Mal loti·e·s ! Enquête sur une expulsion, en quête de solutions

facadelocatairesGOOD-1024x724

Invitée par le Rassemblement Wallon pour le Droit à l’Habitat, Periferia a participé à l’écriture collective d’un livret retraçant l’histoire des locataires tournaisien·ne·s expulsé·e·s de leur domicile au mois de juin 2020 suite à un incendie et à un arrêté communal de fermeture. Un livret aujourd'hui disponible en PDF !

Le récit collectif

Extrait du préambule :

Cela aurait pu rester un drame humain comme on en connait beaucoup d’autres en Wallonie et ailleurs, un bâtiment insalubre, un propriétaire qui ne se soucie guère de ses locataires et des pouvoirs publics qui laissent faire. Jusqu’à ce qu’une nuit, un incendie mette 33 ménages à la rue. Une nuit qui entraine la mort d’une personne et chamboule également de nombreuses vies.

Cela aurait pu rester un fait divers, une énième démonstration d’une poli­tique de logement aux abois et dont les plus faibles paient le prix, deux voire trois fois.

Mais il en a été autrement. Pas une histoire de super héro·ine·s et de méchant·e·s, mais une succession d’actions et de mobilisations qui ont fini par payer et redonner un peu de dignité. Ce genre d’histoire qu’on ne raconte pas dans les journaux, mais qui fait la différence parmi l’indiffé­rence.

C’est ce qu’ont voulu raconter les personnes qui ont vécu de près ces évè­nements. Pour témoigner des nombreuses difficultés, mais aussi de tout ce qui a germé et de ce qui pourrait changer.

Le présent récit retrace l’histoire des locataires expulsé·e·s de leur domicile situé rue des Campeaux et Quai Saint-Brice à Tournai au mois de juin 2020 suite à un incendie et à un arrêté communal de fermeture.

Retour sur la dynamique tournaisienne autour du livret

C'est avec le Collectif DAL Tournai, et deux de ses associations membres, le CIEP MOC Wapi et la maison d’accueil l’Étape, avec le soutien du RWDH et de Periferia que les locataires expulsé·e·s tiennent à laisser une trace des nombreuses difficultés liées à l’incendie traumatisant qu’ils et elles ont vécu, à l’expulsion forcée de leur logement, au manque de soutien et d’accompagnement ressenti ainsi qu’à la recherche d’un nouveau logement.

En contant les problèmes rencontrés tout au long de ce "parcours du combattant", mais aussi en proposant une liste de recommandations à suivre, l'objectif est aussi de susciter une prise de conscience citoyenne sur la problématique du logement à Tournai et de nouvelles manières de faire chez les responsables politiques. Les revendications et les conseils formulés par le collectif visent, dans le meilleur des cas, à éviter que pareille situation ne se reproduise ou, à défaut, à améliorer sa prise en charge.

Une invitation lancée lors du Conseil Communal

En vue du lancement du livret collectif "Mal Loti·e·s !" lors d'un grand événement le 11 juin 2022 et bien au courant de la nécessité d'inviter les pouvoirs publics à celui-ci afin qu'ils et elles écoutent les témoignages, constats et recommandations issues de nombreux mois de travail, le collectif a décidé de les inviter lors du Conseil Communal...un moment important pour le collectif !

interpelDAL
20221004_135629

Une journée pour retracer ce véritable parcours du combattant

Nous vous y invitions déjà ici, le résultat de deux années de travail collectif acharné autour de la rédaction de ce récit de lutte fut présenté à Tournai lors la parution du livret ce 11 juin dernier.

Cette journée fut l'occasion pour les ex-locataires de la rue des Campeaux de revenir sur ce parcours du combattant qu'iels ont vécu à la suite de l'expulsion et ce, au travers d'une marche exploratoire, du vernissage de l'exposition, d'une table ronde thématique et surtout, de la parution du livret produit.

Retour en images sur cette journée..

Changer le modèle de démocratie à partir de listes citoyennes 

Et si on s’inspirait davantage du municipalisme libertaire ?

En 2012 et 2018, lors des dernières élections communales en Belgique, nous avons pu observer une recrudescence de listes citoyennes. Certaines ont été élues, d’autres pas. L’une d’elles a même réalisé le meilleur scrutin et s’est vu attribuer le rôle de bourgmestre et les clés pour constituer une majorité…mais a finalement choisi de se retirer, ne se sentant pas à la hauteur de cette lourde tâche.

Animées d’une envie « que ça change », « que ça se passe autrement », « d’être entendu·e·s » ou encore « d’insuffler une autre logique du faire politique », certaines de ces initiatives citoyennes se sont constituées pour opérer un changement de paradigme démocratique en tentant de rendre le pouvoir politique aux citoyen·ne·s. Pourtant, plusieurs semblent peiner à faire bouger les lignes de la vie politique locale.

Au cœur des problèmes rencontrés se trouve entre autres la difficulté de combiner deux logiques antagonistes de la démocratie : la logique représentative qui prévaut dans les organes politiques et la logique de démocratie directe ayant cours au sein des certaines listes citoyennes. De plus, ces initiatives étant souvent relativement jeunes, elles ne peuvent s’appuyer sur une base citoyenne suffisamment forte que pour supporter l’entrée dans le jeu des élections sans que cela ne fragilise la dynamique du groupe. Face à ces différentes tensions, beaucoup s’épuisent et certaines finissent même par jeter l’éponge.

Sans vouloir considérer le municipalisme libertaire[1] de Murray Bookchin comme un modèle unique et idéal, Periferia a vu dans cette proposition de structuration de la démocratie, plusieurs clés intéressantes à mettre en parallèle avec les défis que rencontrent ces listes citoyennes. L’exploration qui va suivre a pour objectif de mettre en avant certains aspects théoriques et pratiques issus du municipalisme libertaire et voir en quoi ces éléments pourraient venir outiller, inspirer ou guider certaines listes citoyennes.

Le municipalisme libertaire, c'est quoi ? 

Projet politique de l’écologie sociale, le municipalisme libertaire propose de résoudre les crises sociale, économique et écologique en opérant une transformation radicale de nos démocraties par la restitution du pouvoir politique aux citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées

© Debbie Bookchin, Own work / CC BY-SA 4.0
© Debbie Bookchin, Own work / CC BY-SA 4.0

Une définition pas si simple qui résume pourtant bien la pensée de Murray Bookchin. Décortiquons-la, ensemble !

