Forum, plénière, agora….outil d’inspiration pour aider à la conception et l’animation de grandes assemblées

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Biennale, forum, plénière, université annuelle, journée d’études, assemblée générale, agora, fabrique… Quel que soit le nom qu’on leur donne, les rencontres de grande ampleur fleurissent depuis quelques années et se diversifient chaque fois plus. Ces rencontres constituent souvent une étape, dans un processus plus long, où l’on se dit qu’il faut rassembler « plus de monde » ou « une diversité de personnes » pour que ce qu’on construit soit plus légitime, plus inclusif, plus juste, plus efficace, plus pertinent…Si l’enjeu est similaire à celui de rencontres de plus petite taille, à savoir de faire émerger du « commun » à partir de regards et d’intérêts différents, la manière de les organiser et de les animer sera, elle, bien différente.

Cette publication se veut un outil d’inspiration pour aider à la conception et l’animation de telles assemblées. Elle présente huit exemples d’assemblées de ce genre, la méthodologie utilisée pour chacune d’elles, des clés pour la mise en œuvre et l’animation ainsi qu’une série de points d’attention ou d’écueils à éviter.

(D)écrire sa pratique pour que d’autres s’en inspirent Élaborer une publication qui transmette des pratiques et des modes de faire

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Il faut donner de la visibilité aux initiatives porteuses de transformation sociale, à toutes ces pratiques qui questionnent les modes de fonctionnement actuels et proposent de nouvelles manières de faire orientées vers un futur différent.

L’idée de cette publication est née du constat que de nombreux collectifs et organisations sont davantage dans le « savoir-faire » que dans le « faire-savoir »…et encore moins dans « transmettre » ce qui peut être utile à d’autres.

Pour contribuer à ce défi, nous avons analysé plusieurs chemins expérimentés au cours de ces dernières années pour produire des documents qui arrivent à transmettre à d’autres : repartir d’expériences de terrain pour inspirer, ouvrir de nouveaux horizons, montrer d’autres manières de faire, donner envie à d’autres de se lancer dans une action, d’oser des clés d’analyse et des exemples de mise en œuvre.

Nous avons identifié cinq chemins que nous présentons et analysons : l’extraction méthodologique à partir d’expériences menées, l’exploration d’une question, la diffusion d’un modèle venu d’ailleurs, la mise en récit d’une pratique et enfin la construction d’une méthode.

Dans la dernière partie, nous revenons sur plusieurs éléments transversaux qui nous paraissent fondamentaux, comme la diversité des chemins, la volonté de s’adresser à tous, la spécificité de l’écrit à l’heure des nombreux autres médias, les rôles nécessaires pour ce type de publications.

L’argent dans un collectif : opportunité ou menace ?

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Cette publication se penche sur la question, souvent difficile, de l’opportunité ou non de se doter de ressources financières au sein d’un collectif composé de bénévoles. Souvent vue comme une opportunité, l’arrivée d’argent dans un collectif demande immanquablement au groupe de modifier son mode de fonctionnement, de composer avec de nouvelles contraintes et/ou responsabilités. Parfois, cela génère d’importantes tensions, parce qu’on ne s’est pas suffisamment questionné ni préparé à ce changement.

A travers plusieurs démarches de collecte de fonds : financements participatifs, subsides, appels à projets, sponsors, organisations d’évènements, ventes, dons… cette publication invite les lecteurs à se poser une série de questions pour en mesurer l’opportunité réelle ou non et interroge les conséquences que cela peut avoir sur le fonctionnement du groupe.

Quelles contraintes supposent chaque source de financement ? A quoi faut-il être attentif lorsqu’on se met en quête de sous ? Comment faire en sorte que l’argent soit un moyen pour déployer ses actions et non un « poison » qui détruit les relations ? Comment le gérer collectivement ? De quelles compétences ou informations a-t-on besoin pour y parvenir ?

Bienvenue ?! – Ou comment s’outiller, en tant que groupe, à l’accueil et l’intégration de nouvelles personnes ?

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

La vie des groupes et collectifs est parsemée n’est pas un long fleuve tranquille. Que l’on soit un petit ruisseau ou un grand fleuve, elle subit des remous, des sécheresses et parfois même des inondations. Parmi les étapes qui chamboulent souvent le groupe, on retrouve fréquemment l’arrivée de nouvelles personnes.

Si la plupart des groupes se disent ouverts à d’autres et prêts à les accueillir, dans beaucoup de cas, peu s’y préparent réellement et lui consacre réellement  un temps spécifique.

