrement de la ride des déchainé.e.s du 8 mars 2021.
o   France TV Bruxelles, 2020. « Bruxelles : comment décoloniser l'espace public ? ». https://www.youtube.com/watch?v=XSV8Strb3J8.
o   Huma Huma, 2014. « Omission ». https://www.youtube.com/watch?v=hCvnteq6QYc&list=PLzCxunOM5WFJDohy-4kBNzGgeGD12jQJB&index=7.
o   Upla Television, 2018. « Ana Sugranyes: el derecho a la ciudad ». https://www.youtube.com/watch?v=2mCRPkP7oac&t=91s.

Pour aller plus loin

o   Les podcasts de Thomas Messias « Mansplaining » sur les masculinités (produits et réalisés par Slate.fr): http://www.slate.fr/audio/mansplaining/.
o   Le podcast de Victoire Tuaillon « Des villes viriles » (produits par Binge Audio) : https://www.binge.audio/podcast/les-couilles-sur-la-table/des-villes-viriles/?uri=des-villes-viriles%2F.

Episode d’introduction Droit de cité

Episodeintro_full

Cet épisode d’introduction plante le DéCorps de la série : des podcasts qui investiguent par et pour qui est faite la ville ? en allant à la rencontre de différentes personnes et quartiers de Bruxelles.  En partant de la notion de « Droit à la ville », développée par le philosophe marxiste Henri Lefebvre, on réfléchit à la manière dont se développent les villes d’aujourd’hui, et particulièrement Bruxelles. Vous entendrez ainsi l’architecte Catherine Tricot situer le concept de « Droit à la ville » et la sociologue Natalie Rigaux discuter de la construction de la capitale via les analyses de Richard Sennett.

Bonne écoute !

Références

Documentation

  • Bertuccelli, J-L. 1974. « Le droit à la ville de Henri Lefebvre ». https://www.youtube.com/watch?v=Bz8nw9mnJQ8. (de la minute
  • Harvey, D., 2011. Le capitalisme contre le droit à la ville. Néolibéralisme, Urbanisation, Résistances. Editions Amsterdam.
  • IEB, Henri Lefebvre, Le droit à la ville. http://www.ieb.be/Henri-Lefebvre-Le-droit-a-la-ville
  • Lefebvre, H., 1968. Le droit à la ville. Paris : Éditions Anthropos.
  • Lefebvre, H., [1965] 2018.La proclamation de la Commune : 26 mars 1871. Editions La Fabrique.
  • L'Office National du Film du Canada, 1972. « Entretien avec Henri Lefèbvre ».
  • https://www.youtube.com/watch?v=0kyLooKv6mU.
  • Regards, 2018. « Catherine Tricot (architecte) : ‘Penser le droit à la ville c’est repenser la question sociale’ ».https://www.youtube.com/watch?v=TwMqDN9tibk.
  • Rigaux, N., 2008. Introduction à la sociologie par sept grands auteurs. De Boeck, coll. Ouvertures Sociologiques.

Sons & Musique, dans l’ordre d’écoute

Générique