Rompre avec la logique de hiérarchie et le principe de domination comme clés de résolution des différentes crises contemporaines

Tirer profit de personnes mal payées, établir supériorité et avantages selon le genre, considérer la nature et les animaux comme des variables d’ajustement pouvant être sacrifiées au nom du profit et du « toujours plus »... pour Murray Bookchin, ces situations ont en commun de s’établir sur le concept de hiérarchie, sur l’idée que les humains et les espèces vivantes ne sont en rien égaux.

Cette conception du monde hiérarchisante est le fondement des différents comportements de domination et d’exploitation. Une hiérarchie entre les espèces et les humains qui mène à des relations de domination :

  • domination d’humains sur d’autres humains,
  • de l’homme sur la femme,
  • de l’humain sur la nature et les animaux.
municipalisme illu

Cette manière de considérer le monde et d’agir, basée sur une vision inégalitaire, a engendré des crises sociales et écologiques majeures. Et puisque celles-ci sont nées d’un déséquilibre des relations, Bookchin envisage ces crises, quelles qu’elles soient, avant tout comme des problèmes sociaux qui doivent être solutionnés dans ce même champ social : à un problème social, la réponse doit être sociale. Son idée est qu’en transformant radicalement le modèle démocratique en un modèle égalitaire et non hiérarchique, les citoyen·ne·s seront à même de résoudre les différentes crises provoquées par ce modèle hiérarchique.

En d’autres mots : si l’organisation de nos vies est régie par la hiérarchie et l’exploitation provoquant des crises sociale et écologique majeures, alors tentons de les gérer par la collaboration et l’égalité pour sortir de ces crises.

rapports dominations

Un modèle de démocratie directe basé sur des assemblées citoyennes

Pour parvenir à transformer radicalement nos institutions politiques, économiques et sociales en rompant avec cette structure hiérarchie et inégalitaire, Bookchin défend l’idée d’un modèle de démocratie directe donnant l’ensemble des pouvoirs de décisions et d’administration aux citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées locales.

À l’inverse de la démocratie représentative et l’idée d’un projet démocratique qui serait mené par le haut, le municipalisme libertaire propose de repartir des citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées populaires avec pour objectif de les substituer à l’État-nation en lui faisant perdre pouvoir et légitimité.

Au lieu d’être gérées par des Gouvernements globaux (fédéral, régional, communautaire), les problématiques sociales, écologiques et économiques locales seraient alors traitées localement « […] par des assemblées populaires composées des résident·e·s du quartier, du village ou de la municipalité »[2].

A travers ces assemblées locales, la dynamique délibérative est toute autre. Chaque voix est reconnue et légitime. Les décisions sont prises sur base d’une éthique d’égalité, dans une dynamique de débat et un esprit de coopération plutôt que de rivalité.

Un retour au local…sans s’y enfermer

Pour autant, Bookchin met en garde contre les dérives de s’enfermer dans une vision localiste et communautaire. Il pointe les risques de repli communautaire : ni l’autarcie, ni l’autosuffisance locale totale ne sont souhaitables.

Si les assemblées doivent pouvoir se constituer au niveau local et les citoyen·ne·s reprendre le pouvoir sur les enjeux locaux, toutes ces assemblées doivent rester connectées les unes aux autres, dans une sorte de confédération des assemblées.

De même, Bookchin est lucide sur le fait que certaines questions qui affectent d’autres territoires ou d’autres personnes ne peuvent et ne doivent pas être traités uniquement au niveau local. Pour ces questions, le municipalisme libertaire prévoit un système de délégué·e·s issu·e·s des assemblées populaires qui se réuniraient en conseils régionaux, nationaux et transnationaux pour traiter de ces questions. Ces délégué·e·s seraient choisies par chaque assemblée populaire, qui leur accorderait un mandat impératif et révocable à tout moment.

fonctionnement ML

Utiliser les élections locales pour faire basculer nos démocraties représentatives en démocraties directes : oui, mais…

 Une stratégie de transition, pas un accomplissement en soi

Comment passer du modèle de démocratie représentative au modèle de démocratie directe prôné par le municipalisme libertaire ? Une des stratégies serait de « […] gagner les élections municipales afin d’occuper et de transformer radicalement les institutions de la commune de l’intérieur. Cette transformation radicale consisterait à transférer le pouvoir public conféré par les élections, des mains des élus officiels vers celles des assemblées populaires, confédérées entre elles »[3].

La phase de transition d’un modèle démocratique à un autre est dite période de « double pouvoir » ; stade durant lequel coexistent les modèles de démocratie représentative (via les élu·e·s issu·e·s des partis) et de démocratie directe (via les élu·e·s délégué·e·s par l’assemblée citoyenne).

La stratégie visant à infiltrer le pouvoir politique « représentatif » au même titre que les élu·e·s issu·e·s de partis n’est donc qu’un moyen pour faire perdre la légitimité politique que détenait jusqu’alors les institutions représentatives et progressivement instaurer la démocratie directe basé sur des assemblées locales.

Cette stratégie est temporaire : elle ne s’applique que le temps de la reconquête de l’ensemble des pouvoirs politiques par des assemblées citoyennes.

Dans cette optique de reprise du pouvoir par le bas, Bookchin propose que certain·e·s membres issu·e·s d’une assemblée populaire participent « […] aux élections locales afin de lier les mandats politiques municipaux aux décisions de l’assemblée populaire, l’objectif n’est pas de simplement mieux gérer l’administration municipale, mais bien de donner le pouvoir aux assemblées populaires décisionnelles basées sur la démocratie directe, et de rendre possible des alternatives économiques en opposition aux institutions existantes soumises aux logiques du capital »[4].