Mais que cherche-t-on en élargissant le groupe ? Que propose-t-on aux nouveaux membres ? De quoi ont-ils besoin pour trouver leur juste place ? Comment officialise-t-on cette ouverture ? Et notre groupe, qui est-il ?

Cette publication propose un cheminement de réflexion pour aider les groupes à mieux préparer cette ouverture. A travers des éléments plus réflexifs et des questions-clés et balises plus méthodologiques, elle se veut être une ressource pratique tant pour celles et ceux qui font déjà partie du groupe que pour celles et ceux qui le rejoignent en cours de route.

Quand les citoyens se mêlent de ce qui les regarde – Plusieurs approches du contrôle citoyen

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Quel contrôle les citoyens peuvent avoir sur les décisions prises par les pouvoirs publics (élus et administrations) ? Quel devoir ont les représentants de « rendre des comptes » des actions mises en place et de l’utilisation des fonds publics ?

Les formes d’actions de « contrôle citoyen » sont souvent mal perçues par les décideurs et rarement abordées comme le témoignage sain d’une vigilance citoyenne et d’un intérêt pour les affaires publiques…

C’est pour proposer un autre regard sur le contrôle citoyen que Periferia a décidé de se plonger dans cette publication. Pour en ré-explorer le sens et les fondements démocratiques. Pour insuffler le message que le contrôle citoyen est légitime, nécessaire et juste. Pour en livrer des exemples inspirants en Belgique et ailleurs. L’enjeu de ce texte n’est pas de fournir un manuel, mais davantage d’offrir quelques balises pour se positionner et de proposer des tremplins à celles et ceux qui voudraient aller un pas plus loin.

Transformations soci(ét)ales – On en fait déjà, parfois sans le savoir…

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

Dans une époque de « désengagement », d’indifférence ou de banalisation des grands enjeux de société, étonnamment on rencontre un peu partout des citoyens, des collectifs, des associations qui se bougent et tentent de faire bouger les choses à leur niveau.

Pourtant, ceux-ci n’ont pas toujours une conscience précise de participer, par leurs actions, à un processus de changement ou de transformation sociale… Une expression qui fait peur, nous dépasse, et semble chargée de multiples significations.

Pour permettre à chacun et chacune de s’approprier cette notion – et surtout l’analyse qu’elle suppose – et prendre conscience de la portée de leurs actions, nous sommes allés à la rencontre de plusieurs personnes et expériences en Belgique et en Amérique Latine avec le souhait de proposer une diversité de réalités et de manières de faire. Une première manière d’identifier des dimensions, questions et éléments qui témoignent de changement de la société pour s’en inspirer dans l’analyse de ses propres actions.

Par ailleurs, pour appuyer cette extraction méthodologique, nous proposons d’utiliser le schéma des 4 quadrants de l’approche intégrale (proposée par Ken Wilber) qui nous offre des balises supplémentaires. Chaque expérience a ainsi été décodée à travers le schéma pour montrer la manière de mobiliser cette théorie.

Tout au long de la publication, une série de fils sont ainsi identifiés pour aider à concevoir, encourager, améliorer des démarches de transformation et montrer que « oui, c’est possible ! ».

Décider ensemble ?!? – Construire un processus de prise de décision collectif

Publié le
Pour télécharger la publication en format PDF, cliquez sur l'image !

On ne s’en rend pas forcément compte, mais nous prenons tout le temps des décisions. Mais dès que nous devons décider à plusieurs, cela semble plus difficile. Parfois même, c’est source de tensions ! On cherche souvent la bonne manière de le faire, la méthode adéquate. Mais que vise-t-on réellement : trancher entre plusieurs options, rechercher l’intérêt général, trouver un compromis, atteindre la décision qui satisfera le plus grand nombre de personnes… ? Les portes d’entrée vers la décision collective sont plus nombreuses qu’on ne l’imagine et demande, avant de se poser la question de la manière, de bien clarifier ce que l’on recherche comme décision.

Étape cruciale d’une démarche de participation, la prise de décision peut également être pensée en amont avec le groupe. Encore faut-il pouvoir identifier les options qui s’offrent à nous…pour éventuellement en imagier d’autres. Et puis, il y a l’avant-prise de décision (la préparation), le moment de prise de décision et l’après-décision, c’est-à-dire le suivi de la décision.