Les élections locales sont donc utilisées comme une stratégie de transfert permanent du pouvoir vers les citoyen·ne·s « non élu·e·s » et non comme l’intégration d’élu.e.s issu·e·s d’assemblées populaires à la gestion de la politique locale.

transfert pouvoirs

« En résumé, le municipalisme libertaire entend revitaliser les possibilités démocratiques présentes de façon latente dans les gouvernements locaux existants, et transformer ceux-ci en démocraties directes. Le but est de décentraliser ces communautés politiques de manière à ce qu’elles retrouvent une échelle humaine et soient adaptées à leur environnement naturel. Il s’agirait donc de restaurer les pratiques et les qualités de la citoyenneté afin que les femmes et les hommes prennent collectivement la responsabilité de la conduite de leurs propres communautés, suivant une éthique du partage et de la coopération, plutôt que de s’en remettre à des élites. Lorsqu’on aura créé ces démocraties directes, les municipalités démocratisées pourront être réunies dans des confédérations capables de s’attaquer enfin au capitalisme et à l’État-nation, pour aboutir à une société anarchiste, écologique et rationnelle. »

(Biehl & Bookchin, 2013, p.22-23)

Pour en savoir plus sur le municipalisme libertaire : un article du média Reporterre :
"La pensée essentielle de Murray Bookchin, fondateur de l'écologie sociale"

L'expérience municipalité de Jackson : deux points d'attention

Dans plusieurs régions du monde, des assemblées populaires ont tenté avec plus ou moins de succès de reprendre le pouvoir politique au niveau local en participant aux élections municipales : « Des “mairies du changement” en Espagne au mouvement transnational des Fearless Cities, du confédéralisme démocratique du Rojava au Kurdistan à une partie du mouvement des Gilets jaunes réunie dans les “assemblées des assemblées”, de certaines ZAD (zones à Défendre) aux plateformes citoyennes en vue des élections municipales de 2020 en France, des expériences se réclament aujourd’hui du municipalisme ou du communalisme »[5].

La chercheuse Sixtine van Outryve (2020) [6] a étudié l’expérimentation municipaliste à Jackson (voir encadré ci-dessous) dans le Mississippi aux États-Unis.

Our Power Campaign: Educate, Motivate, Cooperate for Climate Justice Source: Cooperation Jackson – Via le site The Urban Transcripts Journal, consulté le 3 mars 2022.

Quelques éléments contextuels de l’expérience municipaliste de Jackson

Située dans le sud des États-Unis dans l’état du Mississippi, la ville de Jackson est composée à 85% d’une population afro-américaine. L’histoire de la ville a été marquée par l’esclavage et les grandes inégalités raciales qui ont suivi. Dans les années soixante durant la période de luttes pour les droits civiques, elle fut le foyer de nombreuses contestations victorieuses pour l’accès aux institutions politiques de la population afro-américaine.

A la suite de la désindustrialisation qui marqua la fin des « trente glorieuses », la population s’est retrouvée grandement précarisée au niveau de l’emploi et des moyens de production. Jackson est aujourd’hui une des villes les plus pauvres des États-Unis. C’est de cette analyse et dans ce contexte qu’est né, à l’initiative du mouvement de libération noire, le Jackson-Kush Plan.

Ce plan stratégique a pour objectif d’utiliser les moyens municipalistes pour permettre l’autodétermination politique de la classe travailleuse noire, en partant du postulat que l’autodétermination politique n’est réalisable sans l’autodétermination économique. À cette fin, le plan allie trois axes complémentaires : la création d’assemblées populaires, la création d’un réseau de candidat·e·s pour gagner les élections locales et la construction d’une économie sociale et solidaire permettant de redonner du pouvoir quant aux conditions de vie et de travail de la classe travailleuse afro-américaine.

Des assemblées populaires se sont mises en place et ont permis à la fois de répondre à des problèmes concrets de la communauté et de construire une nouvelle culture de la démocratie directe tout en lançant des actions de pression dirigées vers les pouvoirs politiques. Ce sont ces mêmes assemblées qui ont donné mandat à Chokwe Lumumba de se présenter aux élections municipales. Il est d’abord élu comme conseiller communal en 2009 et puis devient maire en 2013. En février 2014, après 7 mois de mandat il meurt en laissant derrière lui un mouvement déboussolé. « Parmi les nombreux projets qui devaient être portés grâce à l’accès au pouvoir de la municipalité, le développement des liens de dialogue et de contrôle entre les assemblées populaires et l’administration municipale subit un arrêt brutal » (Outryve, 2020, p. 238).

Son fils lui succède, mais malgré l’aura de son père, il n’est pas issu du mouvement de la base et des différends politiques et stratégiques mettent fin en 2018 aux liens entre l’administration locale et le mouvement. « Faute d’accès au pouvoir et aux ressources institutionnelles, le mouvement se concentre désormais sur la création d’espaces pour permettre la prise de décisions collectives (comme des budgets participatifs ou des budgets pour les droits humains), ainsi que sur la construction d’une fédération de coopératives de travailleurs et travailleuses autonomes […] » (Outryve, 2020, p. 238).

 Source : Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun (p. 221-242). Anthemis.

De ses conclusions nous pouvons relever deux points d’attention relatifs à cette stratégie de transfert du pouvoir vers les assemblées citoyennes :

  1. Avant de participer aux élections communales, l’importance de construire une assemblée populaire forte

Le premier point d’attention soulevé par Sixtine Van Outryve est qu'il est « […] crucial pour tout mouvement municipaliste de commencer par entreprendre la tâche de construction de l’assemblée populaire comme institution autonome et d’éducation à la démocratie directe, avant d’adopter la stratégie d’occuper les institutions municipales »[7]

Participer à une dynamique électorale pour un mouvement municipaliste est éprouvant et quelque fois peut lui être fatal. D’abord - comme expliqué plus haut - parce que c’est une logique contraire à la démocratie directe. Ensuite, parce que c’est énergivore. Mais surtout, parce que se présenter aux élections municipales implique de mettre en avant les personnes candidates ; ce qui peut engendrer des tensions au niveau de la personnification du mouvement. Il s’agira donc de ne pas s’y précipiter avant d’avoir en amont posé des bases solides et capables de faire face à ces tensions. Car construire et établir un fonctionnement d’assemblée populaire qui ne sera pas anéanti par l’expérience électorale et sa logique représentative, demande à cette assemblée d’éprouver son fonctionnement dans le temps et pour les personnes qui y participent d’acquérir, d’intégrer et de construire ensemble de nouvelles habitudes et manières de fonctionner.

En somme, il s’agit de coconstruire une nouvelle culture de la démocratie, en prenant le temps d’expérimenter et d’apprendre d’autres fonctionnements que ceux de la démocratie représentative, et ce avant d’aller s’y frotter. Le risque sinon est de tomber rapidement dans le jeu de la démocratie tel qu’il se déroule dans notre système représentatif. Les municipalistes élu·e·s deviendront alors de « simples » porteur·se·s de voix citoyennes au même titre que le sont les élu·e·s partisan·e·s pour les membres de leur Parti. Le fonctionnement démocratique n’en sera pas transformé et les logiques de domination se poursuivront librement.

  1. Inscrire et développer la démocratie directe à l’ensemble des sphères affectant la population et son territoire

Un second point d’attention très important de la pensée de Bookchin est de ne pas limiter l’exercice de la démocratie directe uniquement à la sphère institutionnelle. Le fait d’ouvrir l’exercice du pouvoir de la démocratie directe à d’autres sphères comme « […] la sphère du travail, du logement, de l’alimentation, de l’énergie, des services publics, de la production, est également nécessaire afin de permettre à la population de prendre les décisions sur des sujets qui l’affectent directement […] »[8].

En effet, l’objectif du municipalisme libertaire au-delà du transfert des pouvoirs politiques aux citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblée, est de relocaliser autant que possible la gestion et l’administration des domaines économiques et sociaux qui sont dans nos modèles représentatifs souvent cantonnés à des niveaux de pouvoir supérieurs à celui de l’échelle municipale. Ce point peut sembler audacieux, il est pourtant essentiel si l’on envisage un modèle où les citoyen·ne·s réuni·e·s en assemblées reprendraient le pouvoir sur des enjeux majeurs qui les concernent directement.

Ainsi, il s’agit de développer des initiatives économiques et sociales qui soient en mesure de trouver des réponses concrètes aux besoins quotidiens des membres de l’assemblée populaire. Ce qui constitue une réappropriation des pouvoirs économiques et sociaux par les citoyen·ne·s et inscrit l’exercice de la démocratie directe dans l’ensemble des questions qui affectent un territoire et ses habitant·e·s.

Il s’agit de reprendre le pouvoir sur l’Etat-Nation pour le transférer vers les assemblées citoyennes confédérées, afin de permettre aux citoyen·ne·s de prendre des décisions qui impactent réellement leur vie.

Quelles balises pour soutenir les listes citoyennes porteuses de ce changement de modèle démocratique ?

S’il est clair que toutes les listes citoyennes ne cherchent pas à opérer ce basculement vers une démocratiedirecte basée sur des assemblées citoyennes, il nous a semblé intéressant d’explorer la pensée de Bookchin qui redonne du sens à plusieurs de leurs pratiques : des élu·e·s issu·e·s d’assemblées et porte-paroles de ces dernières, ne pas se limiter aux seul·e·s membres de leur liste, mais vouloir « raccrocher à la politique » tou·te·s les habitant·e·s, organiser régulièrement des assemblées citoyennes ouvertes à tou·te·s pour débattre des sujets à porter au sein du Conseil et/ou du Collège, construire les décisions collectivement dans le respect de la diversité des opinions… Malgré ces spécificités, et comme vu précédemment, la participation d’un mouvement citoyen à une logique électorale comporte bien des difficultés et demande d’être murement réfléchie.

Dans cette publication, nous souhaitons mettre en avant des pistes pour s’inspirer des réflexions de Bookchin quant au potentiel de transformation soci(ét)ale que constitue un modèle de société reposant sur des assemblées citoyennes locales confédérées.

Prendre le temps de coconstruire une culture démocratique au sein des assemblées citoyennes

Se pose d’abord la question du timing. Bien des listes citoyennes semblent se construire autour du calendrier électoral et ses échéances : les listes se forment peu avant les élections ET en vue des élections. Pourtant, il ne fait pas de doute que celles et ceux qui font le pas de se rassembler en liste sont pour la plupart des citoyen·ne·s déjà engagé·e·s dans leur territoire et bien souvent, iels le font avec l’envie de reprendre ensemble un pouvoir politique ou au moins d’insuffler une autre manière de faire politique.

Ne serait-il pas intéressant de revoir ce paradigme : ne plus attendre la perspective des élections pour se rassembler et déjà initier des assemblées citoyennes pour qu’une majorité de citoyen·ne·s soient prêt·e·s à utiliser ce fonctionnement collectif une fois la liste élue ? Cela serait d’autant plus pertinent que le choix de se présenter aux élections serait dès lors une décision collective émergeant d’une base citoyenne plus large.

De plus participer aux élections locales détourne une grande partie de l’énergie disponible au sein de ces mouvements. Difficile d'envisager l’apprentissage et la construction d’une culture commune à l’ensemble des membres de l’assemblée en même temps que l’on cherche à intégrer le jeu politique représentatif.

Le risque est que l’énergie soit trop accaparée par cette participation électorale et ne permette plus la construction d’une culture de la démocratie directe entre tou·te·s les membres de l’assemblée. Faute de temps et d’énergie, les personnes participant aux élections risquent de se couper du reste de l’assemblée. La conséquence est que cette culture se forge alors entre les personnes à l’initiative de la liste formant une sorte de « noyau dur » et sur qui semble reposer l’entièreté du portage de l’assemblée. Devenant alors des leaders – même sans le vouloir – que les autres suivent de plus loin, tel·le·s des sympathisant·e·s plutôt que comme membres décideurs.

Changer la culture démocratique et son modèle prend beaucoup de temps et d’énergie, de même que participer au jeu électoral local.

En résumé, l’enjeu se situe surtout dans le fait de ne pas négliger l’importance de la construction d’une culture commune de la démocratie directe au sein des assemblées, qui dans l’idéal devrait être un des premiers pas des listes citoyennes. Ceci afin que ces assemblées soient des entités suffisamment fortes et autonomes pour pouvoir se permettre d’envisager par la suite le projet de lier l’assemblée à des mandats politiques via la participation aux élections municipales de certains de ses délégué·e·s et de ne pas perdre de vue leur volonté de transformer, à terme, le système politique représentatif en système de démocratie directe.