Cette publication propose d’explorer les différentes étapes de mise en œuvre d’un processus décisionnel et pointe les questions à se poser pour définir le choix de la méthode la plus adéquate.

A l’écoute de voix du Brésil

Publié le

Dans le dur contexte que traverse le Brésil, nous avons participé et contribué à la mise en place de rencontres qui permettent d’échanger avec des voix moins écoutées. Depuis l’automne dernier, l’élection du nouveau président Bolsonaro a plongé le pays dans un recul des droits humains avec un détricotage progressif de tout ce que les mouvements et la société avaient construit au fil des décennies, depuis la fin de la dictature en 1985.

A Recife, des jeunes expriment leurs ressentis par rapport à la ville (mars 2019)

En mars 2019, nous étions à Recife, dans le Nordeste brésilien, avec des ONGs et des jeunes de 3 villes (Salvador de Bahia, Recife et Fortaleza) ; essentiellement des jeunes filles de 18 à 28 ans. Elles ont partagé leurs perceptions de leur ville en construisant des cartes affectives, qui retracent le vécu, les perceptions que l’on a du territoire, l’occasion pour nous de raconter une démarche similaire menée avec un groupe de filles à Molenbeek.

« Dans la ville, où sont acceptés nos corps ? » : c’est de cette façon qu’un groupe a traduit et pensé sa carte… une manière de souligner combien la perception de la ville est aussi fonction de la place qu’on y prend et que les autres nous laissent. Mais nous avons aussi requestionné l’éducation et pensé à comment faire évoluer l’enseignement traditionnel grâce aux pratiques d’éducation populaire. Nous transmettons un aperçu des contenus abordés dans la courte vidéo ci-contre.

Au cours de la rencontre, nous avons été soutenir les derniers moments d’une résistance à une expulsion : une friche industrielle transformée en espaces de logement et maintenant réduite à un terrain vierge qui va recevoir des dizaines de tours de logements destinés à des familles d’autres classes sociales.

Tous ces moments, le mélange de nos ressentis et de nos colères nous ont amené à envisager une prochaine rencontre dans une autre ville, mais cette fois davantage préparée et pensée par et avec les jeunes.

A Santarém, faire l’expérience de la transformation sociale avec des communautés indigènes et quilombolas (avril 2019)

Choix audacieux… dans un pays où les droits humains sont massivement bafoués, et particulièrement dans le Nord brésilien où la monoculture du soja détruit sauvagement les territoires des communautés ! Et pourtant il nous a semblé que c’était justement avec les personnes de ces communautés, et surtout avec les jeunes qui y vivent, qu’il était important de questionner et partager nos expériences de transformation sociale.

Pendant 3 jours, notre groupe – composé d’une vingtaine de personnes venant des communautés, d’organisations locales et de quelques pays latino-américains et européens – a partagé des moments au sein d’une école de formation agricole en alternance, puis dans une communauté quilombola (afro-descendante). Enfin, une dernière journée d’échanges profonds était dédiée à nos perspectives de changements.

Entre la nature abondante en bordure du fleuve Amazone et les persécutions subies par ces communautés, il est compliqué de tenir bon… au cœur de cette riche Amazonie tellement convoitée ! Pourtant c’est là que nous avons expérimenté nos propres pistes de changement, mais aussi celles qui nous marquent collectivement, et plus particulièrement le poids des relations de domination et de colonisation. Nous sommes exactement dans cette étape et reviendrons avec de nouveaux éléments plus concrets prochainement.

Rencontre entre des personnes, entre des histoires, entre des cultures… nous avons jeté des ponts, permis une autre manière de coopérer… Il y a bien des choses à en tirer et à partager ; nous sommes exactement dans cette étape et reviendrons avec de nouveaux éléments prochainement.

 

Ces rencontres ont été possibles grâce au projet que Periferia mène en Amérique Latine avec le soutien de Misereor (Allemagne) ; elles ont été organisées avec les partenaires locaux et la dynamique Altoparlante-Altofalante.

Eurêka ! Comment les savoirs citoyens peuvent contribuer à co-construire la ville

Publié le

Cette publication montre comment des citoyens se sont construit de la légitimité pour prendre part à des questions dites « complexes » (qualité de l’air, qualité de l’eau…), en formulant des avis pertinents et parfois en questionnant les données produites par les autorités reconnues. Il s’agit d’un coffret, composé de :

• la partie « Eurêka » - que vous découvrirez en PDF en cliquant sur l'image ci-contre – qui apporte en quelques pages les fondements de la démarche et affirme un point de vue sur ce que devraient être des savoirs partagés ;

• deux expériences de terrain : « EXP’air - Citizen Science, collective knowledge empowers » réalisée par le BRAL (à découvrir en cliquant ici et « Pacco test – les nouvelles technologies, ça se construit » réalisée par City Mine(d) et à consulter en cliquant ici ;

• notre publication existante « Savoirs citoyens… au cœur de nos pratiques » disponible en cliquant ici.