Dans le cas contraire, les personnes portant les mandats politiques courent le risque de ne pas savoir de qui iels sont les porte-paroles et de perdre en légitimité politique. Une évidence et pourtant… ce n’est pas si rare de voir une liste citoyenne n’être, au fil du temps, plus représentative que de celleux qui y figurent ; les citoyen·ne·s participant de moins en moins aux assemblées qu’iels jugent finalement assez semblables aux réunions politiques classiques.

Participer aux élections pour transférer le pouvoir vers l’assemblée et non comme une tentative de mieux administrer les institutions locales

La manière d’envisager la participation aux élections par Bookchin donne, selon nous, des éléments de positionnement intéressants pour les listes citoyennes qui s’inscriraient dans de telles finalités.

Premièrement, la participation aux élections est envisagée comme une stratégie et non une fin en soi.C’est un moyen à disposition des listes citoyennes pour rendre le pouvoir aux citoyen·ne·s réuni·e·s dans leur assemblée. Ce n’est donc qu’une option parmi d’autres, et l’on peut envisager de ne pas passer par cette étape.

Deuxièmement, la participation aux organes politiques « classiques » par les élections n’a donc pas non pour finalité de mieux administrer les institutions locales. Cette idée reprend deux dimensions fondamentales.

D’abord, il s’agit d’ouvrir les champs politiques à d’autres compétences que celles que se reconnaissent les institutions locales. C’est-à-dire réintroduire des sujets de discussion (et donc de décision) qui ne sont plus discutés au niveau local car considérés comme dépendants d’autres niveaux de pouvoir. C’est par exemple ce qu’ont fait certaines communes belges en se déclarant communes hospitalières alors que l’État Fédéral, compétent en matière d’immigration, adoptait une position tout à fait hostile à l’immigration.

Ensuite, il ne s’agit pas « d’envoyer » des délégué·e·s issu·e·s d’une assemblée dans l’arène politique décidant en leur nom propre, mais bien d’envoyer des porte-paroles des décisions prises par l’assemblée. Une fois élue, l’aller-retour entre l’assemblée et la personne déléguée par l’assemblée pour participer aux élections reste permanente.

Plus globalement, il semble antinomique de vouloir à la fois mieux administrer la commune en rejoignant l’équipe des élu·e·s locaux et vouloir en même temps changer la culture démocratique représentative pour une démocratie directe.

Le fonctionnement par délégation demande une autre temporalité et d’autres dispositifs, il n'est pas question pour le/la délégué·e de prendre des décisions tout·e seul·e ou de devenir expert·e dans tel ou tel domaine, mais de prendre le temps en assemblée de s’approprier collectivement les sujets et pouvoir par la suite construire une réponse commune.

Être soumis à l’agenda politique communal ou devoir fournir des réponses sur des sujets qui demandent plus de temps et réflexions à l’assemblée, sont quelques exemples d’une mise sous pression de la logique représentative que subissent les assemblées citoyennes et qui nous semblent leur être dommageable.

Face à une telle incompatibilité de cultures démocratiques, il nous semble pertinent que les listes citoyennes priorisent le développement et la construction de leur propre culture de la démocratie directe au sein de leurs assemblées plutôt que le bon suivi de l’agenda politique institutionnel local.

L'espérience de Commercy

Comme dans beaucoup de villes de France, des citoyen·ne·s de la municipalité de Commercy ont endossé leur gilet jaune et se sont réuni·e·s pour bloquer des ronds-points et des péages.

La mobilisation est forte et assez vite, le mouvement spontané se structure autour d’une cabane de fortune installé à côté d’un rond-point. Des assemblées pour débattre et décider des futures actions s’y organisent chaque jour, autour d’un repas ou d’une collation partagée. Le mouvement se structure, interpelle les élu·e·s, tente d’organiser un référendum local… Face à l’ampleur du mouvement, le Gouvernement appelle à constituer un groupe de représentant·e·s des GJ.  Un modèle rejeté par les commercien·ne·s qui lancent un appel à se rassembler au sein d’une « assemblée des assemblées ».

Découvrez leur argumentaire ici 

Construire un agenda politique citoyen afin de renforcer l’assemblée et faire grandir le mouvement

Une fois que les listes « ont gagné » certain·e·s élu·e·s, il est vite tentant de vouloir se saisir des sujets politiques « sur la table » et de se positionner par rapport à eux. On suit alors l’agenda politique de la majorité en place et/ ou de l’actualité. Pour éviter ce travers – et rester dans la logique de transférer les pouvoirs politiques vers l’assemblée citoyenne –, il semble intéressant de coconstruire un agenda politique au sein des assemblées : définir ensemble la liste des points à discuter au sein de l’assemblée en repartant des besoins et constats exprimés par ses membres. Il s’agit ainsi de ne pas tomber dans les travers de vouloir répondre à tout prix aux préoccupations mises sur la table par les élu·e·s de la majorité mais d’apporter sa propre liste de préoccupations issues de l’assemblée citoyenne. De cette manière, la liste joue son propre jeu politique au sein de l’arène et ne perd pas le sens de ce qu’elle défend.

Construire son agenda politique permet de maintenir une assemblée vivante et alerte sur la direction suivie et de faire grandir le mouvement citoyen. La pratique de dialogue régulier entre citoyen·ne·s réuni·e·s au sein de l’assemblée permet de faire émerger les constats, besoins et projets qui les (pré)occupent. À partir de là, iels peuvent établir collectivement un agenda politique, cohérent pour tou·te·s, des sujets à traiter prioritairement. Cela garantit à l’assemblée de garder la main sur les sujets qu’elle mettrait en discussion politique avec d’autres, en y consacrant le temps qui lui semble nécessaire pour prendre une décision.

En plus de constituer une mise en pratique concrète d’une réappropriation collective du pouvoir politique, ces échanges permettent de construire une culture commune de la démocratie directe au sein de l’assemblée. Il nous semble également qu’une dynamique qui repartirait des enjeux locaux portés par les citoyen·ne·s pourrait davantage mobiliser de nouveaux membres se sentant peu interpellé·e·s ou intéressé·e·s par les questions à l’agenda politique des institutions représentatives locales. La liste citoyenne peut alors recourir à des diagnostics territoriaux réguliers, mener des enquêtes auprès des citoyen·ne·s, programmés des assemblées sur des thèmes ou dans des territoires (quartiers, villages, hameaux, etc.) ou auprès de publics (seniors, femmes, jeunes parents, étudiant·e·s, personnes immigrées, personnes porteuses d’un handicap, etc.) spécifiques.

Adapter la taille du territoire et/ou de la population à l’exercice de l’assemblée

Et enfin, la dernière clé importante réside dans la taille du territoire couvert et/ou de la population concernée par l’assemblée populaire.

Les listes citoyennes prenant souvent comme point de départ les élections locales, le territoire auquel elles s’adressent couvre souvent l’ensemble de la commune. En Belgique, certaines communes ne représentent qu’un petit territoire et/ou un petit nombre de citoyen·ne·s, néanmoins à la suite de la fusion des communes, la taille d’une commune moyenne environne aujourd’hui les 20.000 habitant·e·s.

La possibilité de réunir, au sein d’un même espace, un si grand nombre de personnes semble peu pertinent au regard des besoins liés à l’exercice de la démocratie délibérative.

La dynamique des assemblées imaginée par Bookchin en fait des espaces de dialogue où les singularités et antagonismes doivent pouvoir s’exprimer et être pris en compte afin de construire ensemble des solutions qui soient au plus proche des réalités vécues.

Ces différentes conditions ne semblent pouvoir être réunies qu’au sein d’assemblées citoyennes qui seraient le reflet d’une petite fraction de territoire. Ainsi, idéalement, une assemblée pourrait, en fonction des réalités démographiques et géographiques locales, être constituée des habitant·e·s d’une rue, d’un quartier, voire d’un village.

Pratiquement, cela impliquerait pour les listes citoyennes de démultiplier les assemblées populaires au sein de leur territoire communal, afin de permettre le développement d’assemblées proches des réalités de chacun·e. Celles-ci garantiraient alors l’espace et le temps nécessaires à l’expression individuelle et collective et permettraient une réappropriation progressive des pouvoirs politiques. Un tel exercice demande certes un investissement en temps et en logistique plus important que le format classique de la démocratie représentative. Il s’agit donc bien d’instiller une nouvelle culture « globale » de la démocratie directe. Culture qui passera aussi par un rééquilibrage du temps dédié à la chose publique et aux liens sociaux, mais ceci est encore une autre histoire…

Conclusion

Construire et expérimenter des modèles de démocratie qui sortiraient de la logique représentative ne semble pas chose aisée. En effet, toute tentative de transformation sociale prend du temps et fait face à d’inévitables vents contraires qui peuvent également lui être fatals. À l’exploration de certains aspects issus du municipalisme libertaire, il nous semble que celui-ci peut être source inspirante pour redéployer la créativité et les stratégies des listes citoyennes désireuses de faire évoluer les modes de faire politique et d’impliquer plus largement les citoyen·ne·s dans le champ politique.

Qu’il s’agisse de prendre le temps de construire une nouvelle culture de la démocratie au sein des assemblées, d’envisager la participation aux élections locales uniquement comme une stratégie de transfert du pouvoir politique vers les assemblées citoyennes, de sortir de l’agenda politique communal en allant explorer avec les citoyen·ne·s leurs priorités politiques, de développer des assemblées à une échelle plus réduite que la souscription électorale, de renforcer les liens entre ces assemblées au-delà des découpages territoriaux et administratifs officiels…les pistes sont nombreuses.

Il nous semble que loin d’être exhaustive, cette exploration introductive au municipalisme libertaire permet de fournir à ces courageuses listes citoyennes des balises et inspirations pour enclencher et porter cette transformation de la vie démocratique locale par l’exercice du pouvoir politique de citoyen·ne·s réuni·e·s au sein d’assemblées.

À tou·te·s, une belle continuation dans ce dessein…

Quelques ressources pour aller plus loin

D'autres outils pour se mettre en action

Forum, Plénière, Agora... Outil d'inspiration pour aider à la conception et l'animation de grandes assemblées

Une publication pour aider à concevoir et animer un moment de co-construire réunissant un grand nombre de personnes (de 50 à 200). A partir de huit exemples d’assemblées de ce genre, elle explicite la méthodologie utilisée, les clés pour la mise en œuvre et l’animation ainsi qu’une série de points d’attention ou d’écueils à éviter.

Publication téléchargeable ici 

Questionner le sens de nos actions de terrain.

 Une publication ressource lorsqu’on a le sentiment d’avoir perdu de vue le sens de ce qui nous unit et nous porte…et qu’on souhaite le retrouver ou le redéfinir. Elle propose 6 portes d’entrée pour y parvenir : à partir de nos activités et actions, à partir de nos objectifs et intentions, à partir d’une évaluation, à partir d’une difficulté ou une opportunité, à partir d’une envie de transmettre à d’autres et enfin, à partir d’enjeux, motivations ou valeurs qui nous portent.

Publication téléchargeable ici.

Décider ensemble ?! – construire un processus de prise de décision collective

Les portes d’entrée vers la décision collective sont plus nombreuses qu’on ne l’imagine et demande, avant de se poser la question du « comment », de bien clarifier ce que l’on recherche comme décision. Cette publication propose d’explorer les différentes étapes de mise en œuvre d’un processus décisionnel et pointe les questions à se poser pour définir le choix de la méthode la plus adéquate.

Publication téléchargeable ici

Articles et revues en ligne autours du Municipalisme libertaire

  • 0En France, le municipalisme libertaire trace son chemin. A découvrir ici.
  • « Le municipalisme libertaire, qu’est-ce donc ? ». A découvrir ici.
  • « Le municipalisme c’est l’autogouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple ». A découvrir ici
  • « La révolution commence-t-elle par le local ? Expérimentations communales et dilemmes stratégiques ». A découvrir ici.
  •  Reporterre a consacré un article à l'expérience de confédéralisme démocratique du Kurdistan syrien particulièrement inspirant en matière de féminisme et de multiculturalisme. Une révolution sociale multiethnique, féministe et auto-organisée à découvrir ici

Formation - MOOC

Livres

  • Janet Biehl, Le municipalisme libertaire, Écosociété, 2013.
  • Murray Bookchin, Pouvoir de détruire, pouvoir de créer. Vers une écologie sociale et libertaire, L’Échappée, 2019.