 

Article – L’organisation communautaire : une nouvelle approche du travail social ?

Publié le

Par Yves Jouffe- Mouvements, 2016

Une expérience d’organisation communautaire a vu le jour en janvier 2014 dans les quartiers rennais : Si on s’alliait ?(SOSA). Cinq organisatrices et organisateurs s’y inspirent de la démarche de l’Alliance citoyenne de Grenoble. Deux d’entre elles décrivent ici quelques ficelles du métier d’organisateur. Des affinités mais aussi des tensions existent entre community organizing, éducation populaire et un travail social jugé trop paternaliste. Les formes de mobilisation expérimentées à Rennes par SOSA, aussi éprouvantes soient-elles, apparaissent comme de réels vecteurs de transformation sociale.

Disponible en ligne sur le site du CAIRN pour 3 euros en cliquant ici 

Article – Community organizing : généalogie, modèles et circulation d’une pratique émancipatrice

Publié le

Par Julien Talpin, Hélène Balazard- Mouvements, 2016

Le community organizingcherche à mobiliser un public large et diversifié pour obtenir des changements sur des enjeux tels le logement, les salaires, l’emploi, la sécurité ou l’exclusion politique. En France, comme dans de nombreux pays, on observe un intérêt grandissant pour cette forme d’organisation de la société civile. Cet attrait se traduit notamment par une grande diversité de démarches se référant plus ou moins directement au community organizing. Cet article propose un panorama et une grille de lecture de ces différentes pratiques. Il revient sur la généalogie, les différents modèles et les enjeux de la diffusion de cette approche visant l’émancipation des classes populaires.

Disponible en cliquant ici (CAIRN, 3 euros en ligne) 

Article – Alinsky for the left, the politics of community Organizing

Publié le

Par Mike Miller- Dissent, 2010

En anglais

Pendant soixante-dix ans, la « gauche » disparate soutenait, rabaissait, glorifiait, ignorait ou attaquait Saul Alinsky et sa tradition d’organisation communautaire. Aujourd’hui, il devrait s’engager dans l’organisation communautaire, y participer et jouer le rôle que les organisateurs de gauche non sectaires jouent dans le mouvement syndical, en soutenant une plus grande égalité sociale et économique, un secteur public viable dans l’économie, une extension significative du filet de sécurité sociale, l’éclatement du pouvoir d’entreprise concentré, la propriété ouvrière, les coopératives, les coopératives de crédit, la pleine liberté civile et une discussion ouverte, une plus grande participation démocratique, et une plus grande démocratie politique dans le pays.

Disponible en ligne en cliquant ici 

Article – Politiser les colères du quotidien

Publié le

Par Clément Petitjean – Le Monde Diplomatique, 2017

En France comme aux États-Unis, les classes populaires boudent les urnes et semblent exclues du jeu politique. Pour y remédier, des militants misent sur la méthode imaginée par l’intellectuel américain Saul Alinsky, qui promet de rompre avec la résignation grâce à l’« organisation communautaire ».

Disponible en ligne (payant) en cliquant ici 

Article – Expériences de community organizing en France

Publié le

Par Marion Carrel, Adeline de Lépinay- Mouvements, 2016

Le community organizing est une source d’inspiration pour certain.es militant.es. En amont de la table ronde de ce numéro, et à partir de courts entretiens réalisés avec ses participant.es, nous esquissons ici le portrait de trois organisations françaises qui s’inspirent de cette tradition : l’Alliance Citoyenne de Grenoble, Zonzon 93 et Studio Praxis.