Bibliographie

[1] Le Municipalisme libertaire aussi appelé "Communalisme" a été théorisé par le philosophe, militant, penseur social, écologiste et fondateur de l’écologie sociale, Murray Bookchin (1921-2006).

[2] Durand-Folco, J., & Outryve, S. van. (2020). Genèse et métamorphoses du municipalisme libertaire aux Etats-Unis : Vers une première confédération démocratique nord- américaine ? Mouvements, n° 101(1), p. 132

[3]Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun. Anthemis. p. 227

[4] Durand-Folco, J., & Outryve, S. van. (2020). Genèse et métamorphoses du municipalisme libertaire aux Etats-Unis : Vers une première confédération démocratique nord- américaine ? Mouvements, n° 101(1), p. 133

[5] Cossart, P., & Sauvêtre, P. (2020). Du municipalisme au communalisme. Mouvements, n° 101(1), p. 1

[6] Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun (p. 221-242). Anthemis.

[7] Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun. Anthemis. p. 240

[8] Outryve, S. V. (2020). Le droit réinventé : La lutte des mouvements municipalistes pour le droit de la démocratie directe. In Bailleux, A., & Messiaen, M. (dir.), À qui profite le droit ? Le droit, marchandise et bien commun. Anthemis. p. 241

Collectif Roulotte – Pour un espace de quartier autogéré… et accessible sans condition !

Le Quartier des Arsouilles est un quartier bien vivant à Namur, où depuis plus de 10 ans, habitant·e·s et associations (réuni·e·s au sein de la Concertation du quartier) collaborent et élaborent des projets et rêves pour renforcer la convivialité et améliorer la qualité de vie dans le quartier.

Depuis 2019, un petit groupe de personnes, réunies sous le nom du collectif "Roulotte",  réfléchit à la création d’un espace commun et autogéré dans le quartier.

Ce qui est souhaité? Un « local de quartier ouvert à tou.te.s, un lieu inutile (de l’ordre de la case vide), gratuit, informel, sans contrôle (contrainte), pour se poser, sans planning d’occupation, où l’on peut s’identifier collectivement (symbolique), avec une personne responsable de l’accueil ».

244672052_2229707027180183_7661807328026173925_n
Au départ, une envie, un besoin... 

Il y a maintenant plusieurs années, Periferia a intégré la Concertation de quartier Saint-Nicolas (dont le groupe “Roulotte” fait partie) et a rejoint ce processus dans son étape d’ancrage concret dans un lieu du quartier. Cette étape nécessitait de:

  • mener un état des lieux possibles,
  • clarifier l’ensemble des opérations nécessaires à ce projet (réaménagement urbain, conditions de propriété d’usage du groupe, impacts sur la mobilité dans le quartier...)
  • négocier avec les élu·e·s politiques de la Ville pour le mettre en place

Malheureusement, 2020 et son lot de perturbations n’ont pas épargné le projet Roulotte. Les rencontres du groupe ont été annulées, la participation aux Concertations de quartier a été perturbée, le passage des réunions sous format numérique a eu comme effet d’exclure bon nombre d’habitant·e·s de la dynamique et d’essouffler la motivation du groupe.

... qui tout doucement prend forme

Mais la fin de l’été et les beaux jours que nous avons connus, ont permis aux activités de reprendre du poil de la bête et le groupe s’est à nouveau réuni ! Les habitant·e·s ont alors choisi de réorienter leurs énergies en se focalisant sur une première étape du projet : créer un lieu communautaire extérieur...en se réappropriant la rue Ponty qu'ils veulent libérer de la circulation routière! Pour y parvenir, le groupe a déposé un projet dans le cadre d'un appel à projets citoyens de la ville de Namur. 

Un coup d'oeil sur la vidéo de présentation du projet? C'est par ici.

02
Au programme des ambitions du groupe ?

Libérer la rue Ponty de la circulation automobile pour y créer une “P’tite place”, un lieu où vivre ensemble et qui prend du sens pour toutes les générations et cultures qui le fréquentent. Un espace à aménager par les habitant·e·s lors d’un chantier participatif, pour y créer du mobilier, y remettre de la couleur, et de la nature avec notamment des bacs à plantes comestibles.

D'un rêve de quartier... à un quartier de rêve !

Ca y est, la bonne nouvelle est arrivée au printemps 2021... le projet Roulotte est sélectionné et un budget est donc alloué par la Ville pour la réalisation du projet de piétonnisation porté par le groupe!

Cette étape marque alors les premières phases de concrétisation du projet : le groupe part à la rencontre des habitant·e·s du quartier pour faire évoluer le projet en prenant en compte d'autres envies, points d'attentions; des discussions démarrent avec la Ville et les premiers plans d'aménagements de la future rue piétonne voient le jour.

Plusieurs chantiers participatifs sont alors programmés et encadrés par l'asbl La Bonneterie pour créer du mobilier qui viendra aménager la rue, de manière temporaire pendant 18 mois.

Retour en images sur les réalisations des deux chantiers participatifs
©La Bonneterie

IMG_20210926_110901
246230934_1995344747291214_5669313133937653449_n
246298358_1995345783957777_2598034680040932480_n
279486732_2406149076202643_4420854700634256604_n
279690601_2406148592869358_4355669233017654002_n
280077560_2406148876202663_429894632444932931_n
Et aujourd'hui ?
Dans la rue Ponty, on peut aujourd'hui se retrouver pour boire un "p'tit Kawa" servi par des habitant.e.s du quartier. Ce rendez-vous hebdomadaire réunit chaque mercredi entre vingt et quarante habitant·e·s. Au fil du temps, il est devenu un véritable lieu de concertation du quartier. 
84657068_1675833959234162_7640163880852783104_n
L'opportunité de croiser les regards

Nous vous en parlions déjà ici mais quelle chance que de partir d'une expérience d'appropriation de rue...... pour échanger autour de la thématique elle-même!

C'est donc à l’occasion du chantier participatif de mai, que nous avons relancé une rencontre Capacitation citoyenne sur le thème « Réapproprions-nous les espaces publics ». 

Rencontre capacitation

Ces rencontres, arrêtées depuis plusieurs années, visent à permettre à des collectifs d’ici et d’ailleurs de se rencontrer, de partager leur expérience, de mutualiser leurs luttes, de transmettre leurs stratégies et modes de faire, dans une ambiance qui se veut toujours conviviale et improbable.

Pour cette journée, plusieurs collectifs amis de Periferia qui ont mené des expériences autour de cet enjeu ont rejoint le chantier. Y étaient notamment présents; le groupe Roulotte évidemment, le collectif hutois HEPP (Huy Espace Public Partagé), les Hérissé.e.s de Charleroi, un groupe de filles de Molenbeek actives autour des questions de la place des femmes dans l'espace public,...

Ce fût l’occasion pour tou.te.s de partager son expérience en même temps que d'apprendre à construire une agora ou encore de préparer collectivement un bon repas. Une belle journée ensoleillée placée sous le signe du croisement d'idées, de l'inspiration, de l'ouverture à l'Autre et de volonté de construire du commun !

Retour en vidéo sur cette journée !  

Vidéo réalisée par Paola Guillen & Oscar Medina

Réapproprions-nous l’espace public pour tou·te·s le 7 mai !

IMG_20210926_110901

(Se) construire

Les 5, 6 et 7 mai prochain, un chantier participatif sera organisé par le collectif « Roulotte » dans la rue Ponty à Namur. Rassemblant habitant.e.s et associations du quartier Saint-Nicolas, l’idée de ces trois journées encadrées par l’association La bonneterie, sera de se rencontrer autour de la  construction de mobilier urbain pour aménager la rue en futur espace piétonnisé communautaire ! Cette piétonnisation est le résultat de nombreuses années de mobilisation du collectif, qui grâce à un appel à projet de la ville de Namur, peut enfin voir le jour !

Rencontre Capacitation citoyenne

7 mai 2022 – 9h30 à 16h30 - Namur

L'occasion de se renforcer collectivement

A l’occasion de ce chantier, Periferia relance une rencontre Capacitation citoyenne sur le thème « Réapproprions-nous les espaces publics ». Ces rencontres, arrêtées depuis plusieurs années, visent à permettre à des collectifs d’ici et d’ailleurs de se rencontrer, de partager leur expérience, de mutualiser leurs luttes, de se transmettre leurs stratégies et modes de faire, dans une ambiance qui se veut toujours conviviale et improbable. Ces rencontres atypiques et bien souvent régénératrices viennent « rebooster » celleux qui agissent quotidiennement sur le terrain pour améliorer notre société, la rendre plus juste, plus inclusive et plus humaine.

Pour cette rencontre, plusieurs collectifs qui ont mené des expériences autour de cet enjeu rejoignent le chantier ! Ce sera l’occasion pour tou.te.s de partager son expérience en même temps que de construire du mobilier en bois, désosser des palettes ou encore peindront une fresque dans la rue… la limite, sera l’imagination du groupe !

Dans les collectifs invités, seront notamment présente.e.s :

  • Le groupe Roulotte évidemment et son projet de remanier la rue en un espace convivial de partages et d'échanges, mais aussi dynamiser des "P’tit Kawas", qu’iels portent depuis une dizaine d’années et qui réunit entre 40 et 100 habitant·e·s chaque semaine pour partager un petit café offert en rue
  • HEPP (Huy Espace Public Partagé) : un collectif qui voulait se réapproprier les espaces verts en bord de Meuse comme espaces communs, en y organisant des pique-niques spontanés qui ont rassemblés une centaine d’habitant·e·s pendant un an. A la suite du confinement, le collectif a réalisé un banc « anti-covid » pour renouer les liens sociaux, et un an après, un gradin temporaire en bord de Meuse. Autant de manière de questionner nos liens à l’espace public, de se frotter aux limites légales, d’interpeller les autorités politiques… Une expérience riche à découvrir
  • Un groupe de filles de Molenbeek qui a fait un travail de récit, d’analyse et d’interpellation sur la (non) présence des femmes dans l’espace public, notamment en réalisant des silhouettes 2D en bois de grande taille, qu’elles ont peints, taguées d’un message interpellant et disposées dans 3 lieux de Molenbeek pour interpeller sur l’absence des femmes dans ces lieux publics
  • Anahi, une jeune femme venue de Bolivie qui a développé toute une réflexion et action pour revendiquer une juste place pour les femmes et leurs corps dans l’espace public, notamment par un travail lié à la documentation vidéo
  • Les Hérissé.e.s, un collectif éclectique...déterminé ! Créé à l'initiative de Gilets Jaunes leur volonté est de venir en aide de manière diverse à toute personne en situation de précarité
  • C-Prévu, dont l'objectif est de faire changer les regards sur le sans-abrismeo et de rompre la fracture sociale auprès d’un public ayant un parcours de vie difficile

En plus de ces groupes identifiés pour leurs expériences inspirantes, cette journée sera également l'occasion de découvrir les actions d'autres collectifs liés de près ou de loin à Periferia afin d'alimenter la réflexion sur cet enjeu.

Pratiquement, la journée se déroulera autour des moments suivants :

En matinée :

  • Accueil et rencontre autour d'un petit déjeuner
  • Moment collectif pour se présenter brièvement et se situer les un·e·s les autres
  • Une première phase de construction de mobilier et ateliers créatifs (libres) pendant lesquels nous échangerons autour de ces enjeux

Un repas partagé offert à tout le monde

En après-midi : 

  • Un moment de collecte des idées de chacun·e pour le chantier Roulotte : « à partir de tout ce que j’ai entendu aujourd’hui, je recommanderai au groupe Roulotte ceci ou cela… ou je repars avec tel point d’attention ou telle idée inspirante…»
  • Des moments d’interviews et de captations d’images vidéos pour réaliser un petit film « Capacitation » de la journée

 

EN PRATIQUE : 

  • Samedi 7 mai de 9h30 à 16h30 à Namur  - quartier Saint-Nicolas, Rue Ponty
  • GRATUIT – possibilité d’intervenir dans les frais de transport
  • Repas offert
P1010412

En bref, que vous veniez pour échanger des idées, pour découvrir d’autres collectifs ou pour apporter un renfort de bras au chantier… soyez les bienvenu·e·s !!