Article disponible en ligne sur le site du CAIRN (3 euros), disponible en cliquant ici

Article – Construire le contre-pouvoir

Publié le

Par Yves Jouffe, traduit par Hélène Balazard, Vincent Bourdeauet Yves Jouffe– Mouvements, 2016

De 1970 jusqu’à la fin des années 2000, Wade Rathke a dirigé ACORN (Association of Community Organizations for Reform Now), la plus importante fédération de community organizingdes États-Unis. Cette organisation comptait près de 500 000 membres issus de plus d’un millier de quartiers déshérités. Elle a été un important vecteur de changement social dans les domaines du logement social, de la régulation des activités bancaires ou de l’augmentation du salaire minimum. Wade Rathke a développé un modèle original de contre-pouvoir, en organisant les habitant.es des quartiers pauvres et non pas leurs organisations existantes comme le faisait Saul Alinsky. ACORN a su s’étendre en une fédération états-unienne qui mettait au service de chaque groupe local des organisateur.rices professionnel.les. Si celle-ci s’est fragmentée en 2010, ACORN International rassemble maintenant autant d’adhérent.es dans une trentaine de pays.

Disponible en ligne sur le site du CAIRN pour 3 euros en cliquant ici

Article – Le community organizing en France : quel projet politique ?

Publié le

Par Marion Carrel et Adeline de Lépinay - Mouvements, 2016

Alors que des campagnes inspirées du community organizing commencent à se développer en France, la curiosité et les attentes sont grandes. En quoi ces expériences constituent-elles des démarches de politisation, d’éducation populaire dans les quartiers populaires ? La question démocratique dans le mouvement social est-elle renouvelée ? Au-delà du pragmatisme clairement revendiqué, quel est le projet politique ? Quel est le levier utilisé pour mobiliser : injustices sociales, discriminations ? Nous avons souhaité donner la parole à trois pionniers du community organizing en France : Laëtitia Nonone, présidente de l’association Zonzon 93 à Villepinte, L. Real, consultant à Studio Praxis et l’un des organisateurs de la campagne nationale Stop le contrôle au faciès, et Adrien Roux, co-fondateur et organisateur au sein de l’Alliance citoyenne de l’agglomération grenobloise et du Réseau pour l’action collective transnationale (ReACT).

Article disponible en cliquant ici (revue Mouvement, site CAIRN, 3euros)

 

Article – Rethinking Community organizing

Publié le

Par Katie Horvath, The Symbiosis Research Collective – The Ecologist, 2018

En anglais

En replaçant le community organizing dans son contexte initial, le collectif “The Symbiosis Research Collective” propose de revenir sur les principes de cette méthode pour les questionner. Le rôle central de l’organizer au sein du processus est ici vu de manière critique. Les changements sociétaux ambitieux souhaités par l’organisation invitent à penser le monde “comme il devrait être” et non pas “comme il est”, ce qui est parfois difficile à mettre en pratique à une échelle locale. La volonté première pour Alinsky de s'organiser à travers des institutions existantes semble limiter le pouvoir d’agir, allant parfois jusqu’à reproduire une échelle hiérarchique que l’on souhaitait dénoncer. Cet article met en lumière les limites du modèle d’Alinsky, à travers des expériences de terrain contées par des organizers.

Disponible en ligne sur le site The Ecologist : cliquez ici

Article – Experts en mobilisation des pauvres ? La professionnalisation du community organizing à Chicago

Publié le

Par Clément Petitjean - Mouvements, 2016

Si les pratiques militantes du community organizing font l’objet de plus en plus d’analyses empiriques, la question de la professionnalisation de cette forme de militantisme est souvent peu abordée. On se focalise sur la cause, laissant ainsi dans l’ombre les entrepreneurs de cause. Or l’appréhension des dynamiques de professionnalisation du community organizing et de la constitution d’un groupe de professionnels de la mobilisation des classes populaires apparaît nécessaire pour penser les modalités d’action collective des dominés et la lutte contre la dépossession politique.

Article de la revue Mouvements disponible en cliquant ici (CAIRN, 3 euros)

Article – Faire « avec » les habitants. « Pouvoir d’agir » et renouvellement des pratiques des centres sociaux

Publié le

Par Guillaume Coti – Mouvements, 2016

Faire « pour » ou « avec » les habitants ? Cette question interroge certains militants et salariés des centres sociaux qui ne se contentent plus de la position de prestataire des politiques sociales à laquelle ils sont cantonnés. Guillaume Coti, ancien directeur d’un centre social parisien, nous livre ici un panorama des tensions dans lesquelles sont prises ces structures. À travers plusieurs exemples et son expérience il nous montre aussi comment les notions de « pouvoir d’agir », de « community organizing » viennent inspirer et renouveler les pratiques.

Article de la revue Mouvements, disponible en ligne en cliquant ici (CAIRN, 3 euros)